L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Recherche

Votre recherche de fanette mellier a donné 7 résultats.

lundi 14 janvier 2013

Céline Minard assouplie (le souffle du sabre)

CminBasBat.jpg



Troisième édition la Bastard Battle de Céline Minard : la première avec intervention graphique de Fanette Mellier avait paru chez Dissonnaces, la deuxième dans la même foulée avait poussé chez Léo Scheer et voici la version poche, dans la collection "souple", ce qui, dans le cas de ce récit de sabre et de coups fourrés ne manque pas de logique.
Céline Minard dépassait encore une fois les bornes avec ce livre : roman de chevalerie techno-médiéval aux allures de manga, il donnait à la modernité littéraire françouaise du lustre et de la joye. Après R. (Comp'act, 2004), La Manadologie (MF, 2005) et Le Dernier Monde (Denoël, 2006), ses trois précédents livres, on savait qu'il fallait faire place à l'impertinence de Minard. Avec une pointe d'impatience, on se doutait même que ne s'arrêteraient pas en si bon chemin ses transgressions et ses expérimentations - qui, du reste, ne l'autorisent plus à rejoindre les fanges oiseuses de la littérature conventielle.
Répondant à la commande de la graphiste Fanette Mellier — alors en résidence à Chaumont (Haute-Marne) —, c'est aux fanges boueuses et grasses des guerroiements de cette bonne cité, où auraient pu s'étriper aux alentours de 1437 quelques coquillards et un ramassis de soudards commandés par un second bâtard sanguinaire et en armure, Aligot de Bourbon, qu'elle nous convie pour des ripailles langagières.
Comme dans les bons westerns-spaghetti, la chronique des combats recueillie par Denysot-le-Clerc, "dit le Hâchis, dit Spencer Five", fait rendre gorge aux vilains qui n'imaginaient guère l'existence de l'Asiate Vipère-d'une-Toise "dite la Jaunisse", une femme redoutable armée d'un sabre inouï, ni de ses amis vifs comme un alezan et forts comme une épice. C'est, il faut dire, une brillante campagne militaire, relatée dans un "Cape et épée" épatant. Les vertus de la bataille du Bâtard tiennent toute dans son énergie cinétique et dans la langue de haute graisse inventée par Céline Minard, qui, percutant les manières et langages du Moyen Âge et de notre époque, forge un autre ailleurs et un autre temps singuliers, assurément médusants.
Cette faille dans l'espace-temps, Mont Joye ! Saint Denis !, on en sort ragaillardi.



Céline Minard Bastard Battle. — Auch, Tristram, coll. "Souple", 113 pages, 6,95 €

lundi 10 janvier 2011

Sursauts de la Main

PoncetChaumont.jpg


Dans le cadre du projet de Fanette Mellier à Chaumont, Dominique Poncet devait intervenir après Céline Minard et Eric Chevillard.
Aux dernières nouvelles, les travaux seraien engagés.
C'est la preuve que 2011 commence bien, comme on l'avait deviné.
Dans la foulée, nouveaux signes de vie du blog La Main de singe, on s'en réjouit aussi.

dimanche 31 janvier 2010

La 18e Lune

danslalune.jpg


Superbe 18e livraison de Dans la Lune, la revue de Valérie Rouzeau et du Centre culturel de Tinqueux : un sommaire délectable, un graphisme épatant.
Avec beaucoup d'à-propos, Fanette Mellier s'est chargée de décliner sur papier noir la lune en formes et en couleurs, tandis que tiennent la plume Christian "Ténébros" Bachelin, e. e. cummimngs, Jacques Demarcq, Jean-Pierre Georges, Pascal Commère et Marc Monchois, nouvelle arrivant listeur.

Au clair de la lune, et au milieu d'une nuée de zozios, La chandelle de cette revue est assurément bien entretenue.

Pour vous, alamblogonautes, cet incipit dont vous devinerez, ô gourmets, l'auteur :

Le ventre de l'ogre était une immense forêt noire autour d'un caillou blanc.




Dans la lune

samedi 29 novembre 2008

Jules Mougin (derniers jours)

mougin.jpg



La bibliothèque municipale de Pouancé clôt son exposition Jules Mougin, artisan des lettres, le 30 novembre prochain… c’est-à-dire demain. Personnellement, on s’en souviendra de ne pas avoir pu aller à Pouancé…

On se consolera en allant peut-être jeter un oeil au salon LightFanette Mellier, graphiste à qui l’on doit l’impulsion première de Bastard Battle de Céline Minard, récemment primée par la mention spéciale du Prix Wepler

Le Salon Light se tient au Point éphémère (200 quai de Valmy 75010 Paris) les 28, 29 et 30 novembre après-midi, avec, samedi 29 à 15h30 : concert du label Rolax
Ca nous consolera peut-être un peu d’avoir raté l’expo Mougin…

lundi 9 juin 2008

Rectificatif : Fanette Mellier publie Bastard Battle (un projet en marche)

BBmmeelliieerr.jpg


Contrairement à ce que nous annonçions, Bastard Battle de Céline Minard paraîtra bien le 25 août chez Laure Limongi... après avoir paru chez Dissonances.
Pour tout dire, Bastard Battle vient de paraître.
Tout cela est beaucoup moins compliqué qu'il n'y paraît, vous allez voir :
Ce court roman de Céline Minard est le fruit d'une commande de Fanette Mellier, graphiste en résidence au Pôle graphisme de la ville de Chaumont, dont le projet s'intutile "Fictions (des livres bizarres)".
Avec Céline Minard (après Eric Chevillard), Fanette n'aura pas été déçu car ce livre est non seulement, mais aussi étonnant, puissant, énergique et curieux.

En somme, vous n'êtes pas du tout obligés d'attendre le 25 août pour lire ce texte fou puisqu'en existe déjà l'édition originale, qui pourrait être dite "de chapelle" s'il était moins tiré. L'édition de LL (Laure Limongi) sera une édition courante sans reprise des inventions graphiques de Fanette Mellier. On se demande maintenant si ça n'est pas un peu dommage.
Mais il ne faut effaroucher mesdames et messieurs les libraires, c'est entendu.
Et nous répétons, toulitoulitouli, la véritable édition originale de Bastard Battle , tirée à 1000 exemplaires, est donc bien celle dont les références suivent :


Céline MINARD Bastard Battle. - Chaumont, Dissonances-Pôle graphisme de Chaumont, juin 2008, 120/180 mm, couverture noire, vernis mat recto et brillant verso, estampage noir du titrage, 112 pages intérieures imprimées en 3 tons directs, tranche colorée noire. Prix de vente: 20 euros

Éditions Dissonances
7, rue de la Santé, 75013 Paris
01 43 25 89 05

Pour en apprendre davantage sur ce partenariat inhabitule, vous trouverez ci-dessous les déclarations d'intention de la graphiste et de l'auteur.

Lire la suite...

vendredi 16 novembre 2007

Eric Chevillard blogue itou (autoportrait avec chien de myope)

chevillard.jpg

Il avait un site, il a un blog.
Il publiait sous couverture arte povera, il prend des couleurs.
Serait-ce le printemps d’Eric Chevillard ?
Son nouvel opus, Dans la zone d’activité, fruit d’une collaboration avec l’imaginative graphiste Fanette Mellier, responsable de la deuxième série de La Main de Singe, remarquée, souvenez-vous, a tout pour se laisser remarquer : estampage de la couverture, papiers de garde en couleur (et plusieurs), foliotage inhabituel, papier “à la Alechinsky” (pour dire vite), etc.
Et parlons des écrits proposés, mais oui, qui s’inscrivent dans ce registre court et malicieux que nous reconnaissons avec plaisir. L’esprit et le style Chevillard sont bien là. On ne s’inquiète donc pas que, sur sa lancée, Eric Chevillard diffuse sur son blog intitulé L’Autofictif des textes courts où il est question de chien de myope… A fréquenter dare-dare, sans crainte de subir quelque autofiction égotiste : Eric Chevillard est un ironiste et un vrai fictionneur.

Fragments apéritifs :

Affligé depuis toujours d’une vision un peu courte, je viens de faire l’acquisition d’un chien de myope – les chiens de myope se recrutent parmi les animaux désireux de devenir chiens d’aveugle mais qui ont échoué de justesse aux tests de sélection. Je lui demande d’ailleurs peu de choses et n’ai recours à ses services que lorsque je me rends au cinéma voir un film en version originale (il me lit les sous-titres).


Je viens de comprendre l’utilité des réverbères dans la nuit : s’ils n’étaient pas là, on ne les verrait pas et alors bien sûr on s’y cognerait sans cesse.


Ma compagne est enceinte. Du coup, on me demande souvent si je préfère avoir une fille ou un garçon. En toute franchise, cela m’indiffère. Si c’est une fille, je la serrerai contre mon cœur puis je la coucherai dans son berceau ; si c’est un garçon, je l’envelopperai tout aussi tendrement dans une couverture avant de le déposer sur les marches d’une église.



Eric CHEVILLARD Dans la zone d’activité. — Chaumont, Dissonnances/Pôle Graphisme, 2007, “fictions (des livres bizarres)”, 28 doubles pages imprimées sur papier réglé (à la mode comptable), sous feuillets de couleur rose, bleue, verte et jaune (façon chemises), cousu (façon cousu), couverture imprimée et estampée (motif toile d’araignée), 25 euros.

D’autres images, d’autres informations chez Louis D. P. Watt-Owen
Fanette Mellier 104 rue Alexandre Dumas 75020 Paris 01 42 52 40 60
Dissonances, 7 rue de la Santé 75013 Paris 01 43 25 89 05
Pôle Graphisme Les Silos 7/9 Avenue Foch 52000 Chaumont 03 25 03 86 82

lundi 12 juin 2006

La Bonne Nouvelle

Dominique Poncet s’est mis au travail. Délesté du labeur de La Main de singe (le numéro 4 et ultime avait paru avec son copieux dossier Fernand Combet), il mettrait au point… quelque chose. On attend de pied ferme. Soucieux, fatigués, déprimés, vous vous requinquerez à coup de littérature stupéfiante. L’auteur de ces lignes, qui a une vague connaissance de ces potions, l’affirme.

Entre-temps, lisez donc La Main de singe, seul journal mutant de la galaxie (jusqu’à preuve du contraire).

Aux sommaires du bon, du bien, de l’inédit :
Onuma Nemon, Alain Degange, Jean-Claude Hémery, Henri Simon Faure, Fernand Combet, Claude Louis-Combet, Daniel Oster, Emile Brami, Joël Roussiez, Auguste Boncors, etc., des documents étonnants, épatants, confondants. Et les fameuses chroniques de Dominique Poncet !

Une impression superbe, dans une maquette de Fanette Mellier.

editionscomp.act@wanadoo.fr; 7 ou 8 euros pièce, prix d’ami.
La deuxième livraison est d’ores et déjà épuisée. Tant pis pour vous.