L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Cossery en examen

CosseryRodolphe.jpg


On vous l'avait promis, voici quelque détail sur l'essai qu'a consacré à Albert Cossery Rodolphe Christin.
Nous vous avions indiqué durant l'été qu'un aperçu des intitulés des chapitres devrait permettre de faire le tour du sujet. Nous y allons donc en constatant l'efficacité du : Désœuvrement (introduction hypermoderne), A la paix éternelle, Le désert des ambitions, La sobriété joyeuse, l'humour de la vie, Inverser les valeurs, Vie et mort des révolutions, Le cachot de la vie domestique, Vivre hors fonction, L'oisiveté, rétive et créatrice, Éloge de la soustraction.
Cette énumération, qui dit bien ce que proposait Cossery dans ses huit livres, ne fait pas part des interrogations que sa position philosophique peut susciter. Il s'agit de la part de Rodolphe Christin d'un exercice, bien légitime, d'admiration qui n'empêche pas désormais la fouille plus profonde, ou plus problématique de cette œuvre magnifique. Elle n'y perdra rien tant son magnétisme semble croître toujours plus.
Huit livres, ça n'est pas la mer à boire. Et celle d'Albert Cossery, d'eau fraîche et épurée, vaut qu'on s'y plonge une fois dans sa vie.
Contre tout pronostic, il est bien probable que l’œuvre de ce rétif à tendance zen porte beaucoup plus loin que celle des grands français du siècle dernier. Tandis qu'on ne lira sans doute plus tel Nobel controuvé, les fainéants de l’Égyptien du Quartier Latin feront toujours couiner les presses. Et si les ouvriers roulent leurs pages pour les imprimer, effort nécessaire, ce sera contre leur volonté, bien entendu.



Rodolphe Christin Le Désert des ambitions : Avec Albert Cossery. - Paris, L’Échappée, 143 p., 14 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet