L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

De l'art dépouillatoire

Les_Ales.jpg


Laissez-la vous faire les poches de la tête !

Céline Minard crée l'événement de la rentrée littéraire 2011 avec deux nouveaux livres plébiscitées par les lecteurs, par les libraires et par la presse. Évidemment — et c'est une preuve complémentaire de qualité — le jury du Goncourt passe à côté, allègrement.

Avec Les Ales, cosigné avec l'artiste Scomparo (aux éditions Cambourakis) où folâtrent des fientes (sic) balancées comme des fées — modèle Robert Kirk — et So long, Luise (aux éditions Denoël), lettre d'amour testamentaire d'une vieille roublarde, Céline Minard renouvelle la démonstration de ses capacités à créer de la fiction de la manière la plus libre et la plus désinhibée.



Céline Minard et Scomparo Les Ales. - Paris, Cambourakis, 96 pages, 16 € Parution le 7 septembre.


Rappel
Céline Minard So long, Luise. - Paris, Denoël, 250 pages, 17 €


CM2011Al.jpg

minardsolong.jpg

Commentaires

1. Le mardi 20 septembre 2011, 21:45 par aficion

Vous êtes un(e) amateur(trice) d'Henri Michaux et vous venez de rouler 1000 km en moto par temps frais en laissant autant que faire se peut votre esprit divaguer dans son champ privé;à l'étape, seul(e) à table une soupe campagnarde avec un vin de Cornas pas des gueux. Dans les écouteurs Köln Konzert (K.J.). A peine fini le fromage vous attaquer Les Ales ( prononcer The èyelsss comme les blondes anglaises ). Ainsi vous êtes en phase avec le texte de Céline Minard à avaler d'une traite. Sinon , que la fiente vous tombe sur la tête!

2. Le mercredi 21 septembre 2011, 12:27 par aficion

Je suis désolé pour l'orthographe ("vous attaquez donc"). Aucune référence au français ancien cher à C. Minard pour me rattraper...Utinam aves super capitum meum cacent! Citation adaptée pour la circonstance et appartenant à Jules Romains dans Les Copains.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet