L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

La révolte des chaussures à lacets

f36881_3e097246e96f49af8302b0806bde1bec_mv2.jpg


Dans Les Souliers rouges (Lunatique, 2017), Marie Fréring a choisi de mettre en scène une révolte de gueux s’acharnant à reprendre ce qui lui a été arraché. Bundschuh, qui signifie « chaussure à lacets », est le nom de cette révolte des rustauds partie d’Alsace que nous raconte la romancière. Une jacquerie en terre rhénane qui fut finalement matée en 1525 au prix de cent mille morts…

Marie Fréring a choisi une langue que l’on dirait moulée pour son évocation. Cela donne ça : « La stupéfaction et le mésaise affligeant le visage de Katel s’évanouirent sous le regard tendre de Kornelia. Les pauvres sont habitués au mépris plus qu’à l’accortise. »


Marie Fréring. Les Souliers rouges. — Vitré, Editions Lunatiques, 2017, 140 pages, 14 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet