L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Les promesses de Fernand Combet (avec une bibliographie)

Ceux qui ont eu la chance de lire SchrummSchrumm ou l’Excursion dominicale aux sables mouvants, le chef-d’oeuvre de Fernand Combet, dans sa réédition du début de l’année procurée à vos yeux zavides par les éditions Verticales, et l’aide de votre serviteur, ne s’étonneront pas de trouver sur cet Alamblog quelques informations supplémentaires au sujet d’un écrivain rare, que nous estimons fort, et qui pourrait bien avoir encore, depuis ses limbes, quelques surprises pour nous…
Mais pour commencer, le Préfet maritime a pris les commandes ce matin (aïe) et vous a mijoté une petite…
Vous ne devinez pas ? Mais oui, une bibliographie !

— Argh, gémirent-ils en silence.

Allez, ne vous plaignez pas. Je pourrais tout aussi bien vous tartiner trois écrans au sujet de mes dernières lectures (tristounettes) ou la tête de C. A., croisée hier devant une librairie bien pârisienne. Non, ce sera bibliographie (actualisée) ou rien.
Et tiens, puisque vous m’êtes bien sympathique, je la ferai précéder d’une annonce tonitruante : Sachez donc, nom de nom, que deux inédits, « Portes » et « Gate of India » pourraient paraître prochainement sous peu, un jour. Pour l’heure, rien de confirmé, rien de signé, pourtant les espoirs sont grands. (A suivre)



Bibliographie de Fernand COMBET

SchrummSchrumm ou l’Excursion dominicale aux sables mouvants (J.-J. Pauvert, 1966).
Factice ou les hommes-oiseaux (J.-J. Pauvert, 1968).
Mort et passion de Félix C. Scribator (J.-J. Pauvert, 1971).
Le Conte de l’ambre et le conte de l’opium (Éditions du Fourneau, 1985).
Chanson (Éditions du Fourneau, collection « Pour elle », hors commerce, 1988).
« Seigneur et maître », nouvelle (La Main de singe, n° 4, octobre 2005).
Réponse à une enquête (inédite) de Daniel Oster (La Main de singe, op. cit.).
“Pas trop d’azur” (fragment de Mort et Passion de Félix C. Scribator in coll. Qui est vivant ? Verticales, 2007, hors commerce).

Traductions
SchrummSchrumm o la excursion dominical a las arenas movedizas (traduction de Benjamin Soldi), Buenos Aires, Centro Editor de America Latina, coll. « La Tierre entera », juin 1983.
Facticio o los hombres pajaros (traduction de Claudia Maisonove), Buenos Aires, Centro Editor de America Latina, coll. « La Tierre entera », agosto 1983.

SzrumSzrum albo Niedzielna Wycieczka na Ruchmo Piaski Przedmowa i bibliografia Eric Dussert. Przelozyla Katarzyna Bienkowska, Warszawskie, Wydawnictwo Literacjie, Muza SA, 2008, 336 p.

Une traduction allemande de SchrummSchrumm reste inédite.
Les traductions en roumain est en cours.

Textes inédits
Portes (1991-juillet 2003)
Gate of India (1996-ai-juin 2003)
Stupa (circa 1985-1989)
Gilles de Rais (dramatique, 1966-1970 ; publication interdite par l’auteur)
Structure bleue (manuscrit détruit par l’auteur)
Structure rouge (idem)
Structure blanche (idem)
Poèmes brefs
Nouvelles :
« Le cuirassé doré »
« Montagnes et montagnards »
« Cantate n° 1 »
« Disparition d’une reine »
« Pierres de lune »
« Homo Bravo »

Sur Fernand Combet
Jean Bourdier, « Le Barbu s’avance », Minute, 3 février 1966.
Y. Romi, « Les bruits de la ville », Le Nouvel Observateur, 2 mars 1966.
Émile Bouvier, « L’ange du bizarre », Midi libre, 2 mars 1966.
Philippe Sénart, « De Jean Cayrol à Fernand Combet », Combat, 3 mars 1966.
Bernard Audry, « Schrumm Schrumm (sic) », Vivre, 5 mars 1966.
Henry Bonnier, « De bons débuts », Le Provençal, 6 mars 1966.
Anne Villelaur, « Au pays de l’absurde, ou pour se connaître », Les Lettres françaises, 10 mars 1966.
W. P. Romain, « Le fantastique et l’éternel », Le Fribourgeois, 12 mars 1966.
Kléber Haedens, « Un Kafka du château de sable », Candide, 14-20 mars 1966.
Marie-Claude de Brunhoff, à propos de SchrummSchrumm, La Quinzaine littéraire, n° 1, 15 mars 1966.
Annette Colin-Simard, « Un voyage insolite », Le Journal du dimanche, 16 mars 1966.
Jacques Ovadia, « Qui est SchrummSchrumm ? C’est vous ! », Information (Tel Aviv), 13 avril 1966.
Anonyme, à propos de SchrummSchrumm, Les Beaux-Arts, 14 avril 1966.
Matthieu Galey, « Deux fables sur le monde où nous vivons », Arts, 20-26 avril 1966.
Anonyme, à propos de SchrummSchrumm, Les Échos, 29 avril 1966.
Georges Anex, « Folie que tout cela », Journal de Genève, 14 mai 1966.
P.-B. Saint-Amand, à propos de SchrummSchrumm, Présence Barberaz (Chambéry) n° 3, mai 1966.
Paul de Swaef, à propos de SchrummSchrumm, Le Peuple (Bruxelles), 14 juin 1966.
J. S., à propos de SchrummSchrumm, L’École et la Nation, juin 1966.
Anonyme, « M. SchrummSchrumm », Réforme, 23 juillet 1966.
A. Fabre, à propos de SchrummSchrumm, Les Livres, 8 novembre 1966.
Anonyme, à propos de SchrummSchrumm, Le Concours médical, 17 décembre 1966.
Luc Estang, « Luc Estang a retenu SchrummSchrumm de Fernand Combet », Le Figaro littéraire, s. d. (1966).
Guy Le Clec’h, « Schrumm Schrumm (sic), c’est Kafka vu par Dostoïevsky », Le Figaro, s.d. (1966).
Émile Pradel, « En bref », (L’École libératrice ?), s. d. (1966).
Virginia McKenzie, à propos de SchrummSchrumm, Books Abroad (Oklahoma Press), s. d.
Bernard Gros, à propos de SchrummSchrumm, Radio Lille, 3 janvier 1967.
Bernard Gros, « L’homme en procès », Réforme, 4 mars 1967.
Christian Barthe-Lhemy, « Chez Jean-Jacques Pauvert », Le Trait d’union, juin 1967.
Ch. De Richter, à propos de Factice, La République (Var), novembre 1968.
Manz’ie, Entretien, Le Magazine littéraire, n° 24, décembre 1968.
Anne Villelaur, à propos de Factice ou les hommes-oiseaux, Les Lettres françaises, coupure manquante (1968).
Anonyme, à propos de Factice, Vivre, 5 mars 1969.
W. P. Romain, « Infernales poursuites », Le Fribourgeois, 23 octobre 1971.
Anonyme, « Le troisième livre de Fernand Combet », Pont Neuf, bulletin périodique des éditions Pauvert, n° 2 (1971).
Anne Villelaur, « L’écriture ou une extrapolation délirante », Les Lettres françaises, n° 1409, 10-16 novembre 1971.
Daniel Oster, « Changer sa vie », Les Nouvelles littéraires, n° 2306, 3-9 décembre 1971.
Jacques Ovadia, « Le troisième livre de Fernand Combet », Information d’Israël, décembre 1971.
Guy Verdot, à propos de Mort et passion de Félix C. Scribator, La Nouvelle République, s. d. (1971 ?).
Matthieu Galey, « La Boutique aux fantasmes », L’Express, n° 1070, 10-16 janvier 1972.
Anonyme, « Mort et Passion… », Les Notes bibliographiques, janvier 1972.
Antoine Scheuchzer, à propos de Mort et Passion de Félix C. Scribator, La Gazette de Lausanne, 25 mars 1972.
Éric Dussert, « Fernand Scribator », Le Matricule des Anges, n° 61, mars 2005.
Éric Dussert, « La Traversée du ponton », La Main de singe, n° 4, octobre 2005.
André Hardellet, « Un beau livre tranquillement féroce. Lettre inédite à Jean-Pierre Castelnau », La Main de singe, n° 4, octobre 2005.
Claude Louis-Combet, lettre à E. Dussert au sujet de F. Combet, La Main de singe, n° 4, octobre 2005.
Daniel Oster, « L’écrivain et le silence. Lettre inédite à Fernand Combet », La Main de singe, n° 4, octobre 2005.
Christian Laucou, « Chaud-froid de Lapsang Souchong (Fernand Combet au Fourneau) », La Main de singe, n° 4, octobre 2005.
Bertrand Leclair, « La Main de Singe », La Quinzaine littéraire, 1-15 décembre 2005.
Jean-Maurice de Montrémy, « Verticales aime SchrummSchrumm », Livres-Hebdo, 3 mars 2006.
Note anonyme, Libération, 6 avril 2006.
J. S., « Le retour de SchrummSchrumm », La Liberté, 8 avril 2006.
Dominique Durand, « Le Libre arbitre des cérémonies », Le Canard enchaîné, 12 avril 2006.
Maurice Mourier « Moriturus », La Quinzaine littéraire, 16-30 avril 2006.
Ghislain Cotton, « Abokétabak », Le Vif/L’Express, 21 avril 2006.
Nicolas d’Estienne d’Orves, « SchrummSchrumm », Le Figaro magazine, 22 avril 2006.
Note anonyme, Epok, 12-18 mai 2006.
Note anonyme, « Nos choix », Le Soir, 16 juin 2006.
Philippe Sandre, « Fernand Combet », D-Side, mai-juin 2006.
Michel Vagner, « Avant les pavés, les pépites », L’Est Républicain, 21 juin 2006.
Gérard Guégan, « Retour d’un délirant », Sud-Ouest, 25 juin 2006.
Article anonyme, « Fernand Combet », Centre France, 16 juillet 2006.

Ajoutons que Nicole Caligaris nous a fait la joie d’évoquer SchrummSchrumm sur l’antenne de France Culture, dans le cadre de l’émission « Mauvais Genres » (Fr. Angelier) le 20 mai 2006.

© Eric Dussert 2006. Toute reproduction, même partielle, interdite. La Main de Singe (n° 4), organe superbe mené par Dominique Poncet, organe défunt, néanmoins, et, forcément, collector. On peut néanmoins se procurer un exemplaire du reliquat, s’il en reste, auprès des éditions Comp’Act.
Et toujours, SchrummSchrumm dans sa nouvelle livrée.

Commentaires

1. Le jeudi 14 septembre 2006, 20:08 par Feu Dominique Poncet

Mon cher Dussert, votre blog ne protégeant pas d'une intrusion inopinée les surfeurs mineurs et les mouflettes ("j'suis pas une mouflette, j'suis formée !" dit Christine Angot poursuivie par un satyre dans l'escalier de la Tour Eiffel, à moins que ce soille Marguerite Duras dans ses dialogues avec Mitterrand ??? je sais plus) , je comprends fort bien que vous n'ayez pu en dire plus sur mon "organe superbe" (sic) et, ajoutez-vous (resic) : "défunt" (je vérifie dans ma culotte en peau-de-diable pour voir : la bête immonde remue encore ! va bene ! vérifiez vos source mon gars !). Avec votre précision quant à mes bijoux de famille on reconnait bien là l'érotomane raffiné qui se cache sous votre panoplie de bibliomaniaque ! Vous êtes nettement plus gentil avec mézigue que ne l'est votre concurrent Jean-Jacques Lefrère qui semble ignorer à quel point je suis un brave type : "... Dominique Poncet, qui ordonne
ici les pompes, a sur l'édition littéraire actuelle en France l'idée la
plus optimiste!..." Et autres joyeusetés. Mais je ne suis pas rancunier. La preuve, il y a quelques temps, voulant lui montrer en exclusivité quelques belles photos alors qu'il arpentait l'Avenue de Suffren, je me suis vu traiter comme un vulgaire exhibitionniste par cet affolé du trouillomètre (Dieu qu'il court vite ! il a ses deux jambons lui, le biographe de l'amputé !) : ce n'était pourtant pas mes bijoux de famille que je désirais lui faire admirer mais un autre Trésor ! Dont il rêve toutes les nuits ! Nos rues ne sont décidément plus sûres, surtout celle de Suffren, avec des dingues dans mon genre en liberté !

2. Le mardi 5 décembre 2006, 16:48 par Fernando Cazenave

Don Eric Dussert

Espero que entienda mi lengua, de otro modo le exijo que haga traducir este mail. Como veo que está en este baile de dedicarse a este ignoto escritor, le recomiendo a modo de ganster que intente comunicarse con editores argentinos (Por ejemplo: Jorge Lafforge del grupo Santillana) para traducir las restantes obras que yo y muchos más quieren leer... SchrummSchrumm y facticio ya lo están, pero agotadas. Si es de una ayuda para el proyecto... yo tengo las dos. Así que haga la intentona y cambie esa imágen de franceses agarrados, pues todos los franceses tienen plata y les cuesta gastarla. Otra cosa más: cuando traduzcan las restantes NO LO HAGAN EN ESPAÑOL (de España) me tiene seco, sino y a pesar de la empresa aludida anteriormente que sean traductores de aquí, de sudamérica y si me apura hasta talvez la hago yo. Sabrá entender (imagínese sentir una palmadita en el cachete) que se lo digo de buena manera...
¿Su familia bién?

Un saludo especial, Fernando.

3. Le lundi 19 mars 2007, 09:05 par Eric Dussert

4. Le mercredi 8 août 2007, 12:19 par P

La arrogancia argentina es increíble.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet