L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

La rentrée littéraire du vieil inconsolable (Christian Bachelin passera-t-il à la télévision ?)




Christian Bachelin a publié son premier livre il y a quarante ans. Voilà qui se fête. Et pour marquer le coup, il publie grâce à d’habiles et vertueux éditeurs et passe-textes plusieurs ouvrages dont le premier, Le Démon d’antichambre, manuscrit esseulé mais persistant d’autrefois, a jailli il y a quelques semaines.
Pour ne pas nous lancer dans la notice biographique ordinaire ou dans l’histoire littéraire déprimante, disons tout de go que plus tard, bien plus tard, on regrettera de n’avoir pas lu l’oeuvre de Christian Bachelin. On regrettera de méconnaître Y seul, ou de ne pas posséder Atavismes & Nostalgies publié par feu l’exquis Jean Le Mauve. Mais il sera bien tard pour culpabiliser : on n’aura pas été là pour soutenir le vieux poète ou pour faire partager à nos contemporains le plaisir de sa lecture.
Reste une chance : se procurer ce nouveau recueil de poèmes en prose : c’est lui qui entonne le chant de la rentrée littéraire du vieil inconsolable. Des opus suivent, paraît-il. On vous en informera mais notez d’ores et déjà ce titre, Mémoire du mauve, cette marque, Apogée, et cette date, 2 novembre 2007. Avec ça, vous êtes armés.

Christian Bachelin est là, qu’on se le dise.

Lui et puis tous ses doubles…

“Chacun son autre, chacun son frère mandragore”



Petite Bibliographie pour ne pas prendre encore du retard

Neige exterminatrice (Paris, G. Chambelland, 1967)
Le Phénix par la lucarne (Goudargues, G. Chambelland, 1971)
Fatrasies en revenant d’aujourd’hui (Gap, La Bartavelle, 1988)
Complainte cimérienne ( Paris, La Différence, 1989)
Soir de la mémoire (Paris, Méréal, 1998)
Atavismes & Nostalgies (Aizy-Jouy, L’Arbre, 1999)
Cantilène engloutie (Charlieu, La Bartavelle, 1991)
Y seul (Paris, Zulma, 2001)
Neige exterminatrice, poésies 1967-2003 (Cognac, Le Temps qu’il fait, 2004).


Christian BACHELIN Le Démon d’antichambre. Postface de Jacques Lèbre ; avec douze dessins d’Evelyn Ortlieb. - Paris, Rehauts, 2007, 99 p.
bachelinde_mon.jpg
Photo du Préfet maritime

Commentaires

1. Le jeudi 4 octobre 2007, 19:56 par gécé

Bravo et merci, cher Préfet, de mettre en lumière des gens comme Bachelin trop longtemps demeurés dans l'ombre de quelques épouvantails parisiens, prétendus poètes et crétins reconnus. Espérons que tu réserveras à d'autres le même sort ; il en existe tant qu'il faudrait lire et relire.

2. Le mercredi 25 septembre 2013, 16:41 par radadazof

http://www.youtube.com/watch?v=Tzm5...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet