L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Allais est refait : les villes à la campagne étaient nées avant lui

cabetvillescampagne.jpg

Un axiome de M. Pierre Leroux
Mais, mon bon monsieur Cabet, puisque vous aimez tant la paix des champs, il faut bâtir les villes à la campagne.



Le Pamphlet provisoire illustré (Auguste Vitu réd. chef), nouvelle série, Ière année, 16-19 octobre 1848, p. 4.

Commentaires

1. Le jeudi 11 octobre 2007, 21:39 par Bogros

Et moi qui croyait que c'était d'Alphonse Allais, né natif de Honfleur, me voilà tout chamboulé dans mes convictions de normand (lisieux) d'adoption !

2. Le jeudi 11 octobre 2007, 22:17 par moreau

Allais plutôt?

3. Le vendredi 12 octobre 2007, 11:30 par Le Préfet maritime

Ben oui, Allais... oh la truffe, j'avais écrit Queneau !!!

4. Le vendredi 12 octobre 2007, 14:17 par th

Dans son excellente biographie d'Allais (p. 185), François Caradec rend cette phrase à César en l'attribuant à Henry Monnier. En l'imputant à tort à Allais, la sagesse populaire n'aurait fait que prêter aux riches. Mais ce n'est pas tout. Caradec prend ensuite un malin plaisir à retrouver la même pensée, formulée en d'autres mots, chez Baudelaire et chez Raoul Ponchon. La conclusion qu'on peut en tirer - et que confirme la nouvelle source exhumée ci-dessus, en attendant d'en trouver d'autres -, c'est qu'il s'agit probablement d'un de ces bons mots "sans auteur" qui aura beaucoup circulé dans les cafés du XIXe siècle, et que chacun aura repris peu ou prou à son compte.

5. Le mercredi 4 août 2010, 08:42 par DESALMANDPAUL

Le dessin est dans le numéro du 26 au 29 octobre 1848 et non du 16 au 19.
François Caradec attribue le mot à Henry Monnier sans la moindre référence.
La version la plus ancienne connue est celle correspondant à ce dessin.
On la trouve sous la plume de Commerson dans Le Tintamarre en 1850 et dans un livre tiré de ce journal en 1851. Pour plus de précisions attendez mon prochain livre ou écrivez-moi.
Paul Desalmand.

6. Le lundi 4 octobre 2010, 15:04 par Thomas

Avant 1860, Paris était à la campagne, j'en parle dans un de mes prochains articles... dans lequel j'aimerais citer l'ouvrage évoqué par Paul Desalmand. Est-il paru ? (pour la réponse gilles.thomas@paris.fr)

7. Le mardi 5 octobre 2010, 11:45 par Le Préfet maritime

De quel livre parlez-vous ? Du livre de Desalmand, le Promeneur... ? Il a paru chez Arcadia en 2009.

8. Le mardi 14 octobre 2014, 05:13 par Alex

Cette phrase célèbre existe sans doute depuis que les villes, ou les cités, existent.
Sur le plan de Paris de Turgot, on voit une abondance de jardins et même de champs dans Paris.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet