L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Prix du tractorisme dialectique décerné à Mikhaïl Mikhaïlovitch Onfrayovitch (Etienne Cornevin)

Tractor.jpg



Nos correspondants de l’académie de Mourmansk sont heureux de nous annoncer que le prix du tractorisme dialectique a été décerné à l’unanimité au camarade Mikhaïl Mikhaïlovitch Onfrayovitch pour son livre : « Les affabulations du tractoriste Simon Lajoie ».


Dans une langue remarquablement pondérée et concise (3500 pages seulement), le camarade Mikhaïl Mikhaïlovitch Onfrayovitch, diplômé de la haute école de tractorisme élémentaire de Mourmansk, démontre les nombreuses insuffisances du tracteur Lajoie, adopté depuis longtemps par la plupart des travailleurs agricoles des pays capitalistes : – il creuse des sillons ondulés qui font ressembler les champs labourés à des vagues, au lieu de la belle ordonnance militaire des champs socialistes – le labour n’est jamais vraiment terminé, et doit constamment être recommencé – le moteur est compliqué et ne peut être réparé que par des mécaniciens spécialistes qui ont fait des années d’études supérieures – il arrive très souvent que les tracteurs Lajoie buttent sur des vestiges archéologiques, et il faut alors interrompre le labour pendant des semaines, des années ou quelquefois pour toujours – les machines Lajoie sont capillotractées, c’est-à-dire que des cheveux servent de courroies de transmission, ce qui nécessite l’entretien d’une abondante pilosité tout à fait contraire à l’aspect calvitoglabre du tracteur Oulianov qui a notre préférence depuis la Grande Révolution – les conducteurs se prennent pour des artistes et abreuvent les sillons de liquides impurs simplement pour faire joli !


La partie la plus novatrice de l’étude du camarade Mikhaïl Mikhaïlovitch Onfrayovitch porte sur la personnalité de l’inventeur du tracteur Simon Lajoie (qui s’appelait – c’est une des nombreuses révélations du livre – Simon Lajoie). On se doutait bien qu’il s’agissait d’une hyène capitaliste décadente, mais la réalité dépasse les suppositions les plus hardies. Personne ici ne lui reprochera de n’avoir pas aimé les femmes ni les pédérastes, le tractorisme n’est pas une profession de tapettes, mais Simon Lajoie était un affabulateur, qui a présenté son tracteur comme un nouveau modèle de Formule 1, et comme un modèle tout terrain, alors qu’en haute montagne, sur un lac gelé ou dans les fosses marines il est inutilisable ! De plus, Simon Lajoie était un arriviste qui n’a pas hésité à prendre à rebours toutes les idées courantes en matière de tracteur pour devenir plus vite « rich and famous ». Simon Lajoie était cupide : il avait installé un carré de terre dans son deux pièces/cuisine sans ascenseur, et il le retournait tous les jours avec un tracteur miniature en récitant la fable du Laboureur et ses enfants. Simon Lajoie était incestueux, allant jusqu’à coucher avec son tracteur (qui était comme son fils). Simon Lajoie était superstitieux : il faisait abreuver de blé les sillons que ses tracteurs avaient creusé pour conjurer la stérilité. Simon Lajoie était paranoïaque : il expliquait à tout le monde le fonctionnement de son invention pour empêcher qu’on ne la lui vole.


On pourrait continuer ainsi assez longtemps, car il était en outre névrosé, dépressif, phobique, hypocondriaque, fumeur invétéré, drogué et avait bien sûr des sympathies pour les fascistes italiens. En lisant l’essai du camarade Mikhaïl Mikhaïlovitch Onfrayovitch, tous les tractoristes authentiques – et alphabétisés – oscilleront entre l’indignation, le mépris, le dégoût et le doute : se peut-il donc que l’un de ceux qui ont le plus fait pour la modernisation du tracteur nous aie fait à de nombreux égards régresser en deçà des attelages de bœufs traditionnels ? Hélas, le camarade Onfrayovitch a rassemblé des preuves accablantes : le tracteur Lajoie n’était qu’une illusion, et cette illusion n’a plus d’avenir.


Etienne Cornevin (Nouvelles-Hybrides)

Commentaires

1. Le mercredi 2 juin 2010, 02:15 par frdm.fr

À propos de l’affaire Onfreud :
http://www.facebook.com/notes/psych...
= http://goo.gl/srst
Où l’on découvre dans les propos de M. Onfray dans la presse et à la télévision qu’il cherche à substituer à la psychanalyse dite « freudienne » une « psychothérapie pour aujourd’hui », « psychanalyse post-freudienne », consistant en… la « méditation philosophique », substituée par supersessionisme. Et que pour cela, il cherche à ridiculiser la règle fondamentale, la « loi » de la psychanalyse, qui consiste du côté du patient à dire tout ce qui vient à l’esprit (« association libre »). Et que dans ces conditions, le livre de M. Onfray cherchant à ridiculiser Freud n’est qu’un moyen de parvenir à ses fins qu’il révèle par ailleurs : « je souhaite dire que j’aimerais que ce livre soit aussi et surtout l’occasion de penser une psychothérapie pour aujourd’hui », in article de M. Onfray publié sur le site du Monde le 7 mai 2010. Où l’on découvre que tout ceci est motivé par la phobie de la notion “freudienne” selon laquelle la « normalité » n’existe pas, et qu’il n’y a qu’une différence de degré, et non de nature, entre les « normaux » et « ceux qui ne le sont pas », et que M. Onfray estime cela scandaleux et tient à une frontière nette entre les deux, afin de pouvoir se placer… devinez dans quelle catégorie : voilà toute l’affaire. Voilà ce qu’y trouvent ceux qui soutiennent M. Onfray dans son ambition.
Sommaire
— des extraits de l’article de M. Onfray paru sur le site du Monde le 7 mai 2010 (mais non paru dans l’édition papier)
— un premier commentaire de l’article de M. Onfray paru sur le site du Monde le 7 mai 2010
— des extraits du Dossier publié par Le Monde, sur site le 7 mai 2010 et dans l’édition papier le 8 mai 2010 : deux articles parmi ceux du dossier
— les liens vers les enregistrements vidéo de la prestation de M. Onfray lors de l’émission télévisée de Laurent Ruquier le samedi 8 mai 2010
— la transcription et le bref commentaire des passages estimés essentiels de la prestation télévisée précitée de M. Onfray le 8 mai 2010
— le lien vers le blog de M. Onfray qu’il consacre à son livre et les suites de celui-ci notamment dans les médias : essentiel pour mieux apprécier la “mentalité” de M. Onfray
— addition sur la notion de science et si la psychanalyse est une science
— le lien vers le blog d’Emmanuel Fleury qu’il consacre à l’affaire Onfray et notamment liste la plus complète des liens vers les articles relatifs à cette affaire.
Voir http://www.facebook.com/notes/psych...
= http://goo.gl/srst
---
http://psychanalogie.fr

2. Le lundi 30 août 2010, 23:38 par JM_Perret

Mais à ouvrir négligemment France-Culture, il semble que l'animal bouge encore...
Lajoie redouble.
JM.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet