L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

L'aristonomia d'Akounine

AKounine_Aristonomia.jpg


D'habitude, on écrit un avant-propos quand on commence une œuvre or, là, je m'y attelle à l'approche de la fin . IL me semblait autrefois que je prenais toutes sortes de notes non dans un but précis, mais simplement pour donner libre cours à des pensées que ne pouvais partager avec personne. Au fil du temps, toutefois, j'ai senti mûrir et s'affermir le sentiment que si je n'arrivas pas à comprendre, à m'expliquer "tout ça", alors mon existence entière, avec ses joies et ses peines, ses révélations et ses désillusions, ses envolées et ses chutes, aurait été galvaudée. Il n'est pire gâchis que de passer sa vie à la façon d'un animal sans même tenter de faire la lumière sur les choses.




Boris Akounine Aristonomia. Traduit par Yves Gauthier. - Paris, Louison, 664 pages, 27 € Premier volume de la trilogie "Album de famille", mettant en scène Anton Kloboukov, personnage écartelé entre les deux mondes russes (le blanc, le rouge) qui rédige au soir de sa vie son journal, rappellant son histoire et démêlant sa vie au regard d'une méthode destinée à la transcendanc, l'aristonomie... Le tome 2 paraît ces jours.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet