L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mangez-le mangez-le mangez-le

lapmy.jpg



Frappé par un titre aussi délicieux qu'inspirant - Remy de Gourmont doit sourire dans sa tombe -, le Préfet maritime a eu la joie de pouvoir découvrir Le Lapin mystique en sa pourpre de papier. Il a en de quoi dire, même rapidement, car le livre n'est pas commun.
Premier roman Lucien Suel, ce Lapin-là est un drôle de lièvre. Il date donc de 1998, année où il pointa l'oreille dans les pages de la revue Le Dépli amoureux. A l'époque, Lucien Suel était un revuiste forcené et son Lapin, tout nourri de substances psychotropes en porte la trace : le feuilleton se déploie, cahote, repart, tourne, boucle, prend le tournis.
Il confirme en outre que la région lilloise déploie des sortilèges bien à elle de temps en temps. Naguère, on évoquait l'opus de Lélio de Muval, qui donnait dans le registre panoramiqutopique, et voici ce rodemouvis de l'esprit avec oreilles de lapin blanc et femme avenante (Laure pour les intimes).
Littérairement, on est transporté dans des chapitres (probablement) pétris de références et de clins d'oeil. L'exercice n'est pas mécanique, pas oulipien disons, mais il n'est pas nécessaire d'être grand clerc pour subodorer la connivence, le jeu total, les emprunts et...

Me voici enfin dans un de ces châteaux, aux pieds du lapin mystérieux, du géant céleste, une parodie de glaive dans la main.

Du champignon ?
Il y en a aussi...


Lucien Suel Le Lapin mystique. - Lille, La Contre-allée, 96 pages, 8,5 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet