L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Yves Martin et Valérie Rouzeau

MartinRouzeau.jpg



Voilà bien un sommaire pour nous plaire : un seul numéro de la revue Décharge propose — accrochez-vous — un recueil inédit d'Yves Martin et un dossier consacré à Valérie Rouzeau, avec un bel entretien.

Que demande le peuple ?

Les neufs poèmes inédits d'Yves Martin restaient manuscrits dans un cahier scolaire datés du Brunoy, septembre-octobre 1992, titré Le Mûrissoir.
Cet ensemble, rédigé dans une clinique lors de l'un des nombreux séjours hospitaliers que le poète eut à subir, faisait partie des archives de l'éditeur Guy Chambelland.

En voici quelques vers :

La douleur: une concierge
qui entrouvre ses rideaux.
Plus le pas et grave, plus ils bougent
L'entrée sent la musette, les cantines,
le pommeau de la rampe doit ouvrir
une paroi secrète. Au sous-sol,
la piquette des martyrs.



Dans la même livraison, un cahier photos de Sabine Weiss, les peintures de Nikos Engonopoulos, des poèmes de Jean-Paul Klee, six poètes allemands traduits par Rüdiger Fischer, des poèmes italiens de Jean-Louis Jacquier-Roux, des chroniques, etc.


Décharge (n° 150, juin 2011), 130 pages, 6 €
Illustration de couverture par Nikos Engonopoulos.
c/o Jacques Morin 4, rue de la Boucherie 89240 Egleny
decharge-revue@wanadoo.fr


A signaler également, l'entretien d'Yves Martin avec Léo Malet dans Garde à vue d'Alfred Eibel (voir l'Alamblog du 5 juillet dernier)

Commentaires

1. Le jeudi 7 juillet 2011, 13:00 par ligero

Un sommaire qui décape..... mais le nom de la revue c'est Décharge.

2. Le jeudi 7 juillet 2011, 15:35 par gc31

Cher Préfet maritime ;
Aïe aïe aïe : le soleil qui réchauffe ton île a perturbé ton attention au point de te faire nommer Décapage la solide revue trentenaire Décharge qui, en plus de ce numéro 150 offre à ses fidèles un Hors-Série de haute volée.
Peux-tu, cher Préfet, rectifier la chose et ... donner l'adresse? Merci pour l'équipe Morin-Vercey-Kewes and co.

3. Le jeudi 7 juillet 2011, 16:21 par Claude Vercey

J'ai cru d'abord à une plaisanterie, cher Eric Dussert, - il nous arrive en effet de pratiquer le Décapage , - mais quand vous référencez la revue, il a bien fallu que je me rende à l'évidence : vous vous surmenez. Le titre de la revue est bel et bien Décharge, oui. Et non Décapage (mais c'est joli quand même )
allez, une petite rectification, et nous serons contents. Il n'est pas si souvent qu'on parle de nous...
Cordialement,

4. Le vendredi 8 juillet 2011, 11:24 par Le Préfet maritime

Oups...

5. Le dimanche 10 juillet 2011, 03:30 par cls

Ami,

Je crois que tu viens de trouver une façon élégante et malicieuse d'obtenir une foultitude de commentaires à tes billets du jour. Tu glisses une petite erreur dans chacun d'eux et tu verras alors se lever la cohorte sans nombre des râleurs et rectificateurs. Ah, je te jalouse cette belle invention. Comment ai-je pu oublier que nous étions en France ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet