L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Vie et bibliothèque de Pierre Unik

PierreUnik.jpg



Afin de marquer dignement le centenaire de Pierre Unik, surréaliste notoire né à Paris le 5 janvier 1909, le libraire Emmanuel Hutin vient de publier un catalogue à prix marqués des ouvrages de sa bibliothèque personnelle qui n’est pas seulement un catalogue à prix marqués des ouvrages de sa bibliothèque personnelle. C’est aussi une biographie de quatre-vingt trois pages, largement documentées et bellement illustrées.
Soit un ouvrage de référence que tout amateur un peu consciencieux va lire utilement et conserver précieusement, après avoir rêvé - ou acquis - l’une des 138 pièces assez formidables que contient ce catalogue.
Par exemple

(Pierre Naville). La Révolution et les intellectuels. Que peuvent faire les surréalistes ? Paris, s. n., 1926. Plaquette in-8° carré, agrafé.
Edition originale publiée anonymement, signée des fantaisistes initiales A. D.
Inséré l’article de Marcel Boulenger “Un mot souillé”, paru le 7 avril 1928 dans le Figaro à l’occasion de la sorite chez Gallimard d’une nouvelle édiiton de l’ouvrage.
Annotations autographes d’Unik en marge de deux pages se référant à Marx.



Unik en deux mots

Fils d’un tailleur de Paris (rue des Petits Hôtels, du côté de la gare du Nord), ce gamin de Paris (Xe) rencontra les surréalistes en 1924. Après son service militaire (il est libéré en octobre 1930), il travailla dans une maison de disques puis s’adonna au journalisme. Collaborateur des publications surréalistes, il prit parti pour Aragon lors de la crise surréaliste de 1932, avec Luis Bunuel, Maxime Alexandre et Georges Sadoul. Lié au PCF, c’est Paul Vaillant-Couturier qui l’appela à la rédaction en chef de Regards (1936-1939), le superbe hebdomadaire illustré du PCF. Ami d’Eli Lotar, il fut proche de Rafael Alberti et de Federico Garcia Lorca. Pierre Unik n’a laissé que trois livres - Le Théâtre de mes nuits blanches (1931), Chant d’exil (1972), Le Héros du vide (1972) - et une foule d’articles souvent non signés, ainsi que cinq films réalisés par Henri Cartier-Bresson, Jean Renoir, Luis Bunuel ou Jean-Paul Le Chasnois. Pierre Unik a été déclaré décédé le 27 février 1945 à Grenzbauden en Tchécoslovaquie (Mairie du 10e arrond., 15 octobre 1957).



Libraire-Galerie Emmanuel Hutin
5, rue d’Argenson
75008 Paris
trancoATclub-internet.fr

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet