L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Raymond écrit à Arthur

RaymondLaSciencelight.jpg


Il n'aura pas eu le temps d'écrire beaucoup, Raymond Callemin, dit la-Science, guillotiné à l'âge de vingt-trois ans, en 1913. En tout cas pas la Java des bons enfants que lui prête Guy Debord par fantaisie — et que désormais on lui attribue sans vergogne —, non plus que des traités d'anarchisme qu'André Lorulot, compilateur douteux, rêvait dans son Chez les loups (L'Idée libre, 1922), roman fort suspect d'idéologie et d'arrière-pensées.
La lettre à Arthur Mallet de Raymond Callemin, recopiée à E. Armand (1), vaut donc prise de position décisive, et en ces temps de discours politiques et de grands "choix pour la France", il est bon de rappeler qu'il faut lire et lire et lire pour découvrir ce qui, derrière le grand rideau de velours rouge qui tombe sur la scène lorsque le public n'a plus besoin de savoir de quoi il retourne, s'ourdit et s'écrit par ceux qui vous veulent du bien.


Raymond Callemin Lettre à Arthur Mallet contenue dans une lettre d'Arthur Mallet à E. Armand, rédacteur en chef de l'En Dehors. — Bannes-Paris, Fornax éditeur, "Les typographes"(n° 1), 2016, leporello vertical de 8 plans au format calepin étroit (9,7 x 20 cm), 50 exemplaires, 45 €



(1) Un lecteur a réagi justement : non Armand n'est pas Emile. il est E. Saura-t-on s'il portait l'accent comme la casquette ?


Commentaires

1. Le dimanche 9 avril 2017, 20:13 par Jack

Sur le site fornax.fr, précisions : Raymond Callemin, "Lettre à Arthur Mallet", 8 pages, format 9,7 x 20 cm. 50 exemplaires. 45 € (une paille !).

2. Le samedi 15 avril 2017, 15:50 par CLS Fornax

Pour Jack

Mon commentaire va porter sur la parenthèse de votre commentaire.
Pas pour me défendre contre ce que je considérerais comme une attaque mais simplement pour expliquer.
Il y a livre et livre tout comme il y a voiture automobile et voiture automobile. Je suppose que personne ne s'étonne du fait qu'une Rolls Royce coûte plus cher qu'une Dacia premier prix. Pourtant le but de ces deux objets est le même : transporter des individus d'un point à un autre en employant des chemins terrestres. Ce qui fait la différence de prix de ces deux véhicules ? La rareté, la façon de les concevoir, la qualité des matériaux utilisés, le temps passé à la réalisation.
Ce livre que j'ai conçu là a une structure originale, il est imprimé sur des papiers pur chiffon à 50 exemplaires et a été composé et imprimé à la main en typographie au plomb.
On peut préférer les Dacia aux Rolls Royce. On peut préférer les livres de poche aux livres de création. C'est une question de choix et ce choix ne regarde que celui qui le fait. Mais pour qu'un quelconque choix puisse s'exercer encore faut-il qu'il soit possible, c'est-à-dire qu'il y ait diversité dans les propositions.
Je pourrais développer encore, mais j'ai horreur de lasser...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet