L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Monochrome (une enquête)

Yves Klein judoka, devant un monochrome rouge, sous un monochrome jaune, dans un monochrome blanc avec ligne noire (1956)


La récente exposition Yves Klein dans le tas de tuyaux du centre de Paris nous a offert de nous revisser la prunelle et l'envie, c'est idiot, d'étendre quelques dates et faits qui ne nous ont pas paru si bien mis en lumière par les astres de la manifestation culturelle. Pour dire tout ça en peu de mots, et si l'on en croit Pol Bury — et pourquoi ne le croirait-on pas ? — il apparaît que le monochrome n'attend pas la fin du XIXe siècle et le plaisant Alphonse Allais pour faire son apparition :
C'est en 1851 qu'une toile monochrome (de Louis Ghémar ?) est exposée au salon de Bruxelles. Et vive la sauvage Belgique !

Cette toile, dont le détail est signalé dans Le Diable au Salon, revue comique, critique et Très-Chique de l'Exposition des Beaux-Arts (Chez Caquet-Bonbec & Cie éditeurs), cette toile disais-je est... bleue... Pol Bury cite sa description par dans l'opus sus-nommé :

La mer est bleue — le ciel est bleu ; — et de Pandore la chemise est bleue — ses cheveux blonds sont bleus. — Et quand il a peint sa chair bleue, — on croit que l'artiste était bleu (1).

Le Diable au salon (couverture illustrée par Félicien Rops).

La monochromie est alors toute figurative, elle va devenir abstraite si l'on en croit Jacques Van Lennep, qui, dans son article sur "Les exposition burlesques à Bruxelles de 1870 à 1914", signale un "toile blanche proposée comme peinture de l'avenir" (2). Mais il oublie une page essentielle de 1854 qui pourrait bien recaler d'autres réclamations ultérieures : aussi potache qu'un Incohérent qui se respecte, le polyvalent Gustave Doré donne dans son Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie... commentée et illustrée de 500 magnifiques gravures... (Paris, J. Bry, 1854) une tache rouge sang dûe à Ivan le Terrible qui préfigure toute tentative postérieure. Il a d'ailleurs donné une préfiguration du monochrome noir dès la page 1 puis du monochrome incolore en page 7. Au Salon des Incohérents, pastiche poil-à-gratter du salon officiel, Alphonse Allais découvrira beaucoup plus tard la toile de Paul Bilhaud (1854-1933) intitulée "Combats de nègres dans une cave, pendant la nuit", dont on vous laisse imaginer la couleur et le motif.
Ainsi qu'il va le déclarer en préface à ses propres créations, la destinée d'Allais lui "apparut brusquement en lettres de flamme" : il allait faire du monochrome. C'est sur cette bonne idée qu'embraye donc Alphonse Allais en 1883 exposant aux Arts Incohérents un carton de bristol blanc intitulé Première Communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige et un carton absolument bleu dont le titre était Stupeur de jeunes recrues apercevant pour la première fois ton azur, ô Méditerranée !
La messe est dite, existent les "tableaux monochroïdaux".
Alphonse Allais récidive l'année suivante avec sa

3 — Récolte de la tomate, sur le bord de la mer Rouge, par des Cardinaux apoplectiques.
(Effet d'aurore boréale). Offert à S. S. Léon XIII, comme dernier de saint Pierre (3).

Tandis que l'anonyme A. G. Laflaimme présente u n livre immaculé.

Vint ensuite le fameux Album primo-avrilesque (4), rareté bibliophilique et esthétique, toujours bien peu considérée des critiques d'art qui, tout en ajoutant foi à tout les ironistes de l'art du XXe (Duchamp, Magritte, Klein, etc.) s'obstinent à traiter Alphonse Allais comme un galopin, alors qu'il est, avec Charles Cros et quelques autres, l'un des inventeurs et l'un des concepteurs du XXe siècle, comme l'a si bien dit François Caradec.
Bref, l'Album primo-avrilesque de 1897 (Ollendorff), à l'italienne (240/160), composé de ses sept aplats monochromiés (70/145) admirablement légendés, offerts avec prime de la non moins fameuse partition (vierge) de la Marche funèbre composée par Allais "pour les funérailles d'un grand homme sourd".

Vint ensuite le dessinateur Émile Cohl, qui, issu des mêmes tablées qu'Allais, intègre en 1910 des scènes monochromes dans son film de 6 mn 10 "Le Peintre néo-impressionniste" (où se trouve encore, las, des "nègres fabriquant du cirage sous un tunnel").

Vint ensuite Malevitch, son "Carré noir sur fond blanc (1915) et son "Carré blanc sur fond blanc" (1918).

Vint ensuite Alexandre Rodtchenko et ses trois couleurs primaires de 1921 (Mokba).

Vint ensuite Robert Rauschenberg et sa double série de toiles noires et de toiles blanches (1953, New York).

Vint ensuite Yves Klein et son "Yves Peinture" d'octobre 1955 (Club des solitaires) qui fait suite à son "expression de l'univers de la couleur mine orange" refusé par les organisateurs du Salon des réalités nouvelles. C'est sa première exposition, le catalogue comporte 10 reproductions de ce qu'il nommera ensuite des "propositions monochromes". C'est à tout prendre une nouvelle version de l'Album d'Allais, dont la nouveauté serait, selon Klein, qu'elle est artistiquement et esthétiquement "assumée".

Et vint aussi l'italien Manzoni, spécialiste du monochrome blanc, lequel spécialiste point trop audacieux et audacieux tout de même se fit bougrement jeter dehors par Klein un jour qu'il était venu lui déclarer "Vous êtes le monochrome bleu, je suis le monochrome blanc".

Klein et Manzoni meurent la même année (1962).

Quarante-cinq ans déjà. En 2006, les divers salons d'art, d'Art et d'AArt présentaient avec une belle imperturbabilité leur taux réglementaire de monochromes muraux produits par une obstinée escouade de "peintres en monochromes". Las.

Requiem Louis Ghémar, Gustave Doré, Paul Bilhaud.


(1) Pol Bury Les Gaietés de l'esthétique. — Paris, Denoël, 1984, p. 134-135.
(2) Bulletin des musées royaux (Bruxelles, n° 214, 1970), cité par Pol Bury.
(3) Catalogue illustré de l'exposition des Arts incohérents. — Paris, E. Bernard et Cie, Imprimeurs-éditeurs, 71, rue Lacondamine, 1884, pp. 66-67. Reprint Bassac, Plein Chant, 1994.
(4) Plusieurs rééditions ces dernières années, aucune n'ayant été notablement "éditée" à notre connaissance.



Apostille du 6 août 2011 : Le n° 27 du magazine Papiers nickelés (CIP, 66 rue Julien Lacroix, 75020 Paris) contient un article de Corinne Launay sur la généalogie du monochrome.

Commentaires

1. Le lundi 24 septembre 2007, 11:37 par Paul Edwards

La photographie était aussi de la partie. Man Ray fit un monochome noir, "À Robert Desnos, plein de choses qui absorbent la lumière" (1930), épreuve aux sels d'argent, 19,5 x 14 cm, fastidieusement reproduite et contrecollée dans L'Ouphopo n°2 (1996). Pour ma part, je suis à la recherche de jeunes filles chlorotiques allant à leur première communion par temps de neige, mais le curé me jette toujours un regard noir.

2. Le mardi 21 octobre 2008, 17:04 par ^pazuijgmufJCLM/uhyGLMufiezm

ciao

3. Le samedi 19 novembre 2011, 14:55 par Eric

En fait c'est amusant car Yves Klein n'a rien inventé du tout... si ce n'est l'imposture d'une marque déposée sur quelque-chose qui ne lui appartenait pas. 1) Le bleu Klein est tout simplement du bleu Outremer, dont Klein n'est pas l'inventeur. Le liant de ce bleu, si on sait lire entre les lignes un compte-rendu de ses "recherches" pour "inventer" un liant parfaitement mat et rendant l'exact ton du pigment est tout simplement un liant vinylique, formules chimiques à l'appui. Klein n'est pas l'inventeur de ce liant. Laissons-lui quand-même les éponges, excellentes accroche-lumière... 2) Pourquoi alors les critiques d'art mondains de notre société néo-libérale aiment plus que jamais Yves Klein? Peut-être inconsciemment parce-que ce dernier a été le précurseur de ce que Monsanto (multinationale agro-alimentaire) et autres multinationales tentent de réaliser maintenant: racketter le monde de l'agriculture en faisant breveter des sortes de graines qui existaient depuis toujours et en en exigeant ensuite des droits :D Bravo quand-même pour son vernissage dans le vide, "actualisation" des vêtements du roi nu ensuite recopié encore et encore jusqu'à ce gugusse qui fit entrer ses visiteurs dans un pavillon vide lors d'une Biennale de Venise... Merveilleux bégaiement d'une "avant-garde" qui est condamnée à se répéter infiniment...

4. Le dimanche 30 octobre 2016, 06:00 par jean Pierre Dionnet

Beau travail.
Ma réponse
(pour partie identique)
On invente pas toujours l'eau chaude,surtout en monochromes.
Dans ma baleine blanche qui redeviendra saumon de rivière:LA MACHINE A REVER.
Quelques infos de plus et la vague impression qu'on en finira jamais ....
la je remonte ay 17em siecle.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet