L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Signé Fornax

laurFornax004.jpg



Mais oui, l'inattendu existe aussi dans le monde du polar : sous la forme de cinq chapitres qui composent autant d'enquêtes dans le monde du livre ou de l'art, Pierre Laurendeau a créé le détective Fornax, et ce dernier n'est pas sans nous rappeler quelqu'un.

En effet, Fornax est la marque d'un codicofacteur bien connu des services de bibliographilie du monde entier. Depuis les années 1970, il imprime, invente et folâtre dans l'univers du livre et du plomb sous l'identité de Christian Laucou et parfois même sous celle de Christian Soulignac, l'un et l'autre s'étant partagé la double tache de salir du papier, en écrivant et en imprimant.

Avec l'aide d'acolytes anarchistes des métiers du livre - comme il se doit -, le détective Fornax enquête chez les buveurs d'encre, chez les musiciens ambitieux et chez les fabricants de poinçons qui tous, peu ou prou, en arrivent à mourir de mort violente. C'est la loi du genre.

Le grand charme de ce livre au tempo enlevé est qu'il entreprend des expéditions dans l'histoire du livre. On y côtoie Polphile et son songe, les jouets Kinder et les Arabes du roi, la CHampagne et d'étranges Sept Chrysalides, toutes incursions dans l'étrange et le curieux qui apportent l'air de rien des informations précieuses sur le Livre. Ainsi, par exemple de la composition de l'encre d'imprimerie : connaissiez-vous le pourcentage d'étain entrant dans sa composition ?

Par la barbe d'Etienne Dolet !


Un livre à engloutir avant la fin de l'été.



Pierre Laurendeau Signé Fornax. Préface et postface de Christian Laucou. — Champcella (Le Ponteil, 05310), Sous la cape, 186 pages, 14 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet