L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

La machine à péquand (Roland Dorgelès)

tranche_e.jpg




— Tais-toi, réplique Vieublé sans se fâcher. T'as jamais eu l'honneur d'y traîner tes grolles, à Paname, bouseux. Je la connais, ta capitale : y a que des cochons sur le boulevard.
— Quoi qu'il dit ce feignant-là !
— Il dit que t'as jamais débarqué à Paris, plein vase, même avec ton biau costume des dimanches et le canard dans le panier. D'abord, t'aurais pas pu, avec la machine à refouler les croquants. Tu la connais seulement pas, c'te machine, bellure. C'est juste en face de la gare : quand un péquand débarque, v'lan ! Y a un grand coup de piston, et le mec est refoutu dans son train. Ça t'en bouche un coin, Saturnin...




Roland Dorgelès Les Croix de bois. — Paris, Albin Michel, 1919, p. 119.



Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet