L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Rions un peu (des poètes)

bramipoesie.jpg


Une première version d'Amis de la poésie avait paru en feuilleton dans feue la Main de Singe et, déjà, on s'en était payé une tranche.
En volume, c'est bien pis. Emile Brami, bien connu pour ses ouvrages sur Louis-Ferdinand Céline et ses romans, ne nous avait pas habitués à de tels débordements malicieux. Sa goguenardise, affûtée à la fréquentation des Poëtes (prononcez poïètes), est d'autant plus efficace qu'il conserve sans faillir l'air de n'y pas toucher.
L'argument de son opus est simple : à la suite d'un malentendu, son narrateur est invité à participer au "salon littéraire" du château de Pontiac, organisé par une dame patronnesse, adepte de poésie contemporaine, qui rassemble chaque année en son castel du Sud-Ouest la fine fleur des poètes estampillés modernes : lettristes, bruitistes, formalistes mènent donc leur cirque en cercle confiné afin, croirait-on, de nous régaler de leurs vanités compilées.
Le fragment de Maurice Lemaître est authentique, les comportements grégaires décrits par notre moqueur le sont aussi.

En épigraphe, cet extrait d'une lettre de Jean-Patrick Manchette à Pierre Siniac :

Je crois tout platement qu'on a vraiment fait le tour des formes. Les gugusses modernistes ne font que réchauffer les restes de Céline, de Joyce, de Dada.


Amis de la poésie, ou les "formalistes" savent être aussi ridicules que les "lyriques".


Emile BRAMI Amis de la poésie... roman comique. — Paris, Fayard, 2008, 80 p. 8 euros.


Ses romans
Histoire de la poupée (Ecriture, 2000)
Art brut (Ecriture, 2001)
Le Manteau de la Vierge (Fayard, 2007)

Ses essais
Rigor Mortis (Ecriture, 2002)
Céline : Je ne suis pas assez méchant pour me donner en exemple (Ecriture, 2003)
Céline, Hergé et l'affaire Haddock (Ecriture, 2004)

Son DVD
Céline vivant (Montparnasse, 2007)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet