L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Bibliographie lacunaire des éditions Gastein-Serge




Après les photos, les textes.
Le nom de Florian-Parmentier est bien connu des chercheurs qui tentent, après Michel Décaudin et ses prédécesseurs, d’entrevoir ce que fut vraiment le premier demi-XXe en dehors des escagasseries bien connues.
Nous avons donc gratté un peu pour nous apercevoir que ce Florian-Parmentier là fut non seulement critique, poète, auteur, théoricien, mais aussi éditeur sous deux marques distinctes. D’abord les éditions Gastein-Serge, dont voici le catalogue lacunaire, puis des éditions du Fauconnier dont vous aurez le catalogue un jour prochain.
S’il reste à en apprendre un peu sur les jeunes années de notre gaillard, nous pouvons avancer qu’il avait installé 17, rue Fontaine son domicile avant la guerre, et y avait entreposé le siège de ses éditions ; qu’il fut mobilisé à 35 ans le 6 août 1914 comme simple soldat et qu’il resta quarante-neuf mois au front. Il finit par être évacué pour intoxication par les gaz de combat deux mois avant la fin de la guerre. Il laissa le récit de son expérience sous le titre L’Ouragan, cité par Jean Norton Cru. Tous les champs de bataille de la Grande Guerre y figurent : Charleroi, Guise, la Marne, Reims, l’Aisne, la Woëvre, Berry-au-Bac, Verdun, la Somme, la Champagne …)
Voici, pour commencer, à quoi il était occupé avant et pendant-guerre, lui le revuiste, le pigiste, le correspondant d’une multitude de journaux tels que l‘Essor septentrional, la “Revue impulsionniste” (il en fut directeur), la Revue des Flandres (il en fut co-directeur), la Province, la Revue de l’Epoque (de Marcello-Fabri), le Courrier de France (directeur il en fut) ou encore Patria (secrétaire générale il a été) (1).
Tout ça dans le désordre, sachant qu’il appartint à cette vive génération, brisée menue par quelque algarade entre nations, qui apporta à la théorie littéraire une plus que pléthorique floraison d’ismes régénérateurs, ou non.
Pour sa part, Florian-Parmentier aura été l’impulsionniste en chef.

(A suivre : nous donnerons aussitôt que possible la bibliographie lacunaire des éditions du Fauconnier, ainsi que la liste des auteurs traités dans les trois volumes de la série Toutes les lyres, anthologie-critique illustrée).

CATALOGUE


ALISBERT Papillons — Paris, Gastein-Serge, (circa 1914).

Enthyl d’AVOSS Symphorien de Vranges, roman — Paris, Gastein-Serge, (circa 1914).

Alice BERTHET Les Expériences d’Asthénéia au Jardin de la Connaissance. Frontispice par A. Loriot. — Paris, Gastein-Serge, s. d., 147 p..

Marguerite BERTHET L’ascète du Mont-Mérou, voyage interplanétaire. — Paris, Éditions Gastein-Serge, 1914, 168 p.
La Fée aux oiseaux, 5 actes en vers (circa 1914)

Alphonse BOURGOIN Pâques d’Alsace, deux actes en vers. — Paris, Éditions Gastein-Serge, 1908

Marie-Anne COCHET Idéale Semence. Préface d’Alcanter de Brahm (Marcel Bernhardt). — Paris, Éditions Gastein-Serge, 1908, 191 p.

G. DEMNIA Le Voyage en Afrique. Poèmes d’Algérie, poèmes — Paris, Gastein-Serge, 1908, 206 p.

devignero.jpgRoger DEVIGNE Les Bâtisseurs de villes, poèmes. Première Edition enrichie de huit dessins par André de Székely. — Paris, Gastein-Serge, 1910.

Louis ESTEVE L’Hérédité romantique dans la littérature contemporaine. Deuxième édition. — Paris, Gastein-Serge, 1914, LX-198 p.

toutesleslyres.jpg
FLORIAN-PARMENTIER Le Défi suprême, pièce à dire. 16e édition (mention fictive). — Paris, Gastein-Serge, (1908), 8 p.
Déserteur ? roman. — Paris, Gastein-Serge, 1909, 369 p.
Les Deux vengeances, roman-théâtre en 3 parties. — Paris, Gastein-Serge, 1908, 90 p. Collection “Les Romans populaires et littéraires”.
L’Éternité dans l’homme, poème dit par l’auteur, le 24 mai 1908, devant le tombeau de Victor Hugo, à l’occasion de l’anniversaire de la mort du poète, célébré par la Société Victor Hugo, au Panthéon. — Paris, Gastein-Serge, 1908, 8 p.
La Sorcellerie devant les temps modernes. — Paris, Gastein-Serge, 1908, 75 p.
L’Impulsionnisme, essai. Nouvelle édition
La Physiologie morale du poète, essai (circa 1914)
Amis de collège, 1 acte en prose (circa 1914)
Histoires échevelées, contes et nouvelles. 1900.
L’Art & l’époque (L’art d’aujourd’hui devant l’avenir), essai synthétique. — Paris, Gastein-Serge, 1908, 47 p.
La littérature et l’époque, essai
Pointes Sèches
Toutes les lyres. Choix d’oeuvres poétiques modernes. Avec biographies critiques, documents inédits, portraits et ornements originaux. (Anthologie des Poètes contemporains. première série). Paris, Gastein-Serge éditeur, 17, rue Fontaine (1909) : Henri Allorge, Auguste Barrau, Rému Beaurieux, A. Belval-Delahaye, Emile Blémont, THéodore Botrel, Charles Boudon, Saint-Georges de Bouhélier, Alvanter de Brahm, Antoine Carlier, Daniel Charbonnier, Raymond Christoflou, André Colomre, Nelson Couytigne, Henry Daguerre de Hureaux, G. Demnia, Roger Dévigne (Georges-Hecotr Mai), Auguste Dorchain, Charles Dornier, Albert Ferland, Florian-Parmentier, André Foulon de Vaulx, René Ghil, Fernand Gregh, Pierre Harispe, Octave Houdaille, Albert Jounet, Philéas Lebesgue, Sébastien-Charles Leconte, Emile Lonchampt, Jacques Nayral, Georges Normandy, Maurice Olivaint, Jean PLémeur, M.-C. Poinsot, Charles-Rafaël Poirée, Léon Riotor, Han Ryner, Paul Soulas, Gabriel Volland, et Mmes Marie-Anne Cochet, Marie Dauguet, Adrienne Dumont-Bougillot, Alice Lobert, Marie-Antoinette Picotin, Marie Planque, Anne Régel, Jeanne Ryner, Marie Soumabère. Les notices biographiques sont rédigées par MM. Georges Beauglais, A. Belval-Delahaye, Charles Boudon, Paul Cavaillon, John-L. Charpentier, Raymond Christoflour, Jean Digniaux, Florian-Parmentier, P.-M. Gahisto, John Rolley et Pol Villox.
Toutes les lyres, anthologie-Critique (des poètes contemporains), ornée de dessins et de portraits (nouvelle série). — Paris, Gastein-Serge, (1909).
Gabriel GASZTOWTT Les Fêtes du coeur, roman — Paris, Gastein-Serge, (avant 1914).

René GHIL De la poésie scientifique. — Paris, Gastein-Serge, (1909), 65 p. Collection L’Esprit des temps.

Emile LESUEUR Une ferme de l’Artois à la veille de la Révolution, documents pour servir à l’histoire de la société artésienne en 1789. — Paris, Gastein-Serge, (1913), 120 p.

Alice LOBERT La Vieille Horloge, pièce à dire. — Paris, Gastein-Serge, (circa 1914).
Le Percepteur de Fontaines-lès-Amours. — Paris, Gastein-Serge, (circa 1914).

P. LOTHIER Jeunes filles d’avant-guerre, satire en un acte. — Paris, Gastein-Serge, 1922, 72 p.
Un mariage manqué, satire en 2 actes. — Paris, Gastein-Serge, 1922, 100 p.
Nos fiançailles, bluette en un acte. — Paris, Gastein-Serge, 1923, 27 p.
Rêves de Lorraine, drame en 3 actes. — Paris, Gastein-Serge, (1923), 177 p.

Henry-MARX Les Heures ferventes, roman

Nadège NASTRI Maroussia Dorn — Paris, Gastein-Serge, (circa 1914).
Un collaborateur, SVP, 1 acte en prose — Paris, Gastein-Serge, (circa 1914).

Jacques NAYRAL A l’ombre des marbres, poèmes. — Paris, Gastein-Serge, 1909, 151 p.
Le Miracle de Courteville, roman contemporain. — Paris, Gastein-Serge, 1909, 360 p.

Georges NORMANDY Articles de Paris, horizons de province (1907-1908). Préface de Jean Ajalbert. — Paris, Gastein-Serge, 1908, XII-312 p.

Paul PIOT La Trahison, drame lyrique et féerique, 3 actes en vers libérés. — Paris, Gastein-Serge, 1908, 80 p.

Maffeo-Charles POINSOT Le Temple qu’on rebâtit, littérature et philosophie sociales. — Paris, Gastein-Serge, 1908, 58 p. Coll. L’Esprit du temps.

Charles-Rafaël POIREE Visions. Préface de Florian-Parmentier. — Paris, Gastein-Serge, 1911, 227 p.

Han RYNER Le subjectivisme : rire !. — Paris, Gastein-Serge, 1909, 48 p. Coll. L’Esprit du temps.
Les Voyages de Psychodore, nouvelle édition (non avérée)
Les Chrétiens et les Philosophes, nouvelle édition (non avérée)

TIMOTHEON Non Credo. La Crise religieuse. Préface d’Ernest Charles (circa 1914)

Signalons encore que la maison Gastein-Serge diffusa la revue Les Actes des Apôtres.


(1) On trouve encore sa signature dans Touche à tout, Pages modernes, L’Esprit français, La Grande revue, la France vivante, etc.

Commentaires

1. Le samedi 3 mai 2008, 20:19 par zeb

C'est pour ça que l'on aime cet Alamblog... Félicitations au Préfet maritime pour cette biblio et le coup de projo sur Florian-Parmentier, si souvent croisé, mais si peu connu.

2. Le dimanche 4 mai 2008, 21:27 par C. Arnoult

Je crois pouvoir apporter quelques charmantes précisions sur les "jeunes années du gaillard". On apprend par un notice de Franz d'Hurigny (éd. de la Cité Spirituelle, vers 1938) que "l'enfance de F-P fut à la fois rêveuse, inventive, et d'une prodigieuse activité. Entomologiste en herbe, amant de la nature aux heures de la solitude, mais aussi parmi les petits camarades, « chef de bande » toujours prêt à mille improvisations, le futur écrivain se révèle acteur, musicien, modeleur, peintre, poète, — et, malgré tout, bon élève..." Primesautier, n'est-ce pas ?
Toujours d'après d'Hurigny, à 16 ans, F-P avait écrit la plupart des poèmes réunis en 1899 dans "Rêveries et Frissonnements" (!), paru chez Vanier. "A 18 ans, ses humanités faites, il méditait les propositions de sa philosophie dans une maison d'exportation où, voulant apparemment favoriser ses penchants, on l'avait fait chef... d'un rayon désert." Sébastien-Charles Leconte, dans la préface au "Génie" (Fauconnier, 1922), précise cet épisode : "Dans la maison d'exportation, il fut jugé apte, de par son grec et son latin, à... passer des socques au noir-de-galoches."
Puis c'est l'âge des casernes, il fait son service militaire à Verdun. Des gaietés de l'escadron, il rapporte la documentation de son roman "Déserteur ?" (1909). A la même époque, il rencontre Léon Deubel à Nancy.
Il arrive enfin à Paris en 1905, année de publication de sa "Philosophie de l'Impulsionnisme", théorie qui me semble assez obscure, mais, paraît-il, "déchaîna l'enthousiasme de Moscou à Buenos-Ayres". On croit lire entre les lignes que Freud lui aurait tout piqué... Il fonde et dirige la "Revue impulsionniste" (1905-1906) ainsi que "L'Essor septentrional" (1903-1906) et dirige "La Revue des Flandres" (1906-1907).
Je n'en sais pas plus pour la période d'avant 1910.
Précisions concernant les ouvrages de Han Ryner chez Gastein-Serge : "Les Voyages de Psychodore" et "Les Chrétiens et les philosophes" sont a priori de simples reprises du tirage de l'EO sous nouvelle couverture.
Je profite de ce "coup de projo" sur F-P pour mettre en ligne sur mon blog un CR par Han Ryner de "Par les routes humaines", de F-P (http://hanryner.over-blog.fr/articl...).
Exhumons, exhumons, les disparus ont parfois de beaux restes !

3. Le lundi 5 mai 2008, 20:27 par GH

Merci pour la découverte !
Il y aurait également :

Marguerite BERTHET La Poésie féminine française à l’étranger. I. Roumanie. 1908.
La Fée aux Oiseaux, féerie en cinq actes, en vers. 1912
L’Ascète du Mont Mérou. 1914, 165 p.

Alphonse BOURGOIN, Pâques d’Alsace, deux actes en vers. 1908.

Marie-Anne COCHET, Idéale Semence. Préface d’Alcanter de Brahm [Marcel Bernhardt]. 1908, 191 p.

DEMNIA, Le Voyage d’Afrique. Poèmes d’Algérie. 1908, 206 p.

FLORIAN-PARMENTIER, Histoires échevelées, contes et nouvelles. 1900.
L’Art & l’époque (L’art d’aujourd’hui devant l’avenir), essai synthétique. 1908, 47 p.

G. GASZTOWLT, Les Fêtes du Cœur, roman. 1909, 336 p.

TIMOTHEON, Non Credo, La Crise Religieuse. Préface de J. Ernest-Charles. 1907, 290 p.

4. Le vendredi 23 mai 2008, 22:36 par jean-pierre bobillot

bonjour;
c'est une initiative fort bien venuë que de s'intéresser ainsi à florian-parmentier & ses activités d'éditeur;
m'efforçant de réévaluer la poésie & la pensée de rené ghil, j'ai rencontré plus d'une fois fp, que je ne connaisais guère qu'à travers les "devanciers du surréalisme" du regretté léon somville, et mon intérêt allant croissant, je viens de me procurer "l'ouragan";
dans la réédition que je m'apprête à publier de plusieurs textes théoriques de ghil, dûment préfacés & annotés par mes soins ("De la Poésie-Scientifique & autres écrits", Ellug [Presses de l'Univ Stendhal], Grenoble, imminent), je cite une phrase de ghil sur "l'ouragan": « Ce livre est la Guerre entière, il est tout ce qu’ont éprouvé par leurs cinq sens, des millions d’hommes qui habitèrent quotidiennement la certitude immédiate de leur cadavre !... » ("Cahiers Idéalistes", octobre 1921), & je mentionne une lettre émouvante de fp à rg du 28 octobre 1921 où il lui confie, outre ses démêlés avec la commission des dommages de guerre qui vient de le "sabrer", la dureté d’une vie de privations, revers et condition de son engagement littéraire, absolu; il y a aussi un beau portrait de fp par lucien aressy ("La dernière Bohème. Verlaine et son milieu" [1923], Jouve & Cie, Paris, 1944, pp.221-222.)

5. Le lundi 30 juin 2008, 19:24 par Claudine Dhotel-Velliet

Où puis-je consulter le livre que vous citez ci-dessus, "Toutes les Lyres", dans lequel se trouve"les Voix Anciennes " d'Alcanter de Brahm, auquel je commence à m'intéresser? Il fut témoin au mariage de ma grand-tante en 1904, et je voudrais en savoir plus sur sa vie d'étudiant à Toulouse, dans les années 1894.
Merci.
Claudine Dhotel-Velliet
Lille et Paris

6. Le samedi 31 janvier 2009, 11:42 par Le Préfet maritime

Les extraits de Toutes les Lyres concernant Alcanter de Brahm seront bientôt en ligne !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet