L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Superior stabat lupus

SciasciaDictature.jpg


Le marché de la Poésie approche à grands pas. Il est donc temps de vous appâter avec quelques beaux livres frais.
Nous commençons par le premier recueil de Leonardo Sciascia (1921-1989), le Sicilien qui donnait en 1950 ses premiers poèmes en prose, inspirés d'Esope au sujet de la dictature fasciste qui venait de relâcher son étreinte.
Pier Paolo Pasolini, séduit, en avait fait l'article, et l'on retrouve son commentaire dans le volume produit par la maison Ypsilon.
D'une simplicité frappante, ces fables n'usent guère de préceptes moraux : elles n'énoncent rien que les effets de la force brutale. Comme des haïkus de la férocité, elles placent sous nos yeux l'homme et la brute, la corruption de la puissance et celle de la peur, le déshonneur des politiques et des brutes.
Beau et imparable.


Leonardo Sciascia Fables de la dictature. Édition bilingue italien-français Traduction de Jean-Noël Schifano. Postface de Pier Paolo Pasolini, - Paris, Ypsilon, 80 pages, 15 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet