L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Du poil aux genoux

C'est une feuille rose, au format A5 (mais si, mais si, réfléchissez) qu'une paire de lecteurs énergiques, Geneviève et Jean-François complotent depuis leur domicile, dans le Morvan (les veinards).
Ils ont déniché ce titre improbable, Du poil aux genoux, dans une lettre de Charles Bukowski à Al Berlinsky (du 25/02/1994 pour être précis), afin d'emplir leur quatre-pages d'informations littéraires variées, à commencer par la recette d'une boisson sans alcool passablement réchauffante (à base de gingembre... s'embêtent pas dans le Morvan), jusqu'à des articles (sur Géo Charles présentement) et des notes de lectures consacrées à Coma (Guyotat) ou à La Grande Pâque, le chef-d'oeuvre de Jacques Besse, dont nous reparlerons forcément un jour ou l'autre et qu'il vous faudra bien lire un jour ou l'autre itou.
Sans blague.
Expédiée aux amateurs, contre des timbres, DPAG est une bulle de mots comme je les aime.
Irrégulière dans ses expéditions, donc inattendue, enjouée et documentaire, on ne s'en lasse pas. Et la huitième livraison vient de me parvenir, accompagnée d'une plaquette de Hozan Kebo, poète improbable lui aussi, traduit (?) par Roger Lahu pour la maison Falsovero. S'il existe pour de vrai, ce Kebo-là est un féru de Brautigan, où l'on n'y comprend plus rien.
Quoiqu'il en soit : un grand MERCI aux épilateurs du Morvan.


Du Poil aux genoux, rue du Bourg, 58190 Bazoches-du-Morvan. peigne-seron@wanadoo.fr

Commentaires

1. Le dimanche 16 septembre 2012, 17:01 par Morin Jean Paul

Depuis quelques temps quelque chose me démange, ça me gratte. Et, ça me gratte tellement que je ne puis m'empêcher de vous envoyer un SOS.
Comment se fait-il, que la Poéthèque de la Cave littéraire vous ait ignorés depuis si longtemps ?
Peut-on réparer notre ignominie à votre égard ?
Parmi les presque 2500 titres de revues réunis à la Poéthèque DPAG n'y figure pas.
Merci de nous dire s'il n'est pas trop tard pour réagir.
A lire votre présentation, l'impasse est inacceptable.
Cordialement à vous.
Jean Paul Morin

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet