savontete.jpg



Né en plein Marseille, capitale du soleil, le 19 avril 1856, il a l'enthousiasme et la sincérité qui façonnent les poètes aux moules primitifs de la beauté. Sorti de l'école primaire des frères, à l'âge de seize ans, n'a fait que des études très simples et n'a pu se nourrir sur la littérature antique, ce qui lui manquera toujours..Talent tout d'inspiration, de nature et d'instinct, sa guirlande poétique est curieuse, étant un mélange perpétuel et antithétique de rêves et de cauchemars, de réalité passant au trivial, d'élégance confinant, au fantastique, épines faisant pendant à des roses, fantômes escortant des génies.

Fit ses débuts à la Vedette, où il publia en détail les Indignations, qui eurent en volume un très vif succès. Michel Savon était descendu du Parnasse, avec un relief étonnant pour flageller les travers de ses contemporains, et, soudainement pamphlétaire anacréontique, il charma ses lecteurs, qui s'abandonnèrent à la suite de ses héros ou de ses rêves. Vacquerie a dit des Indignations dans le Rappel : ''Oui, c'est bien une œuvre de combat, amère, injuste, violente, incapable, mais il y a là en germe, j'en conviens, un talent de poète incontestable et qu'on peut saluer en passant ». Michel Savon a regretté depuis les violences de sa plume et voilà longtemps déjà que pour lui la politique est morte.

A appartenu de 1883 à 1885 à la Gazelle du Midi, où il rédigeait la locale et publiait des poésies à l'emporte-pièce sous le titre Escarmouches. Ces vers sont aujourd'hui absolument oubliés et par l'auteur et par le public. A sa sortie de la Gazette, collabore au Soleil du Midi, où il donne ses chroniques du lundi. Entre temps, publie dans le Bavard la « Chanson des bébés » et le « Livre des Aimées ». Le premier de ses recueils a largement contribué à sa réputation. Toutes ces fantaisies, revues et expurgées, formeront le texte d'un volume de luxe en préparation : La Muse à genoux. Fera paraître chez Dentu, dans le courant de l'année prochaine, son premier roman Mureille Cladol, roman dont l'exécution est sereine et les tons fins, diamantés, argentés.

Michel Savon n'a jamais écrit de pièces de théâtres, mais a fait applaudir aux Variétés un Prologue d'ouverture ; au Gymnase, deux morceaux d'à-propos : A Victor Hugo ! A Carré ! ; Au Palais de Cristal : ''A Rouffe !'

Son nom est intimement lié depuis dix à douze ans au mouvement littéraire marseillais. Il a été l'un des fondateurs du Portique et l'un de ses présidents. Fut, lors de sa fondation, secrétaire particulier du Syndicat de la presse marseillaise:

Horace Bertin a dit de lui dans Bustes et Masques : « C'est un confrère d'une tolérance rare en matière d'opinions. Instinctivement bon et serviable, Michel Savon, au plus fort de la lutte, a su respecter toujours les personnalités. »

Michel Savon est au demeurant un confrère loyal, droit, sympathique et qui n'a que des amis. Son prochain livre Au Pays du Rêve, est impatiemment attendu par tous.



Etienne Bellot (1865-1910?) Nos écrivains marseillais. - Marseille, Barthelet, 1896, pp. 144-146.