L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Le Soleil ne se leva pas, par Henri Duvernois

DahlSoleilFugit.jpg


Et voici déjà l'opinion d'un maître : Henri Duvernois

Henri Duvernois, l'illustre écrivain, le romancier célèbre dont on lit et relit les contes, l'infatigable animateur de ces pantins parisiens qui font la joie de tous, vient d'écrire à l'auteur de Le Soleil ne se leva pas, la lettre suivante :

Cher Monsieur Dahl,
Enfin ! Voilà de la fantaisie littéraire et un livre gai qui est en même temps un livre fin et délicieux. Et combien de trouvailles, comme : "Nous n'en serions pas là si le premier homme avait été Anglais..." et toutes ces notes si amèrement comiques sur le mariage !
J'ai reçu votre livre ce matin, je l'ai lu cet après§midi. Je serai donc des premiers à vous prédire un très grand succès auquel je m'efforcerai de collabore en disait partout le bien que je pense de ce roman original auquel je dois une joie réelle.
Soyez-en remercié et croyez-moi bien cordialement votre

Henri Duvernois


Le Merle blanc, samedi 30 décembre 1922


André Dahl Le Soleil ne se leva pas. — Talence, L'Arbre vengeur, collection Exhumante, mars 2017.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet