L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Henri Simon Faure tel qu'en lui-même (reportage)

Portrait de Henri Simon Faure, par Eric Dussert (© 2006, toute reproduction interdite).

C’est le 17 août dernier, et avec le concours de cette bonne vieille Coucou-les-Nuages, sa fringuante automobile à grand coffre, que le Préfet maritime, en adorable compagnie, posa une nouvelle fois le pied à Oppède-le-Vieux (son parking obligatoire et payant, ses beautés, ses ruines, ses reconstructions), lieu maintes fois célébré des villégiatures du Titan d’Oppède, dit aussi l’Ogre.
Car c’est bien Henri Simon Faure himself que le Préfet maritime avait l’intention de voir.
Faute de l’avoir prévenu de sa visite, il s’agissait de savoir si HSF avait fait le déplacement depuis sa lointaine Saint-Etienne (Loire).
Après avoir robiné, de-ci, de-là, constaté qu’un hurluberlu bien intentionné était en train de saccager le site en coupant les arbres qui coiffaient le château ruiné là-haut sur sa collline (une vraie cagade, et on ne rigole pas), puis emprunté à la campagne luberonnaise trois pieds du bambou local qui se développe en liberté, le Préfet maritime et son adorable seconde toquèrent à son huis.
Là, miracle, le poète l’avait fait, nom de nom, ce déplacement.
Et c’est d’un Ouais retentissant qu’il accueillit la paire, chaleureusement, té.
Le Préfet, opportun comme tout, eut l’occasion de le passer à l’appareil numérique, ce dont il ne se priva, devant l’arbre qu’il planta de ses mains de poète, il y a des lustres, notamment et, en anthropologue averti, son environnement immédiat. Puis vint l’heure de la sieste et des adieux

La ruelle du Portalet, citée souventes fois dans son oeuvre :

La plaque ne sera pas nécessaire…

La porte et son carré magique.

Pour la bibliographie d’Henri Simon Faure, il vous faudra attendre encore un peu.

Ce dont vous ne vous doutez pas, amies nautes, amis nautes, c’est que le Préfet maritime réalise avec ce billet-reportage un coup fumant : la trombine de l’un de nos plus grands poètes, Henri Simon Faure, est enfin sur la big toile. Ah !

On trouve les livres d’HSF auprès des éditions Du Lérot (Jean Paul Louis, 16140 Tusson) et Plein Chant (16120 Bassac). Dans un récent numéro de la Main de Singe, Apostolos Mangematin lui tissait des lauriers et donnait, généreux comme tout, le texte de son grand poème : au mouton pourrissant dans les ruines d’oppède (justement).

Commentaires

1. Le mardi 31 octobre 2006, 09:21 par Caboteur

Cher Alamblogueur,

Je m'excuse de te demander pardon, mais quand on parle d'un écrivain en général, d'un poète en particulier, il faut proposer des citations, qui nous donneront toujours plus envie de le lire que n'importe quel commentaire, aussi élogieux soit-il.
Ce n'est pas toi qui le nieras, la plupart des magazines littéraires y gagnerait si le bla-bla du critique était remplacé par des extraits de l'auteur qu'il prétend expliquer.
Je t'aime bien quand même

SHT

2. Le mardi 31 octobre 2006, 10:59 par Le Préfet maritime

Certes, certes, c'est vrai. Vous trouverez tout ce qui vous faut dans les bonnes librairies et, éventuellement, sur internet, mais aussi dans la revue La Main de Singe à laquelle je renvoie dans un précédent billet consacré à HSF. Voyez aussi le site de la maison Comp'act. Salutations (on vous aime bien quand même aussi). Le Préfet maritime

3. Le mercredi 23 juillet 2008, 14:43 par richard chambon

Je pense souvent à Daniel. N'est-il rien prévu à son sujet: livre, brochure, que sais-je? Je reste à votre disposition pour participer à tout hommage qui lui serait rendu.

4. Le vendredi 12 septembre 2008, 02:00 par Laurent

Je suis comme Richard , étant très proche de Daniel , je peux me mettre à disposition si nécessaire et même prêter mes toiles de Daniel , pour une éventuelle brochure , livre etc .

5. Le samedi 28 février 2009, 10:43 par richard chambon

L’oeuvre de Daniel Simon Faure mériterait plus de renommée. J’en fait l’éloge dans le livre que j’espère publier bientôt, à travers lequel je dis aussi l’amitié désintéressée dont était capable notre Daniel. Je m’apprête à contacter Françoise, sa soeur, et je m’interroge: Ne pourrions-nous nous regrouper et agir, ensemble, afin de rendre hommage à son éternité ?

6. Le samedi 2 mai 2009, 15:53 par marie-france

Les ayant bien connu je serait contente d’avoir les informations sur Lell, HSF et Daniel
Peut-t-on voir les toiles de Lell sur le net ?

Merci :)

7. Le samedi 2 mai 2009, 20:20 par Zurlinden

Merci de donner mon E-Mail à Françoise pour qu’elle me contacte :)

Merci :)

MFZurlinden

8. Le vendredi 15 janvier 2010, 21:40 par Michel BERGER

en tapant le nom de DANIEL SIMON FAURE, je voulais revoir une photo, un portrait, que sais-je, de ce copain avec qui j’ai dîné un soir à SAINT-ETIENNE, et au cours duquel nous nous sommes remémorés les années passées ensemble au pensionnat ST LOUIS, les visites chez lui vers les Beaux-Arts, il avait je crois un ‘cobaye’… J’aimais bien ta simplicité et ton rire DANIEL, et il m’arrive de penser à toi !
MICHEL.

9. Le dimanche 2 mai 2010, 08:06 par le pejou

je pense souvent a toi daniel,je ne trouve rien sur toi sur le net quel dommage!il me reste mon portrait que tu m'avais gentiment tiré,il est accroché dans mon salon,jj ton copain le cordonnier rue grenette

10. Le jeudi 6 septembre 2012, 23:46 par Chopin & Georges.

Salut Daniel....Tu devineras jamais???......je viens de voir Henri(oui!!!...ton père!) sur le net!!!...avec sa trogne de méchant,en plus).Toi aussi,ça te fait marrer!!!.....on se marre bien tous les deux.

11. Le jeudi 9 juin 2016, 21:48 par MF Zurlinden

J'ai quelques photos années 60 d'Henri-Simon-Lelle-Daniel et ses filles si cela vous intéresse merci de me contacter :)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet