Lonjon.jpg


Libraire d'ancien et ex-informaticien, Bernard Lonjon a donné il y a quelques mois un volume qui intéressera tous ceux qui se passionnent pour les inventeurs et pour l'histoire du cinéma. Ce volume illustré d'un fragment de film en couleur sur pellicule à trous permet de faire toute la lumière sur la personne d'Emile Reynaud (1844-1918), l'inventeur du praxinoscope et d'autres merveilles comme le film perforé.
Mais lorsqu'on parle à son sujet de lumière, c'est presque de la provocation...
A l'instar d'un Louis Ducos de Hauron, complice de Charles Cros dans l'invention de la photographie en couleur, Emile Reynaud n'avait pas encore eu droit à sa biographie ; la lacune est désormais comblée.
Du bon papa Reynaud à l'inventeur amer et défait, Bernard Lonjon offre un tour panoramique largement étayé de documents journalistiques et familiaux sur les activités de cet incroyable bonhomme qui finit, en 1910, par baisser les bras et qui, ruiné, détruisit ses oeuvres reposant sur pellicules très inflammables (il jeta ses films à la Seine...), mais également ses archives professionnelles afin, peut-être d'en préserver les secrets (les images animées en relief, par exemple). Il reste donc fort peu d'oeuvres, pistées néanmoins par le biographe.
A lire Lonjon, on reste un peu stupéfait du nombre d'améliorations et d'astuces que mit en oeuvre Reynaud au moment historique du glissement technologique de l'image fixe vers l'image animée et sonorisée. Et l'on verra, si l'on lit bien, que l'inventeur commit également au sujet de la sonorisation quelque avancée.
Bref, pour en savoir beaucoup plus sur l'archéologie scrupuleuse du cinéma, la biographie d'Emile Reynaud semble une pièce incontournable. On y voit d'ailleurs pourquoi s'effaça cette belle figure qui fit les beaux jours du Cercle Funambulesque de Paul Margueritte et du mime Raoul de Najac ou du Théâtre Optique du musée Grévin avec ses dessins animés — on voit du reste tous les fin-de-siècle dans ce livre. Emile Reynaud, inventeur hypereffervescent manqua souvent du bon gros capital qui permet tout et se trouva confronté parfois à la vilenie de copieurs comme les frères Lumière contre lesquels il eut le grand tort de ne pas porter l'estocade au moment où le droit de propriété industrielle le lui permettait.
C'est toute l'histoire du pot de terre et du pot de fer cette vie d'Emile Reynaud. Et pour les ignares — dont nous sommes — qui ignorent à peu près tout de l'histoire des techniques de l'image des années 1890-1910, c'est une solide mise à niveau.


Petit rappel : Bernard Lonjon avait précédemment livré un vie d'Edouard Gazanion, poète vellave à l'assaut de Montmartre.


Bernard LONJON Emile Reynaud, le véritable inventeur du cinéma. — Polignac, Editions du Roure, 232 p., 22 euros
Edouard Gazanion, poète vellave à l'assaut de Montmartre. — Polignac, Editions du Roure, 2004, 224 p.

Librairie A la Venvole
CR 100 Le Rebaut Bas
34500 BEZIERS
lonjonbernardATaol.com