L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Francisque Monnet

Malgré ses recherches, il a été impossible au Préfet maritime de trouver quelque information que ce soit sur Une histoire au-dessus du crocodile, de Francisque Monnet, un roman de 261 pages, publié sans marque d’éditeur, à Saint-Etienne, en 1876.

Et Le Préfet est d’autant plus intéressé qu’on trouve en ces pages un récit aussi fou que possible où, de la Polynésie au Pôle Sud, une manta, femme sirène, accompagne le héros à travers ses découvertes de la Montagne aux échos (avec voix en celte et en hébreux, congelée depuis le déluge), du géant Séphor, bienveillant immortel qui narre la lutte des géants ses aïeux avec les petits hommes querelleurs, et l’on en passe.

Cet ouvrage qui n’est pas sans rappeler les Voyages fantastiques du baron Brambeus, d’Ossip Senkovski, merveilleusement traduits du russe par Paul Lequesne (Esprit des péninsules, 21,34 €), mériterait d’avoir été inscrit à l‘Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science fiction de Pierre Versins (1972).

Franchement, il lui tarde d’en savoir plus.

Commentaires

1. Le samedi 21 juin 2008, 20:07 par Adam Edery

À mon âge / coquillage / on repère les coquilles.
in Francisque Monnet,[...] avec voix en celte et en hébreux…
Préférable, hébreu sans x.
Bien cordialement
Adam

2. Le mercredi 19 janvier 2011, 22:15 par Guy Costes

Bonjour, cher Préfet
Je viens seulement de me rendre compte de votre désarrois devant ce manque de renseignements au sujet de Fransisque Monnet. Je ne sais si vous trouverez satisfaction mais nous y consacrons, mon co-auteur et moi, près de deux pages dans Les Terres Creuses (Encrage, 2006) à l'entrée n°123, accompagnée d'une reproduction de la couverture de l'ouvrage. Espérant qu'il soit toujours temps d'épancher une soif de savoir aussi criante que sincère, recevez cher maritime, un bien cordial salut.
GC

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet