L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

La Connaissance de René-Louis Doyon




La Connaissance (Paris) : ne manque pas, dans un autre domaine, de faire aussi de la bonne besogne. Malgré lés difficultés matérielles qui prennent à la gorge une revue jeune s'acharnant à paraître sur cent pages. « La Connaissance » accomplit son programme, avec sérénité. René-Louis Doyon, son directeur, n'a pas hésité à sacrifier pour la tenir en vie, tous les bénéfices réalisés par les « éditions de la Connaissance », et c'est là une preuve de désintéressement qu'il faut souligner. Le numéro d'octobre est à la hauteur des précédents. Des lettres de Tagore, précédées d'une étude de E. Le Brun sur le poète, des lettres inédites de Stendhal, des articles de Reboul, Guétary, E. Baylet, Cassou, Pitollet, etc., et les propos d'un mandarin composent un sommaire opulent. Nous souhaitons à « La Connaissance » de pouvoir poursuivre son effort.



L'Art libre (n° 15, novembre 1920, p. 208)


A suivre sur l'Alamblog, prochainement, la bibliographie de La Connaissance...

Commentaires

1. Le mercredi 12 janvier 2011, 11:02 par Alain Paire

Un ami, Maurice Poccachard, me transmet aujourd'hui une sentence qui figurait au fronton des éditions de Doyon. Lieu commun qui implique humour, "On se lasse de tout, sauf de connaître" . A.P

2. Le mercredi 12 janvier 2011, 14:13 par Le Préfet maritime
Excepté de connaître, disait le Mandarin.
3. Le jeudi 13 janvier 2011, 09:24 par Maurice Poccachard

Sauf que j'ai manqué de rigueur, et c'est impardonnable de ma part.
Dites, Monsieur le Préfet maritime, pouvez-vous raccourcir "prochainement" pour la bibliographie ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet