L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

La Marseillaise anarchistes (1894)

AAAAAAMarsAna.jpg


(...)
La « Marseillaise anarchiste ».
Comme bien vous le pensez, je ne m'en suis pas tenu aux assurances paisibles de mon interlocuteur et j'ai acquis la certitude que les anarchistes milanais se réunissent souvent sous la présidence de l'avocat Gori, qui vient à ces réunions toujours accompagné d'un général russe qu'on m'a dit se nommer Aritoff, condamné à mort par la justice de son pays.
Ces réunions, où les intérêts du parti anarchiste sont sérieusement discutés, se terminent toujours par le chant de la Marseillaise anarchiste, dont je vous transmets le couplet le plus subversif:
Di auelacia schiere forte
Disfidanti ogni furor
Cavnlieri della morte
Cayalieri del dolor.
Noi fremmerno alla mattina
Gho sapesti il capo offrir
Alla vile gigliottina
E lo spirto aU' avenir.
Abbasso le frontière
Su in alto le bandiere
Salutiamo t'umanitâ
Sorgiamo contr'ogni tirannia
E combattinm la borghesia
Pugnnni, pugnam, pugnam
Per l'anarchia (1).
(...)
(1) Phalanges remplies d'audace,
défiant toutes fureurs,
chevaliers de la mort,
chevaliers de la douleur,
nous frémissons en sachant que chaque matin
nous pouvons offrir notre tête a la guillotine
et notre esprit à l'avenir.
A bas les frontières
Allons, bien haut nos bannières,
saluons, saluons l'humanité;
élevons-nous contre toute tyrannie
et combattons contre la bourgeoisie,
combattons pour l'anarchie.




Le Matin, 10 août 1894.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet