L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Chappaz et les maquereaux

Chappazmaquereaux.jpg


Les maquereaux des cimes blanches


Claudel les a vus au Japon en 1920. Ils parlaient usines — et rivières aux cascades tordues, englouties dans les galeries comme des vierges auxquelles ils avaient coupé les tresses.
Sion port du ciel ! Un commerçant comparis. IL a condamné mille cimes blanches à la prostitution. Un câble, cent sous la passe ! Le tourisme bourdonne ses vêpres, sa boiterie de faussaire.
Sali, démoli, brûlé, cocufié.
% Le magistrat Graisse-la-Patte a donné sa bénédiction aux faisans. Ils ont forcé un pays entier sous prétexte de bienfaisance.
Repus et serines, ils dorment, l'avenir en proche, matelas de billets bleus.
Et un billet donc, tout doux :
A mort les bons rois Dagobert
QuI ont mis le pays à l'envers.



Voici encore ce qu'écrivait Chappaz en quatrième de couverture de son pamphlet :

Mon témoignage est uniquement celui de mon sentiment : j'ai théâtralisé une situation. Paradoxes et humour noir aussi.
Mais est-il indécent de se poser cette question : Et si prospérité a été le masque de la pourriture ?
Je lance un appel à la jeunesse, aux étudiants pour un dossier. Une enquête sur douze affaires curieuses (à choix) en Valais ; sur le mécanisme d'un certain développement : de la promotion aux faillites en passant par les faux ; sur l'illégalité admise ; les financements ; la nouvelle délinquance ; les dessous d'une Station, d'une forêt éventrée, d'une route, d'un Président ; les carences officielles portant atteinte à la vie ou au patrimoine ; l'information-propagande enfin... et son style.
La Crise n'est que l'énorme facture des gaspillages, entreprises à subsides, destructions et superbénéfices. Où le chômage, comme dans un comme dans une guerre peut encore servir d'alibi. Alors qu'en pleine solidarité avec les victimes il faudrait nous recycler dans une "autre" civilisation.
% J'attaque pour un Valais plus propre et plus simple.
Etre satisfait ? la nature est encore trop belle, la race trop vraie.
M. C.





Maurice Chappaz Les Maquereaux des cimes blanches. — Vevey, B. Galland, 1976, 68 p. Collection jaune soufre (n° 2).



Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet