L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Recherche

Votre recherche de elie reclus a donné 6 résultats.

vendredi 3 juin 2016

Quelques anarchistes, quelques fantaisistes et un analyste

cataSandre7.jpg



Magnifique catalogue à prix marqués, à l'italienne, illustré, de la librairie du Sandre qui fête ce soir au marché du livre ancien de la place Saint-Sulpice Alain Weill et son beau livre vert bouteille.
On trouvera en ces pages très bien documentées et illustrées les figures et publications de Jean Grave, Elisée Reclus, Elie Reclus, Proudhon, Eugène Vermeersch, Alphonse Humbert et Maxime Guillaume, Boris Souvarine, Kropotkine, Sébastien Faure, Voline, Zo d'Axa, les moins connus Léon Hayard et Marius Réty, Laurent Tailhade, Lucien Descaves, Bernard Lazare, André Lorulot, Raymond Duncan, Marcel Martinet (ah, Marcel Martinet !), Léo Campion, Hem Day, Le Brulôt de Gustave-Arthur Dassonville, Ferdinand Lop, Louis Lecoin, la Banalyse d'Yves Hélias et et consorts, Guy Debord, la fédération anarchiste des cromalins d'Hara-kiri et on en passe.

Les amateurs peuvent se considérer informés.



Quelques anarchistes, quelques fantaisistes et un lettriste. — Paris, Librairie du Sandre, catalogue n° 7, juin 2016.

vendredi 15 avril 2011

Elie Faure : un coup pour rien !

RoordaIllustrationBLOG.jpg


Spécialiste d'Elie Faure, Jean-Paul Morel nous informe que la "nouvelle" édition de sa légendaire et indispensable Histoire de l'art est.. un coup d'épée dans l'eau.
Bien utile à compère Malraux, qui y puisa beaucoup de sa science, cette monumentale Histoire de l'art, première entreprise universelle dans le domaine, ne cesse de subir les avanies de l'inattention et de l'irrespect. Une nouvelle "réédition" en fait la démonstration, ainsi que l'expliquera en détail Jean-Paul Morel, biographe de Faure, dans un prochain numéro d'Histoires littéraires.
Disparu le 29 octobre 1937, Élie Faure est tombé dans le domaine public le 1er janvier 2008, ce qui laisse supposer que le droit moral attaché à son oeuvre n'est plus qu'une vague idée. Or, il y a tout lieu de s'en inquiéter puisqu'on ne peut guère éditer aujourd'hui cette somme dans l'état où les éditions antérieures l'ont laissée. En effet, de nombreux travaux ont permis d'éclairer le cheminement de la pensée de ce neveu d'Elisée Reclus, qui n'avait cessé d'enrichir son travail à la suite de ses deux premières éditions Floury (1909) et Crès entre 1919 et 1921, ensemble désormais incomplets donc. A l'iniative de son fils Jean-Pierre Faure, Yves Lévy avait proposé chez Pauvert une imposante édition en trois volumes de ses Oeuvres complètes en 1967 puis une édition scientifique avait parue chez Denoël (1976-1977, 5 vol.), reprise en poche (Folio Essais)... Et il se trouve que la "nouvelle" édition donnée comme "intégrale" par la maison Bartillat ces jours part du texte des années 1920 auxquelles sont seulement adjointes les préfaces de l'édition Pauvert...
Manquent donc des pièces capitales, comme les « Réflexions sur l’art mexicain », la campagne pour la défense de Cézanne ou de Renoir, ses interventions en faveur de Picasso, Matisse, Van Dongen ou Soutine, et surtout, surtout les chapitres consacrés aux « deux arts du XXe siècle », à savoir le cinéma et l’architecture...
Bref, une occasion ratée, et dans les grandes largeurs. Pour se consoler, on ira plutôt lire ElieFaure.jpg

lundi 13 décembre 2010

Le Pain par Elie Reclus

PainElieReclus.jpg



Savant sympathique, comme son frère Elisée, Elie Reclus (1827-1904) ne perdit guère de temps à rassembler ses écrits pour en faire des volumes. A tel point que ses livres les plus notables, parmi lesquels les Croyances populaires (V. Giard & E. Brière, 1908) et les Physionomies végétales (Albert Costes, 1938), posthumes toutes deux, "rapetassées", nous dit le spécialiste des Reclus Joël Cornuault, par un ami après la disparition du journaliste, critique et directeur temporaire de la Bibliothèque nationale sous la Commune.
Ce que fut surtout Elie Reclus, à l'évidence, c'est ethnographe. On se souvient avec gourmandise d'un rare petit volume des éditions du Fourneau intitulé Thanatos en bonne fortune (1995), un conte tzigane récolté par le grand homme, qui l'avait offert aux lecteurs de la Revue blanche.
Joël Cornuault a raison lorsqu'il affirme que les frères Reclus furent sans doute les derniers "savants indisciplinés", étrangers à l'expression académique des savoirs. Pour établir une comparaison, disons qu'un Claude Seignolle, dans son oeuvre paysanne, est probablement un cas contemporain de cette aspiration aux savoirs simples et fondamentaux.
Avec Le Pain, Elie Reclus ne dénonçait pas son programme. Cette "histoire" éditée en 1909 par l'historien des religion Maurice Vernes à partir du manuscrit inachevé trouvé dans ses archives, fait la synthèse des coutumes relatives à la récolte du grain, à la fabrication du pain et à la symbolique de ce "véhicule magique" singulier. Nul besoin d'insister sur l'intérêt d'un tel panorama qui, de nos campagnes aux temples mexicains, ne néglige aucun "fulminant Donar", aucune pratique, aucun tabou relatif à cette nourriture essentielle.
A l'heure où l'on se prépare à se gaver de mille produits de la nature, ce Pain pourrait constituer une forme de diète intellectuelle des plus saine.

Elie_Reclus.jpg
A propos de pain toujours, et pour en souligner (comme si c'était utile !) l'importance cardinale, il est bon de citer la lettre d'Elisée Reclus, qui avait de son côté répondu en 1895 à la fameuse enquête de Victor Barrucand sur le "Pain gratuit" :

Cher monsieur,
Le plan de M. Victor Barrucand m’intéresse infiniment, et dès qu’il aura le moindre commencement de réalisation, je serai très heureux de m’inscrire comme membre de la commune où le pain sera gratuit. J’ajouterai que s’il était prouvé que la consommation unique du pain puisse amener des cas d’anémie - ce que je ne crois pas, vu l’exemple donné jadis par certains districts de la Normandie - je ne serais nullement chagrin que l’on ajoutât au pain ce que l’on appelle dans notre Midi la Masquedure, le mâche-dur, nouvel acheminement au communisme futur.
Mais si louable que soit l’idée de Victor Barrucand, je la crois absolument irréalisable. Pour la rendre possible, il faudrait accomplir une révolution, et, dans ce cas, il importe de donner à cette révolution un ampleur bien autrement grande.
En effet, jamais les patrons, les spéculateurs, les capitalistes, n’admettront un état de choses qui permettrait à tous les grévistes de leur tenir tête indéfiniment. Que l’idée de Barrucand soit adoptée, et demain, les donneurs de travail sont à la merci de leurs ouvriers. Les patrons le savent : plutôt que de laisser donner le pain gratuit , ils massacreront tous le peuple français.
Quand à l’Etat, dont M. Barrucand dit qu’il ne pourrait intervenir dans ce contrat entre particuliers, l’Etat est au service des riches ; il interviendra : les communes ne sont-elles pas sous son absolue dépendance ? Il interviendra et, comme toujours, ce sera pour fusiller, si le cas l’exige.
Tout en étant fort heureux que M. Barrucand ait agité cette question de la gratuité du pain, qui fera réfléchir quelques-uns, je considère son plan comme absolument chimérique. Qu’il essaie, mais il ne réussira pas.
Cordialement à vous.
Elisée Reclus


Victor Barrucand mena en 1895 dans les pages de la Revue blanche et du Matin "pour la distribution de pain gratuit aux démunis une campagne qui aboutit au dépôt d’une proposition de loi. Celle-ci fut rejetée, comme l'indique Céline Keller, "avec le motif suivant : « Le pain gratuit fait abnégation au principe d’ordre de la nation et tend à bouleverser l’architecture sociale ». Il en reste un livre Le Pain gratuit dont on tirera 8000 exemplaires." Et où se trouve reproduite la lettre d'Elisée.
L'idée, renouvelée au fil de l'Histoire depuis la Rome antique était envisagée par Henri Ner (Han Ryner) et Emile Saint-Lanne dans La Paix pour la vie (1891 ; nlle éd. 1892), et elle sera reprise en 1906 par le syndicaliste révolutionnaire Charles Dhooghe. Barrucand la remettant lui-même partiellement à l'ordre du jour, en 1921 devant les instances algéroises comme en témoigne le Bulletin municipal.



Elie Reclus Le Pain. Préface de Joël Cornuault. Illustrations de Marfa Indoukaeva. - Genève, Héros-Limite, 175 pages 16 €

Editions Héros-Limite 2, rue du Vélodrome
Case postale 5825
CH- 1211 Genève 11

Voir aussi
Elie Reclus Les Croyances populaires et autres pages retrouvées. Edition de Joël Cornuault. - Pierre Mainard, 56 p., 9.45 €
Elie Reclus Pourquoi des guirlandes vertes à Noël ? - Vichy, La Brèche, 42 p., 6.71 €
''Le Pain gratuit'' (Chamuel, 1896) en accès gratuit
"Du pain ! en hommage à Victor Barrucand" de Jules Mulet

dimanche 12 septembre 2010

L'Aborigène se meurt (circa 1894)

ReclusElie.jpg



A l'instar de Remy de Gourmont étudiant les lapons, Elie Reclus, le frère du géographe anarchiste, se consacra aux peuples antichtones.
Ethnographe en chambre, il n'est sans doute pas le plus scientifique des anthropologues, pour autant son texte, publié aux alentours de 1894 par l'éditeur E. Dentu, présente beaucoup d'intérêt.
Sur la foi de son observation des sociétés occidentales, Elie Reclus y donne en effet sa version de la colonisation de l'Australie et l'oppression des aborigènes. L'accusation est sans appel, le style impeccable.

La Civilisation qui a mis nombre de siècles à venir, prononce l'arrêt de mort contre l'Antichtone, parce qu'il ne se civilise pas à première somation. L'aîné de l'espèce humaine n'a plus qu'à mourir, le cadet a hâte d'entrer dans l'héritage. Japhret, l'ambitieux Japhret, découvreur de continents et de pays nouveaux, est doué d'une terrible initiative. Depuis quatre siècles, les routes qu'il se fraie à travers le monde sont jalonnées de squelettes par millions entassés.

Comme le relève Joël Cornuault, l'éditeur-préfacier, on peut rester surpris que les savants ne se sont pas préoccupés avant les années 1970 de cette question relevée dès le XIXe siècle. Et on peut noter, en outre, qu'Elie Reclus donne à son propos des accents qui paraissent bien contemporains.

(...) Paris ne chôme ni d'Apaches, ni d'Aléoutes. Il y a des Papous et des Zoulous dans notre quartier. Aidons à vivre les Khonds et les Andamènes de notre rue.


Ainsi, nous sommes tous des Andamènes !



NB Joël Cornuault consacre par ailleurs ses nouvelles Notes de Phénix à André Hardellet et aux lettres de Breton à sa fille.


Elie Reclus L'Aborigène se meurt. Préface de Joël Cornuault. - Vichy, Librairie La Brèche, 36 pages, 6,90 €

Librairie La Brèche
A la page
5, rue Sornin
03200 Vichy

mardi 6 mai 2008

L'hétéroclite nouveau : Maurice Phusis

Phasus.jpg


Il manquait jusqu'à présent aux bibliographies de référence (Raymond Queneau, André Blavier, Gérard Oberlé, Marc Malfant), c'est l'hétéroclite nouveau :



Maurice PHUSIS, biologiste La Chute/ de/ l'Humanité/ Exposé scientifique positif/ Des lois biologiques fondamentales régissant la vie animale en général/ et celle des races anthropologiques en particulier ;/ Des erreurs capitales de la biologie contemporaine ;/ Des causes de la déchéance de la vitalité de l'homme, de sa vieillesse/ prématurée, de sa laideur et de la viciation de sa mentalité ;/ Des raisons de la faillite probable de notre organisation sociale moderne/ dite "Civilisation" ;/ Des moyens rationnels qui pourraient permettre de faire régner/ rapidement sur terre la paix et le bonheur absolus ;/ Des procédés pratiques de revitalisation et de rajeunissement intensifs/ de tout organisme taré ou déchu/ permettant d'atteindre, heureux et puissant, une longévité certaine./ Précédé d'un/ Appel sincère adressé à ceux qui recherchent/ la Vérité et la Justice. — Paris, Librairie J. Terrier, 59, rue de Paradis, 1920, 220/ 135 mm, 96 p. Reliure éditeur 1/2 percaline rouge, titre doré sur le dos, couverture imprimée en rouge et noir avec vignette simiesque. Typographie des titres et intertitres très auriolisante.

Ouvrage dédié à J.-B. Lamarck, René Quinton, Raoul Bayeux.

Sommaire
Préface (épigraphe de E. Heckel)
Introduction (citations de Gustave Le Bon, Victorien Sardou, Funck Brentano, Gustave Le Bon, Claude Bernard, Edmond Perrier, J.-B. Lamarck, Charles Richet, WIlliam James, Le Chatelier, Prince de Monaco, Henri Poincaré, J.-H. Fabre, Henri Piéron, Général Callinéni (sic), Descartes, Liebig, Charles Le Téméraire, Elisée Reclus, Montaigne, Emile Boutroux
La Naissance de l'humanité
La Déchéance humaine
Les Causes de la chute
Conclusion
Régénération humaine
Post-Scriptum


Notre exemplaire a appartenu à G. Guilpain, 38 rue Bara, Châteauroux (tampon gras), lequel a noté qu'il avait acquis le livre le 1er juin 1920 et l'avait lu dans l'année... Bel estomac de lecteur.

jeudi 31 mai 2007

Index intégral de L'Alambic (1999-2004)


Joseph Ducreux, Le Discret (circa 1790).



Nous vous l’annoncions dans ce récent billet et dans le précédent : La réédition en fac-similé intégral de L’Alambic est sur le point de paraître, après avoir été en préparation, comme de juste.
Le volume reprendra les dix livraisons connues à ce jour (y compris le hors série Yves Martin et L’exubérant Barbecue), soit 40 pages d’informations denses.
Afin de vous donner une idée du contenu maintes fois souriant de cette feuille naguère imprimée en offset sur papier vert par maître Edmond Thomas, en voici déjà l’index.
Replet, n’est-il pas ? C’est que nous avions nous avions beaucoup travaillé, quoique peu souvent. Tout de même, vous constaterez zébahis que cet index nominum n’est pas de ceux que l’on peut — mais comme c’est vilain — se glisser négligemment dans la narine. Pour cause, il comprend peu ou prou 1360 noms propres…
L’Autocrate et le Préfet — qui ont bien failli y laisser une paire de rétines — en restent eux-mêmes étourdis.
Vous serez désormais, chères nautes, chers nautes, prévenus que l’objet est en vente.

Une souscription est lancée du reste :

L’Alambic, collection intégrale
Préface et index nominum par votre serviteur
Couverture illustrée par Dominique Poncet
Fac-similé au format de l’original équipé d’un index, 297/210mm, 56 pages

Souscription jusqu’au 21 juin : 17 € (franco de port pour la France)
Souscription groupée avec Un roman dans la planète Mars d’André Laurie, proposé par Christian Soulignac : 30 € (toujours franco de port pour la France)

Il ne sera décidément pas fait de service de presse.
Des Barbares… seront présents au Marché de la poésie, place Saint-Sulpice à Paris, du 21 au 24 juin 2007, aux côtés des éditions Fornax et non loin de l’Atelier du Gué.

Pour accéder à l’INDEX NOMINUM, voir plus bas.

Une production DES BARBARES…
E. Dussert
29, rue du BORREGO
75020 PARIS
FRANCE

Lire la suite...