L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

lundi 26 décembre 2016

Digestion



NOel16.jpg




dimanche 25 décembre 2016

Promo d'Henry Poulaille

PoulailleEnchantement.jpg


Henry Poulaille, le spécialiste des noëls anciens méritait bien d'apparaître ce jour.



jeudi 1 décembre 2016

De la compréhension selon Robert Walser

RobeWalas.jpg





« Qui que tu sois, toi qui lis ces lignes, je te supplie de toute mon âme de ne pas me considérer comme digne de pitié, mais plutôt comme enviable. On croit qu'il faut se comprendre mutuellement, ce qui n'est absolument pas nécessaire. Car il y a beaucoup plus d'intelligence à se satisfaire les uns des autres. Il n'y a aucun avantage à comprendre autrui, mais on a tout à gagner si on aime le voir, et si nos paroles le vivifient. »



Robert Walser « Il m'est difficile de vous décrire... », Le Territoire du crayon. — Zoé, 2013.



Illustration du billet : Efroimson Illya Yakovlevich (1913-1992), huile sur toile, 59/49 cm.



vendredi 19 août 2016

Un squeletté de Doré

DoreSquelette.jpg




On nous fait voir des cadavres que dévorent les loups et aussi le squelette blanchi d'une mère sans qu'on retrouve la moindre trace de son enfant, ce qui autorise toutes les hypothèses sur le sort de celui-ci. Les gravures, en hors-texte, sont affreusement réalistes, les os de la mère font une pleine page.



Arthur Bernard Tout est à moi, dit la poussière. - Champ Vallon, 2016, p. 150.
A propos de L'Habitation du désert, ou Aventures d'une famille perdue dans les solitudes de l'Amérique. Ouvrage du capitaine Mayne-Reid traduit de l'anglais par Armand Le François et illustré par Gustave Doré (Paris, L. Hachette, 1859).


vendredi 12 août 2016

Chez un mandarin

FMMandarine.jpg



Chez un Mandarin

M. Francis de Miomandre qui pour relier ses plus beaux livres choisit un satin fleurs et du crêpe de Chine, aime trop les plaisirs délicats, et ces petits bonheurs subtils dont notre temps n'a plus guère la notion pour qu'on s'étonne de lé voir porter chez lui un pyjama-pagode dont les manches dociles à ses gestes décrivent mille arabesques. M. de Miomandre habite rue Théophile-Gautier, et, de chez lui, l'on s'étonne qu'en vérité Auteuil soit un quartier qui ressemble si fort à l'Extrême-Orient. Les fenêtres encadrent un paysaqe où 1l y a des cyprès et mille arbres capricieux comme sur les estampes japonaises que M. Francis de Miomandre a mises au mur, sur sa bibliothèque, sur son pyjama même, fallait dire sur son visage. Mais chaque soie, chaque estampe cache les livres les plus graves et les plus beaux. Ce qu'on pourrait appeler le nipponisme familier de Francis de Miomandre n'est point signe de quelque goût frivole, et si l'auteur de "La Naufragée" est sensible aux plaisirs à fleur de peau et se réjouit de la panne mauve de son salon et d'une étoffe sablonneuse qui fait de son bureau de travail une charmante place, où pour ne pas avoir la tentation de se promener pieds nus, il a mis une plaque de verre, si M. de Miomandre aime tant à jouer avec les manches de son pyjama-pagode, il n'en est pas moins l'un des plus graves et des plus avertis ; il va chercher dans sa bibliothèque un exemplaire des Chants de Maldoror et rappelle qu'il fut un des premiers à admirer le fameux comte de Lautréamont condamné (sans appel, semblait-il en d'autres temps), et que M. Francis de Miomandre défendit alors envers et contre tous.
M. Francis de Miomandre. assez sage pour ne point se jeter au milieu (le toutes ces petites manœuvres turbulentes qui font, seIon lui, des simples agités de ceux qui furent d'abord de vrais artistes et de vrais hommes sensibles, n'en est pas moins capable d'une action directe. C'est lui qui, par un article dans Paris-Soir, a déclenché la campagne en faveur d'Unamuno. Aussi Espagnol que Chinois et écrivain bien parisien, M. Francis de Miomandre trouve une surprenante gravité pour parler de la malheureuse condition faite aux intellectuels espagnols, et surtout au Recteur le l'université de Salamanque envoyé aux Canaries, et il précise : « Il y a deux sortes de Canaries, les Canaries portugaises, qui sont un paradis terrestre, et les Canaries espagnoles qui sont un enfer terrestre. Bien entendu, le Dictatoriat n'a pas envoyé Unamuno au paradis terrestre, et le déporté se trouve dans un vrai cachot. où il n'a pas d'eau à boire, où. les conditions de vie sont épouvantables."
M. Francis de Miomandre, assez mandarin, répéterai-je, pour ne se point soucier des agitations politiques, insiste néanmoins sur la misérable existence actuellement réservée aux écrivains espagnols ; il oublie la panne mauve, les grandes manches, les cyprès, les estampes, Auteuil, et parle avec une véritable ferveur.
Il n'est point facile de quitter un écrivain qui a tant de gestes. de mots, de paroles et de souvenirs, il a mille livres à montrer, mille histoires à raconter, mille auteurs à présenter ; et c'est ainsi qu'il ne quitte une bibliothèque que pour se précipiter sur une autre et va de Claudel à Rimbaud, de Lautréamont à Max Elscamp (sic) et de Montherlant à un de ses précurseurs ignorés, Jean Reutlinger, mort pour la France, dont il réunit, lui-même les écrits. Il ouvre ce livre à une page souvent lue et montre un morceau intitulé : Bouin parcourt dans la demi-heure 9 k. 721 m. record du monde, et etxplique-t-il, ces pages furent écrites en un temps o l'on ne parait pas encore de jeux olympiques.

Les Nouvelles littéraires, 5 avril 1924.


lundi 8 août 2016

Trop d'objets en fer...

orcuttHos.jpg


Ici, en prison, les autres ne prennent pas mon histoire au sérieux. Ils disent que je suis fou, que j'ai dû boire trop de lègmi. Mais moi, je sais de quoi je parle. Pas étonnant qu'ils refusent de me croire : gardiens ou détenus, ce sont presque tous des gens de la ville. Aujourd'hui les citadins ne comprennent plus rien aux jnouns. En ville, il y a trop d'automobiles, trop d'objets en fer. ça éloigne les gnous, c'est bien connu. Chez nous, à la campagne, nul n'ignore ce qu'est un djinn. Nous savons que le monde des gnous se trouve à quelques mètres de profondeur au-dessous du nôtre, dont il est le double exact, la copie fidèle. A chaque palmier, chaque maison, chaque caillou de notre monde, correspond son jumeau dans le monde des jnouns. La seule différence, c'est la voûte céleste. Elle n'est pas faite d'air, mais de terre. Ainsi fait-il aussi sombre dans le monde des gnous que dans un chaudron.
Moi, je suis d'un petit village au nord-ouest de Tozeur, dans la région des gorges de Goum El Khango. Vous ne connaissez pas, le nom de nous dirait rien. J'habite une maison au bord de l'Oued Sendess. C'est une très anciens demeure. Ses fondations se trouvent sous le niveau des eaux. C'est pourquoi, dans ma famille, nous craignons les gnous. Je suis né dans cette maison, tout comme mon père et mon grand-père, et je les ai toujours entendus dire que l'eau est le meilleur véhicule pour les gnous qui veulent rejoindre notre monde. Là, le djinn prend une forme humaine ou animale. Pourquoi le fait-il ? Je me suis souvent posé la question, et il me semble que seule une intention mauvaise peut pousser un djinn ou une djinniya à quitter son monde pour le nôtre, et y vivre sous une apparence qui n'est pas la sienne. Les gnous sont comme les hommes : il y en a de bons et de méchants. Parmi les jnouns, il y a des musulmans, des juifs et des chrétiens, tout comme chez nous. Mais je crois que si Dieu a créé le monde des gnous, et l'a créé tel qu'il est , c'est que ce monde doit leur convenir. Si certains d'entre eux le désertent, ce ne peut être que pour faire le mal. Il n'est pas facile de reconnaître un djinn, de le repérer. Vous y parvenez en étant attentif aux détails, aux petites choses qui vous font penser, dans le comportement d'une humaine ou d'une bête : "Quelque chose ne va pas." Les chiens aboient et les ânes braient lorsqu'ils qu'ils s'entent un djinn, mais ce n'est pas une preuve irréfutable. Moi, j'ai mis longtemps à me rendre compte que ma seconde épouse était une djinniya (la première est morte noyée dans l'Oued Sendess) (...)





Raymond Marchand, "La Djinniya", issu de L'Hospitalité des voleurs de Truxton Orcutt , édition revue et augmentée par l'auteur, Suivie de Réponse à Brandon Andrews. Traduit de l'angais (USA), préfacé et annoté par Jérôme Delclos. — Forcalquier, HB éditions, 2006, coll. "Antipodes", 288 p.ages 18 €


Curiosité éditoriale de 2006, ce livre composite et cependant homogène mériterait de connaître une nouvelle édition. A bon entendeur, salut.

lundi 1 août 2016

Escalier


RaymondFrizza.jpg



Illustration du billet : bois de Raymond Frizza.



vendredi 15 juillet 2016

L'Esthétique de la laideur (1920)

emmalespi.jpg



Émile Malespine (1892-1952), médecin de formation, fut un personnage de l'avant-garde lyonnaise, notamment en dirigeant la revue Manomètre. Il eut aussi le temps de créer le Théâtre radiophonique de Lyon-PTT, le Théâtre ciné-club du Donjon et de réaliser plusieurs films d'avant-garde dont un sur le "Palais idéal" du Facteur cheval.

L'Esthétique de la laideur

Je parle sérieusement. Ne criez pas au paradoxe, avant de m'avoir entendu. L'esthétique de la laideur : ce n'est point une boutade. Je veux vous le démontrer par a+b.
Pour savoir ce que c'est que le Beau, inutile de demander l'avis des philosophes. "Ils ne vous répondront que par du galimatias" disait VOltaire. Je craindrais de faire de même en essayant de donner une définition du io kalon.
Est beau ce qui plait, ou plait ce qui est beau. Dilemme dont il est difficile de sortir. Je vous laisse résoudre le problème ; je neveux pas comme l'âne, rester perplexe entre le foin et l'avoine. Aussi je me hâter d'entrer dans le vif de mon sujet.
Est beau tout ce qui produit en moi une émotion esthétique. Je n'ai rien défini ; je l'accorde, mais, tout le monde m'a compris. Il suffit pour cela d'avoir au moins une fois éprouvé une émotion esthétique, et, c'est le cas de la plupart des gens, une chose vous a plu ; elle est belle ; peu importe le reste.
Quelle est la cause et la nature de cette émotion ? C'est là un autre point du problème.
Eh bien ! N'avez-vous jamais éprouvé d'émotion esthétique en présence de choses laides ?
La beauté est-elle inséparable de l'harmonie ? J'en doute.
Je ne crois pas qu'on puisse sur ce point se contenter du canon de la statuaire antique. Tout ce qui ne répondrait pas à certaines formes et à certaines proportions définies données par les anciens, serait laid. Voyez la Vénus de Milo ou l'Apollon du Belvédère, comparez. Point de beauté en dehors de cela.
L'expérience nous prouve le contraire. C'est là l'essentiel : l'inharmonique plaît.
Mais alors, dira-t-on, où placez-vous le critérium de l Beauté ? Vous admettez que le goût dépend du tempérament, de l'éducation, du milieu - le goût, c'est-à-dire la conception que nous avons de la Beauté. D'accord, mais si le beau est subjectif, ce qui est beau pour l'un ne l'est pas pour l'autre. Alors pourquoi disputer sur la Beauté ou la laideur : une chose est belle ou laide, il n'y a pas de milieu. SI ce qui est beau chez les Papous est laid chez nous, peu m'importe ; point n'est besoin d'user d'une antithèse. Vous trouvez beau ce que les autres trouvent laid, voilà tout.
Ce n'est pas de cette relativité de la beauté que je veux parler. Il ne s'agit pas non plus de l'impression qu'on peut avoir de trouver belle une chose que l'on sait que la majorité des gens trouveront laide. Non. Je veux parler d'une chose que l'on trouve belle, parce qu'il y a en elle un élément de laideur.
Me comprenez-vous ? S'agit-il d'une plastique féminine : on sent qu'elle est laide et pourtant un je ne sais quoi de bizarre, d'inharmonique, vous plaît en elle. Vous la trouvez belle et laide à la fois.
Distinguons, vont dire quelques-uns, il s'agit là d'attirance physique de désir sexuel, et no d'émotion esthétique. Sur ce point, je leur répondrai plus loin. A l'appui de mes dires, je trouve dans l'histoire de l'Art, des époques entières qui se sont inspirées de cet élément de laideur dans l'art. Et d'abord, le style grotesque en est une preuve évidente. Voyez les gargouilles de nos vieilles cathédrales gothiques. Admirez ces animaux apocalyptiques, ces têtes diaboliques. Vous les trouvez beau. Je sais bien que Voltaire disait que pour le diable, le beau est une paire de cornes, quatre griffes et une queue". Beaucoup de gens alors ressemblent à Satan.
Croyez-vous les magots de Chine dénués de tout élément esthétique. Ils sont beau dans leur laideur et la plupart des œuvres artistiques de la Chine et du Japon sont dans le même cas. N'allez pas me dire que c'est parce que nos goûts diffèrent de ceux des Mongoliques, que ce qui est beau à Pékin ne l'est pas à Paris.
Pourquoi notre art s'est-il donc japonisé depuis quelques années ? Ces choses bizarres, inharmoniques, extraordinaires, extravagantes (employez le mot que vous voudrez) nous ont charmé : elles sont belles dans leur laideur.
Et puis, je parlais tantôt d'un élément sexuel dans l'art. C'est chose indéniable. Il n'y a que les critiques d'art pour ignorer cet important facteur. La vie sexuelle joue en nous un rôle considérable. Une foule d'émotions sexuelles s'agitent dans notre subconscient. Sans que nous nous en rendions bien compte nous agissons ou plutôt comme dirait Malebranche, "nous sommes agis" par ces éléments sexuels. Les éléments esthétiques ne sont le plus souvent qu'une idéalisation, une "sublimation" de nos tendances sexuelles. Un concours organisé naguère par un quotidien fournit une preuve de ce que j'avance. Il s'agissait d'esthétique ; ou du moins c'était la prétention du concours. Quelle est la plus belle femme de France ? Eh bien ! la plupart des candidates avaient eu soin consciemment ou inconsciemment de mettre le plus possible ans leur jeu cet atout sexuel. Elles avaient posé en décolleté, en demi-déshabillé, et même dans des postures les plus lascives.
Donc, puisque cet élément sexuel dans l'émotion esthétique est une chose non douteuse, demandez à un Baudelaire quel élément esthétique trouvait-il dans ses courtisanes fanées et vieillies ? Pourquoi un Lamartine qui chantait Elvire et le Lac ne dédaignait-il pas les servantes d'auberge ? Je me rappelle qu'un de mes amis récemment, me contait l'impression profonde que faisait sur lui le matin, des bonnes de café, qui, les paupières encore bouffies, la tignasse ébouriffée, le corsage sale et chiffonné, rôdaient autour de lui, encore saoûles de sommeil.
Remarquez que dans tous les cas, c'est quelque chose d'inharmonique, d'inaccoutumé qui attire.
Je sais bien que des gens vont crier, au nom de la saine tradition. Trouver de la beauté dans la laideur, est pathologique, vont dire les savants en robe.
Pathologique, je ne vous entends point. Tracez-moi des limites entre le normal et l'anormal. Moi, je ne vois pas de hiatus entre le beau et le laid. Il ne s'ensuit pas pour autant que toute laideur est esthétique.
Pour mieux me faire comprendre, je comparerais l'esthétique de la laideur, au plaisir de la douleur. Qui n'a pas dégagé cet élément de la lecture des Fleurs du Mal, n'a pas compris un mot à l’œuvre de Baudelaire. Anomalie, sadisme, soit, le moi ne suffit point pour gens habitués à ne pas prendre "la paille des mots pour le grain des choses". Ou ne trouve-t-on pas un brin de sadisme ? depuis le plaisir qu'a la coquette à torturer les cœurs jusqu'à l'esthétique délirante d'un Néron ? Plaisir de faire souffrir, plaisir à souffrir aussi : "'Connais-tu comme moi la douleur savoureuse
Et de toi fais-tu dire, oh ! l'homme singulier ?"
La douleur fut pour Baudelaire une volupté, et, s'il n'a pas parlé de l'esthétique de la laideur d'une façon expresse, cet état d'esprit se devine dans son œuvre.
Il a cherché l'inconnu et cet inconnu fût-il inharmonique devient une des formes de la beauté.
Dans notre subconscient, se forme quelque archétype de la Beauté répondant à tel ou tel objet et ce modèle se modifie sans cesse comme notre être tout entier. Quand ce rêve de l'imagination trouve sa réalisation des sensations subconscientes se réveillent en nous et nous font éprouver l'émotion esthétique. C'est l'imagination et la réalité qui se rejoignent un instant. Et, celà est si vrai, qu'une œuvre d'art peut à la longue vous laisser indifférent.
A force de voir la reproduction de la Joconde tirée à cent mille exemplaires, chez les boutiquiers et le dos des boîtes d'allumettes, lorsque je l'ai contemplée au Louvre, je suis resté indifférent.

Emile Malespine

21 août 1920.


Les Tablettes, septembre 1920.




Pour aller plus loin : Francis de Miomandre, Éloge de la laideur, Hachette, 1925.

jeudi 14 juillet 2016

Marc Stéphane par André Salmon

mSTETRI.jpg


Marc Stéphane, écrivain et prolétaire des champs

Bon sang ! L'occasion est belle de rafraîchir les vieux clichés !
Un étonnant poète en prose, un érudit aussi, voué à une tâche de bénédictin et qui, rompant sa veille, dès l'aube empoigne sa bêche pour creuser sa fosse, comme fait le trappiste.
Frère, il faut mourir !
- Non, c'est pour vivre.
C'est la vie magnifique et atroce, exemplaire mais épouvantable, d'un des meilleurs d'entre nous ; d'un écrivain digne de ce beau nom prodigue, dont l'œuvre vaste mérité : tous les salaires ; c'est la vie de Marc Stéphane, glorieux, dans son obscurité, la vie du conteur de Ceux du Trimard (qui vient de paraître), des Propos subversifs, de la Cité des Fous, des Contes affronteurs, des Dragonnades, du Roy du Languedoc et qui, binant, fouissant, sarclant un maigre champ, de ses mains faites pour couvrir les cahiers de pattes de mouche tire sa subsistance de son état de « prolétaire des champs ».
A soixante ans !
Ainsi, les Lettres françaises ont deux grands « culs terreux », deux farouches « pequenots » qui ont, naïfs un peu, tout redouté des stratégies et des politiques ; qui, purs comme on ne l'est plus; ont fui la ville où gîtent les libraires. Mais l'un est, en son gras Beauvaisis, le maître fermier, Philéas Lebesgue, dont le blé lève haut — Dieu soit loué ! — ami, du procureur de la République, bon lettré qui la « lancé », M. Marcel Coulon. L'autre, c'est, au Mesnil-Ie-Roi, le pauvre Marc Stéphane sur son bout de champ où ne poussent que salades et carottes qu'une femme héroïque va vendre au panier, à Paris ; Marc Stéphane, copain des trimardeurs, hier encore gars de batterie comme eux, louant aux paysans hostiles ces mains faites pour les œuvres rares.
Et comme il fut, ce grand gars aux cheveux de neige, à la moustache d'argent, cet ami des « anars », des « réfracs » coureurs de routes, coureurs de bois, de « tous les emballements », selon Verlaine, il peut annoncer la publication prochaine si l'on achète d'abord assez de Ceux du trimard un autre bouquin solide : Ma dernière relève au bois des Caures, Souvenirs d'un Chasseur de Driant ; — volontaire à quarante-cinq ans !
Je ne sais pas trop de quoi se vient mêler quelqu'un dont le Temple n'est pas le refuge ; je ne sais pas s'il n'y a pas abus de la part d'un écrivain qui n'a jamais consenti à signer « ancien combattant » a, mais il me semble que le Consistoire évangélique et l'Association des Ecrivains combattants doivent tendre la main à l'historien lyrique et clairvoyant, des « Martyrs des Cévennes » et au « Chasseur » de Driant. Sans doute suffisait-il de leur crier qu'un rare écrivain va être perdu pour les Lettres, qu'un prolétaire des champs va s'effondrer sur l'aire si mince, écrasé par un faix au-dessus de son destin.
A l'âge où l'on s'abandonne aux rêveries humanitaires, Mécislàs Golberg, le père de Mécislas Charrier, qui devait être guillotiné, l'auteur de ces lumineuses Lettres à Alexis que ne put lire Charrier, m'entraina bien au delà de la mystique syndicale en me révélant ce lumpenproletariat, selon la terminologie allemande, l'univers des sans-métier et des errants.
C'est ce monde qu'évoque Marc Stephane lorsqu'il suspend l'étude de ceux de la Religion avec la montagne pour église. Quelle force ! Quelle nouveauté ! Ah ! ça n'est pas académisable comme un gueux de Richepin. Marc Stéphane a tâté de cette misère-là et il parle argot et patoise quand il faut et, chez lui, l'image créée vaut le mot transmis. C'est cru... Mais c'est grand et ça n'est pas la violence pour la violence, le mot épouvantail. C'est souvent pur et souvent sage. On voit, sur la grand'route, cheminer Ravachol et Jean de La Fontaine...
"Notre ennemi, c'est notre maître."
Les Contes affronteurs, je m'en souviens, étonnèrent la critique et Ceux dit Trimard ont « une bonne presse ». Comment ne pas louer celui qui réussit ce portrait : « C'était une appelée Marie, qui vendait des lacets, du fil, des aiguilles et du papier à let', enfin tout une mercerie de cantine dans les villages et les fermes numéreuses en gars de batterie... des yeux de ruminant, couleur feuille morte... si ben que j'avais toutes les peines du monde de t'empêcher d'y faire : meûeû ! meûeû l quand c'est que... » Marc Stéphane a touj ours une bonne presse... seulement on n'achète pas ses livres. L'imprimeur a fait crédit pour Ceux du Trimard. Il faut acheter ! La Société des gens de lettres peut-elle donner un coup: de main au Chasseur de Driant ? Les Gens de lettres de province faciliteront-ils le « lancement » du prolétaire des champs ? Il faut que Marc Stéphane paie son livre ; qu'on lui rende la force de biner et le loisir d'écrire l'Epopée camisarde, et il ne faut pas manquer un maître-livre, un livre d'homme, un livre mâle. Alerte ! Un homme et une œuvre sont en danger.
André Salmon



Les Lettres Nouvelles, n° 277, 4 février 1928.

Marc Stéphane Ceux du trimard. illustrations d'Alain Verdier. - Talence, L'Arbre vengeur, 2012, coll. "L'Alambic", 160 pages, 13 €.

Marc Stéphane La Cité des fous. Illustrations d'Alain Verdier. — Talence, L'Arbre vengeur, 2008, coll. "L'Alambic", 255 p., 14 €

Marc Stéphane Un drame affreux chez les tranquilles. Dessin d'Alain Verdier. — Talence, L'Arbre vengeur, 2008, coll. "L'Alambic", 64 p., 7 €

Marc Stéphane Ma Dernière Relève au bois des Caures. Souvenirs d'un chasseur de Driant, 18-22 février 1916. — Triel-sur-Seine, Italiques, 2007, coll. "Les Immortelles", 152 pages, 18 euros.


"Marc Stéphane, l'ami d'il y a dix ans, m'a envoyé un livre : La Cité des fous, souvenir de son séjour à Sainte-Anne. Je m'attendais à un livre complètement détraqué. C'est, au contraire, un livre très raisonnable."
Léon Bloy, L'Invendable (27 avril 1905).

mercredi 13 juillet 2016

Le Chat noir à Alger en 1894

BabelOuedJeux.jpg


chatnoirAlger.jpg
Théâtre des nouveautés
Samedi et dimanche Le Chat Noir.
Programme de la soirée. — "Le Rêve de Zola", pièce en 10 tableaux, de Jules Jouy, dessins de Depaquis, dits par l'auteur.
"Le Secret du Manifestant", drame express en 7 tableaux en vers, de Jacques Ferny, dessin de Fau, dit par l'auteur.
"Pierrot peintre", pantomime en 10 tableau Morin.
"L'Epopée de Napoléon", grande pièce en 2 actes et 30 tableau, du Célébre Caran d'Ache.
"L'Âge d'or", poème en 1 acte:, par Adolphe Villette.
"L'Affaire d'honneur", drame politique, par MM. Jules Jouy et Fernand Fau.
" "L'Elephant", drame suggestif et évocateur, par Henry Somm.
"Le Voyage présidentiel", ballade en tableaux de Fernand Fau.
"Truc For Life", étude cruelle psychologique en 1 acte par Fernand Fau.
"L'Arche de Noé", comédie antédiluvienne à la manière de V. Sardou, par Georges Moynet.
"La Marche à l'Étoile", oratorio en 14 tableaux, le plus grand succès de Paris, par G. Fragerolle et H. Rivière.


Le Furet algérien, journal Humoristique, Satirique, Artistique et Littéraire (dimanche 15 avril 1894).

Illustration du billet : Salaouetches de Bab-El-Oued jouant aux boules, circa 1895.

- page 1 de 56