L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Annie François et les mioches


On avait remarqué la spirituelle Annie François dans ses exercices de lectures, c’était en 2000, c’était Bouquiner, son premier livre (en tant qu’auteur : elle était alors éditrice au Seuil), son “autobibliographie”. Depuis elle a fumé, Clopin-clopant (2002), une “autotabacographie”, évidemment, et fait le ménage ubi et orbi dans Scènes de ménage (2004) (1). Aujourd’hui elle poursuit avec des Contes pour lardons et moutarde, non plus au Seuil mais chez Gallimard.
Ces contes sont sept, comme les doigts de la main. Ils empruntent aux infantilismes du langage adulte et aux adultilismes du langage enfantin, qui mettent en évident l’effort déductif, néanmoins néo-constructeurs de mots-valises et autres logismes neufs plutôt marrants, auquel sont soumises les petites têtes lorsqu’il s’agit d’exprimer le monde qui les entoure. Et sans se tromper de vocable : un interrupteur ne fait pas un bec. Quoique, parfois, un bec de rapace affamé peut interrompre bien des choses…
Sept contes adoncques illustrés par Henri Cueco — qui se débrouille drôlement bien avec les crapauds à la japonaise. Et c’est pas tout.

Annie FRANCOIS Contes pour lardons et moutarde. Illustrations d’Henri Cueco. — Paris, Gallimard, 64 p., coll. “Giboulées”, 12 €

(1) Serait-elle aussi l’auteur de Fanes, épluchures et trognons. Illustrations d’Olivier Besson. — Paris, le Zouave, 2000 ?

Commentaires

1. Le jeudi 8 février 2007, 21:56 par guy ponsard

Je peux confirmer qu'Annie François est bien la (talentueuse) auteur de "Fanes, épluchures et trognons". Sa source d'approvisionnement a longtemps été, et est peut-être encore, l'excellent marché Blanqui, sur le boulevard du même nom, au pied de la Butte-aux-cailles. On y trouvait aussi des légumes entiers...

2. Le vendredi 9 février 2007, 07:56 par Eric Dussert

Merci Guy Ponsard, pour cette information primeur. Seriez-vous ce Guy Ponsard dont on aimerait des nouvelles et qui nous venions visiter, naguère et même autrefois, tout prêt du métro Pernéty et de la rue Losserand ?

3. Le samedi 10 février 2007, 12:54 par Guy Ponsard

Impasse Sainte-Léonie, même, pour être précis. Il a fallu du temps pour en trouver la sortie, et s'installer, depuis plus de dix ans, du côté de Guermantes, plus seyant l'âge venant. Encore quelques capacités à lire, même sur des supports modernes encore quelques réserves de papier imprimé il y a longtemps. Et une admiration certaine pour l'énergie des gens de votre espèce, je pense aussi, entre autres, au Poncet ou au Bon.
A bientôt

4. Le vendredi 17 octobre 2008, 18:29 par TSI2

Guy on t'aime

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet