L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Sonica d'Ohl

AAAAAOhlSonica.jpg


Michel Ohl toujours, n'est-ce pas délicieux ?
% Cette fois avec un inédit posthume, La Poule pond qui ne dépare pas la bibliographie ohlienne.
Son frère Jean-Pierre en donne quelques clés dans son informée préface.

Michel Ohl, dès l’adolescence, fréquente Rigaut, Cravan, Artaud et autres Crevel, trouvant chez ces magnifiques "suicidés de la société" l’estampille de son propre désespoir. De Rigaut, surtout, on sent l’influence dans Sonica mon lapin, son premier livre, recueil de micro-récits pataphysiques ponctués d’aphorismes narquois.
Certes, des motifs émergent, qui pourraient servir de fil d’Ariane dans cet univers labyrinthique – le ricanement de la mort, les souvenirs d’enfance et leurs ambiguïtés, la prolifération à la fois hilarante et inquiétante du langage, le jeu sans fin des références –, mais voici qu’une moulinette ubuesque malaxe tout ceci, et le recrache au visage du lecteur !

La poule pond, le dernier recueil de Michel Ohl, peut à bon droit passer pour un viatique, un Baedeker pour le pays d’Ohl. Les figures habituelles y sont, non pas simplifiées, mais épurées par une exigence de clarté particulière, comme si l’auteur avait voulu préparer le travail du lecteur, l’aider à extraire la pépite de la gangue – après tout, "La poule pond", dans sa grandiose et parfaite simplicité, n’est-elle pas "la plus belle phrase de France" ? Les similitudes entre "Sonica mon lapin" et "La poule pond" restent cependant significatives : au "rira seul qui rira le dernier" du jeune "antipoète" répond "le rire exquis, le crâne rire ininterrompu" du sexagénaire qui sent peut-être venir la mort. En écrivant La poule pond, Michel Ohl se tient "au bord du rire et de la mort mêlés dans l’onde noire comme le tapioca et les crêtes de coq dans le consommé impérial."
On n'a pas fini de lire et de relire Michel Ohl. S'il le faut, nous ajouterons aux quelques billets de cette semaine, des extraits dignes d'attirer le lecteur ému...


Michel Ohl La Poule pond, suivi de Sonica mon lapin. Préface de Jean-Pierre Ohl. - Paris, La Table ronde, 128 pages, 15 €

Commentaires

1. Le mercredi 8 mars 2017, 13:13 par aficion

Comme il y avait Oil of Olaz comme fluide de beauté , il y a toujours Ohl of Onesse pour nous faire canner de rire - je garde le rire sardonique pré-agonique pour plus tard. Ohl of Onesse petit anglicisme hérité de l'époque où Soustons s'appellait South Town , présence anglaise oblige.Les titres de Michel Ohl sont parfois comme les appeaux coptes faits pour attirer ces petits oiseaux -et autres insectes-de lecteurs. Exemple : La mer dans Poe qui est bien sûr la Mer dans poèmes. Car de la poésie il en était bien nanti.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet