L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Le "Tannhaüser crucifié" de Hanns Heinz Ewers

Voyez comme la vie est bien faite : sitôt expédié le billet a des effets ! Songez qu'il y a moins de quarante-huit heures, je pressais les éditions Sillage de nous donner viter des nouvelles de Hanns Heinz Ewers... Le temps de poster mon billet, d'éteindre l'ordinateur, de me lever de ma chaise, de rouler une cigarette et, tout en faisant craquer mes phalanges, de m'inciter à remettre mon corps courbattu en mouvement (et ce en direction de la boîte aux lettres), ce à quoi je finis par obtempérer, conscient des risques cardio-vasculaires d'une trop longue station en position assise, sur une chaise Ikéa (avec coussin, siouplait), le temps, disais-je, de me saisir des clefs, de parcourir les quinze mètres qui séparent mon huis de la grille du jardin (collectif le jardin, hein ! allez pas vous faire des idées), de dire un petit bonjour à mes zoziaux claironneurs et d'ouvrir la boîte aux lettres marquée ALAMBLOG et paf, je découvre, ahuri, une enveloppe estampilée éditions SILLAGE.
La mâchoire inférieure qui servait jusque-là à maintenir mon clop se libère de sa tâche, le clopiot dégringole et je me dis que, là, hein, franchement...
Puis j'ouvre l'enveloppe et y trouve blotti - je vous le donne en mille ! - Tannhäuser crucifié de H. H. Ewers, traduit par Evanghelia Stead et Antje Vöge-Dyson... Nomdidiouz !
Depuis cet épisode troublant, je erre, me demandant s'il vaut mieux que je réclame en cestuy Alamblog un billet gagnant du loto, une Jaguar type-E, les oeuvres complètes René-Louis Doyon dans la Pléiade, l'index général manuscrit des Nouvelles littéraires ou des informations de première main concernant Roger Dévigne et l'auteur du Brasier... Je me tâte. Un nid plus grand pour les zoziaux ?

Quant au livre, composé de huit récits à l'humour déconcertant, nous y reviendrons lorsque nous l'aurons bien tout lu. Dans l'immédiat, annonçons-le dignement :

Hanns Heinz Ewers, Tannhäuser crucifié, traduit de l'allemand par Evanghelia Stead et Antje Vöge-Dyson. Paris, Sillage, 128 pages, 9, 50 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet