PavilpourAchard.jpg



On a beau faire, la marque "Les Lettres françaises" a foisonné au siècle dernier.
Il y a tout d'abord une maison d'édition fondée par Paul Achard, une revue latino-américaine durant la Seconde guerre mondiale, et une revue, mutée collection, après la guerre en métropole.
C'est la première de ces structures qui nous occupe ici, installée par son fondateur, le journaliste et écrivain Paul Achard, à l'adresse du 21, place des Vosges.
Son plus gros succès, d'estime et de vente, aura été Ia !, fruit d'un reportage qui, deux ans avant Simone Weil, prévenait les Français du danger qui leur pendait à l'Est...
L'enquête reste à approfondir...


Catalogue

AchardChiens.jpgPaul Achard Nous, les chiens. Préface de Tristan Bernard. - Paris, Éditions des lettres françaises, 21, place des Vosges, 1929 (a. i. 21 juin, Abbeville, impr. F. Paillart) ; Nlle éd. 1932 (a. i. 21 mai).

Paul Achard Ia ! Couverture de Julien Pavil. - P., Éditions des lettres françaises, 1930 (a. i. 14 octobre, Vesoul, Marcel Bon imp.), 431 p. Il a été tiré 5 japon, 8 Hollande, 12 pur fil, 100 alfa, tous numérotés.

AchardAmerique.jpgPaul Achard Un oeil neuf sur l'Amérique. Illustrations de D. Olère. - P., Éditions des lettres françaises, 1930 (a. i. 16 mai, Paris, impr. E. Ramlot et Cie), 285 p. Il a été tiré 10 japon, 15 hollande, 30 pur fil Lafuma, 150 Alfa.

Marcel Nalpas La Passion d'Antoine Carmel. Préface de Marcel Pagnol. Illustrations de Paul Collin. - Paris, Paul Achard (Éditions des lettres françaises), 1929 (a. i. 18 novembre 1929), XIII-259 p. 20 japon impérial, 40 hollande, 80 vergé d'Arches, 200 vélin pur fil Lafuma. Marcel Nalpas était un ami d'enfance de Marcel Pagnol qui donna dans Fortunio, en 1913, un poème prophétique sur la guerre à venir.

Lokoma.jpgGuillemette Marrier Lokoma. Illustrations de Pierre Rousseau. - P., Éditions des lettres françaises, circa 1930. Sera réédité chez Tallandier en 1935.

Le Prix des lettres françaises
Le prix des Lettres françaises (10.000 francs) institué par les Editions des Lettres françaises que dirige M. Paul Achard, a été décerné à Mme Guillemette Marrier, femme du colonel Bourgeois, au cours d'un déjeuner présidé par M. François Poncet, sous-secrétaire d'Etat des Beaux-Arts. Le jury était composé des prix littéraires de l'année 1928-1929, notamment : MM. Constantin-Weyer (prix Goncourt 1928) ; M. André Demaison (grand prix du roman de l'Académie française 1929) ; Joseph Jolinon (prix de la Renaissance 1929) ; André Obey (prix Théophraste-Renaudot 1928) ; André Lafond (prix Strassburger 1929).

Ouest Eclair, 20 décembre 1929