L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Céline Minard assouplie (le souffle du sabre)

CminBasBat.jpg



Troisième édition la Bastard Battle de Céline Minard : la première avec intervention graphique de Fanette Mellier avait paru chez Dissonnaces, la deuxième dans la même foulée avait poussé chez Léo Scheer et voici la version poche, dans la collection "souple", ce qui, dans le cas de ce récit de sabre et de coups fourrés ne manque pas de logique.
Céline Minard dépassait encore une fois les bornes avec ce livre : roman de chevalerie techno-médiéval aux allures de manga, il donnait à la modernité littéraire françouaise du lustre et de la joye. Après R. (Comp'act, 2004), La Manadologie (MF, 2005) et Le Dernier Monde (Denoël, 2006), ses trois précédents livres, on savait qu'il fallait faire place à l'impertinence de Minard. Avec une pointe d'impatience, on se doutait même que ne s'arrêteraient pas en si bon chemin ses transgressions et ses expérimentations - qui, du reste, ne l'autorisent plus à rejoindre les fanges oiseuses de la littérature conventielle.
Répondant à la commande de la graphiste Fanette Mellier — alors en résidence à Chaumont (Haute-Marne) —, c'est aux fanges boueuses et grasses des guerroiements de cette bonne cité, où auraient pu s'étriper aux alentours de 1437 quelques coquillards et un ramassis de soudards commandés par un second bâtard sanguinaire et en armure, Aligot de Bourbon, qu'elle nous convie pour des ripailles langagières.
Comme dans les bons westerns-spaghetti, la chronique des combats recueillie par Denysot-le-Clerc, "dit le Hâchis, dit Spencer Five", fait rendre gorge aux vilains qui n'imaginaient guère l'existence de l'Asiate Vipère-d'une-Toise "dite la Jaunisse", une femme redoutable armée d'un sabre inouï, ni de ses amis vifs comme un alezan et forts comme une épice. C'est, il faut dire, une brillante campagne militaire, relatée dans un "Cape et épée" épatant. Les vertus de la bataille du Bâtard tiennent toute dans son énergie cinétique et dans la langue de haute graisse inventée par Céline Minard, qui, percutant les manières et langages du Moyen Âge et de notre époque, forge un autre ailleurs et un autre temps singuliers, assurément médusants.
Cette faille dans l'espace-temps, Mont Joye ! Saint Denis !, on en sort ragaillardi.



Céline Minard Bastard Battle. — Auch, Tristram, coll. "Souple", 113 pages, 6,95 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet