L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Des nouvelles...

gazmoutarde1.jpg


Christophe Macquet ouvre un blog. Outre que cela lui évite de mailer à tour de bras, cela permet à L'Alamblog de diffuser la nouvelle, et de renvoyer aisément vers ses images. Peut-être un jour vers ses commentaires.

Le Temps des cerises nous régale coup sur coup de deux livres délectables : Le Stridentisme, un volume traduit par Antoine Chareyre, jeune traducteur dont nous n'avons pas eu l'occasion de parler encore, à la figure d'un Mexicain notablement méconnu en France, Manuel Maples Arce, animateur du stridentisme dans les années 1920. Par ailleurs, paraît le Gaz moutarde, roman inédit de Viktor Chklovski et Vsevolod Ivanov, une fantaisie romanesque entraînée au rythme de la manivelle du cinématographe. Traduction de Marion Thévenot.
Dans la onzième livraison de Secousse, la revue en ligne des éditions Obsidiane, une "Guillotine" consacrée à Amour du réalisateur autrichien, M. H. Une dérouillée-dégelée soi-soi par Catherine Soullard, comme disait les poilus, qui nous paraît charpentée et justifiée. C'est ici et c'est tout à fait rassurant.
Mais voilà qui donne envie de lire d'autres tels coups de balais appliqués à d'autres fessiers culturels. Les noms nous viennent d'ailleurs avec une éloquente facilité sous les doigts dès lors que l'on chercher les faussetés du moment. Tenez, par exemple, Jérôme Ferrari. Et pas besoin de lister François Bégaudeau, on sait quelles hauteurs fréquente son esprit depuis qu'il scénarise en bd. Sic transit gloria mundi.

Un qui n'avait certes pas l'habitude de se plier au "goût du moment", c'est bien le critique musical Gabriel Astruc. Démonstration par ses mémoires inédits (la deuxième partie puisque Le Pavillon des fantômes a paru en 1929 chez Grasset ; rééd. Mémoire du livre, 2003) : ils paraissent aux éditions Claire Paulhan, s'intitulent Mes scandales et figurent désormais au monde dans une édition posthume préfacée par Émile Vuillermoz en 1936 et présentée par Myriam Chimènes & Olivier Corpet (Collection «Tiré-à-part», avec 69 photographies d'époque et fac-similés en couleurs. Index des personnes citées, 160 page, 26 euros).

C'est-y pas beau ?

Beaucoup d'autres bonnes nouvelles bientôt à propos de Claude Louis-Combet, de Jean-Pierre Verheggen, de Lucien Suel, d'Antoine Audouard, de Denis Lavant, des éditions Safran, d'Antoine Audouard, etc. (ça manque de femmes par ici, on va y remédier.)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet