L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

La Petite Personne

Rouillon.jpg


Vendredi 8 dernier paraissait au monde un nouvel épisode des aventures de la Petite Personne. Un nouvel épisode, songez-vous, c'est incroyable...
Et vous avez parfaitement raison. Assez incroyable d'ailleurs pour que l'information parvienne jusqu'à nos oreilles insulaires et que les mioches qui tournent incessamment autour de ma case — ils sont à l'affût de bonbons, les bougres, de bonbons et d'imprimés distrayants (je vais te me leur filer Les Mines du roi Salomon, ça va pas rater) — rondaient en criaillant "La Petite Personne, La Petite Personne".
Il m'a fallu leur prêter mon exemplaire des dernières aventures de la Petite Personne pour les faire taire.
Maigre bénéfice : je les entendis ensuite se chamailler, puis rigoler à gorges déployées aux mimes de leurs camarades jouant à la Petite Personne.
Ma journée n'était pas faite, mais mon efficacité étaient fusillée. Peu importe, il faisait beau, la plage me tendait les bras et les affaires de ma Cité pouvait attendre un jour ou deux.
Mais j'ai perdu le fil : au premier abord, en découvrant l'Abécédaire de la Petite Personne, j'avais eu l'impression que la Petite Personne avait grossi, elle aussi. Et qu'elle s'était laissée pousser des cheveux.
Mais non, diable, ça n'était pas la Petite Personne, ça était le Petit Dessin ! Perrine Rouillon m'avait bien eu. Depuis La Petite Personne (813, 1994) en passant par Le Petit dessin avec une culotte sur la tête (Le Seuil, 2001) ou Le Diable, l'Amoureux et la Photocopine (Le Seuil, 1999), elle dessine pour les grandes personnes et les petites personnes des ouvrages au format discret où s'exprime, comme ici Le Petit Dessin, qui ressemble comme une goutte d'eau à La Petite Personne et à un gribouillis, une humeur, des questions, des doutes.
La Petite Personne donne aujourd'hui son abécédaire, vous l'aviez deviné, et je vous laisse imaginer comment un dessin exprime d'Arbre à Zézette, des objets et des concepts. Cela manque ni d'élégance, ni de malice.


Perrine ROUILLON L'Abécédaire de la Petite Personne. — Paris, Le Seuil, 66 p., 14, 50 euros

Prochainement, ici même, un entretien avec Perrine Rouillon.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet