L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

vendredi 22 mai 2015

Comment on file les assassins et les malfaiteurs (1923)

avertisseurPO.jpg


Comment on arrête les malfaiteurs et les assassins
Notre conversation avec M. Faralicq, commissaire à la Direction de la police judiciaire Les tristes actualités dramatiques qui occupent l'attention du public au détriment de tant de choses saines et nobles qui se trouvent étouffées et vaincues, les triste épisodes de haine ou d'amour, les lâches et sanglants vengeances, les cupidités effroyables qui aboutissent a des assassinats raffinés, cette ambiance enfin où se déroulent les drames les plus effroyables, toutes ces laideurs comportant cependant un intérêt. C'est à ce point de vue que nous nous sommes placés en écrivant cet article.
Comment arrête-t-on les malfaiteurs, les bandits, les criminels ? Quels sont les moyens employés ? De quelle façon. opèrent les policiers qui oint mission de découvrir l'individu inconnu sur .qui pèse la responsabilité mystérieuse d'un vol ou d'un assassinat ? Telles sont les questions qui se posent journellement, et auxquelles, faute J" renseignements précis et de documentation exacte, qui ne peut que répondre très vaguement. J'ai obtenu die la Direction de la Police judiciaire, l'autorisation de recueillir, à Ia Préfecture même les éléments indispensables à la confection/de cet article.
- Tout d'abord, me dit M. Faralicq, il importe que les questions que vous désirez me poser aient trait à une conception précise de ce que vous voulez savoir.
J'informe M. Faralicq de mon désir de connaître les dessous pittoresques de la vie policière, le mécanisme des filatures et des arrestations. Il s'empresse de me dire :
- Je vais peut-être, cher monsieur, détruire en vous une illusion entretenue par la vision cinématographique, a moins que, déjà, vous n'ayez discerné les erreurs et les fantaisies accréditées par certains films. On imagine généralement la police comme un ensemble de gens qui « camouflent, se transfigurent. s'habillent de multiples façons, un peu à la façon de Frégoli. D'autres personnes se figurent nos inspecteurs sous l'aspect légendaire et opulent d'un Javert, pourvus d'un gourdin et d'un haut chapeau, avec d'énormes moustaches. Eh bien ce n'est pas cela du tout ou, pour parler plus exactement, ce n'est plus cela.
Partez du principe de l'invisibilité de police. L'homme qui « file » doit passer inaperçu, et pour passer inaperçu, il faut non seulement que son adresse contribue à disparaître physiquement, mais aussi que son type ne soit pas de ceux qu'on, remarque. Nous choisissions donc de préférence des hommes-petits ou moyens, moyens d'aspect, moyens d'allure, moyens à tous les points de vue Leur physionomie ne doit exprimer aucun sentiment particulier, ne révéler aucune psychologie. Leur figure doit être confuse, leur accoutrement ordinaire.
Remarquez l'ensemble de la masse, les gens qui passent dans la rue. La majorité est vêtue d'une façon ordinaire. C'est donc dans un accoutrement frisant la vulgarité que l'inspecteur doit exercer son métier. Il doit exceller en l'art de ne pas être vu et quand, comme cela se produit quelquefois, il se rend compte que l'homme sur la tracé duquel il est, a la sensation d'être suivi, il doit abandonner sa piste.
Je demande à M. Faralicq :
— Il n'y a donc pas de moyens professionnels particuliers, au de subterfuges spéciaux ?
— Il n'y a que des trucs inspirés par les circonstances au milieu desquelles nous devons nous débattre. Le plus simple est donc de n'employer que les choses indispensables. Nous avons eu, occasionnellement, au moment de l'affaire Bonnot, une femme à notre service, la fameuse « Maria ». Cette femme se transformait avec un rien : un simple fanchon substitué à son chapeau la rendait méconnaissable. — Vous avez dû rencontrer des affaires particulièrement difficiles ?
— Certes. Et je vais vous en citer une. Il s'agissait d'une libraire qui écoulait, dans une clientèle fermée, des livres obscènes. C'étaient des gens roués et méfiants. Leurs livres étaient amassés dans une sorte d'« Enfer », où ils n'allaient les chercher que pour des clients connus d'eux seuls. Toutes les filatures étaient semées.
Quand ils se voyaient suivis dans, la rue, ils grimpaient dans les autobus en pleine marche. Se voyaient-ils pistés dans une gare, ils s'esquivaient par une des portes des salles des pas-perdus. On mit à la disposition de nos inspecteurs des automobiles, des bicyclettes. Impossible de les arrêter. Pour cette même affaire, nous faisions des filatures à Lyon, dans le quartier de la Guillottière, où il y a quantité de maisons à double issue. Plusieurs inspecteurs furent sur leur dos. Tous désespéraient. Et il n'y en a eu qu'un. un jour, qui parvint à arrêter un des individus recherchés : un seul parmi tous ceux qui avaient été chargés de l'affaire. C'est d'ailleurs généralement par des actes d'adresse et des ruses presque géniales que l'on arrive à ce résultat. L'un de nos inspecteurs vit un jour un individu qu'il recherchait se précipiter dans un tramway. Que fit-il pour que cet individu ne puisse pas lui échapper ? Il fit sauter la perche du tramway. Un autre fit un voyage sur le ressort d'une automobile pour faire plus sûrement la capture de celui qui y était installé.
— Lorsqu'il s'agit d'un crime, d'un assassinat, pouvez-vous me dire comment opère exactement la: police ?
— Le crime une fois constaté, me dit M. Faralicq, le commissariat est le premier avisé. Nous sommes aussitôt informés. Le cadavre doit être laissé sur place et les agents ne doivent rien faire.. Les circulaires sont formelles à cet égard. La première des obligations est de procéder à l'identité judiciaire du cadavre. Ceci est le rôle de la police technique et du médecin légiste. je vais donc sur les lieux, accompagné de mon brigadier et de mon secrétaire. Le parquet est là. Le médecin légiste se livre aux premières constatations, les photographies sont prises après l'examen, du corps de la victime.
L'œil scientifique enregistre ainsi tout ce qui peut aider la justice. Les chimistes jouent également un rôle important dans ces premières investigations : par l'examen du poil, du sang, par les empreintes digitales, on acquiert des premières indications qui ont leur importance. Quand tout cela est terminé, tout le monde s'en va, sauf les agents et inspecteurs de la brigade spéciale, qui ont l'ordre de rester sur les lieux et de les fouiller de fond en comble. Cette besogne est non seulement une des plus importantes, mais elle est une de celles où la police acquiert des témoignages muets d'un caractère extraordinaires. C'est dans ce bouleversement minutieux que la preuve apparaît souvent. Et en voici de surprenants exemples : Une vieille femme, une brocanteuse, a été assassinée dans un taudis infect, une sorte de wagon converti en roulotte. Le coup de revolver lui avait traversé la tête de part (-il part. Le milieu était hétéroclite. On avait d'abord trouvé un vieux revolver dans lequel il restait une balle et une douille. On pensait d'abord que ce revolver était celui de la victime. Or, en regardant dans le prolongement die la tête de la victime un trou de la balle dans la fenêtre de la roulotte indiqua qu'il s'était agi d'une balle blindée. Ce furent déjà là d'importantes constatations. Ce ne fut pas tout. Les hommes étaient restés là tout 'l'après-midi et, en remuant, ils découvrirent, dans le fond d'un pot de fleur, un papier. Ce papier était une reconnaissance de dette datée de la veille. Un soupçon germa aussitôt dans l'esprit des policiers. Le but du crime devait être là ; et on rechercha immédiatement le signataire. Dans la banlieue, on découvrit les traces d'un individu qui habitait, dans une villa, une chambre louée an garni. Cet individu était le fils de l'ancien amant de la femme tuée. On l'arrêta et il avoua être le signataire de la reconnaissance de dette et l'assassin de la brocanteuse.
Un autre drame vous prouvera encore l'utilité des recherches. On apprit la mort d'une vieille mercière de la rue Sedaine, qui eut le crâne, défoncé à coups de bouteille. En fouillant dans la chambre de la victime, on découvrit dans son lit un miroir dont la forme était celle d'un croissant de lune. Pas d'autre indice relatif à une circonstance d'assassinat. L'inspecteur qui avait découvert ce miroir le promena avec lui. partout, sans 'cesse, le montra à tout le monde pendant un mois.
Dans un bal musette, il fit voir également ce miroir à une fille publique, qui lui dit en posséder un aussi, mais de forme ronde, qu'elle tenait d'un ouvrier miroitier. L'ouvrier-miroitier fut interrogé et, en examinant l'objet de l'assassinée, il reconnut que c'était un miroir qu'il avait donné à un individu à Levallois-Perret. On n'eut plus qu'à rechercher l'assassin, dont le signalement, des lors. était connu.
Je crois, conclut M. Faralicq que, par ces exemples, je vous ai donné une idée assez précise du mécanisme des filatures et des arrestations. Ne croyez pas au génie de Vidocq ni à la supériorité de Rossignol. A l'époque où exerçaient ces deux policiers, il n'y avait pas les obstacles qu'on rencontre aujourd'hui, multiplicité des moyens scientifiques, automobiles, métro, téléphone, etc. Un médecin me demandait, un jour, si un grand policier devait être un homme d'intelligence supérieure. Et. je lui répondis qu'une intelligence moyenne suffit. Ce qu'il faut, c'est surtout de la méthode et la connaissance du métier. Avec cela, on peut mettre la main au collet du bandit, le plus madré et le plus redoutable. »

Maurice Hamel

jeudi 21 mai 2015

† Clod'Aria (1916-2015)

ClOdAria.jpg


Alors qu'on poursuit le démembrement de la Laïque au profit de l'école privée, Suzanne Humbert-Droz disparaît ce moi à L'Orbrie, en Vendée où elle vivait. Née en 1916, elle a été institutrice et poète sous le pseudonyme de Clod'Aria.
Abandonnée par sa mère, adolescente tourmentée, elle a été élevé par sa grand-mère et a mené sa vie avec passion et enthousiasme, brisant à l'occasion les codes de l'école laïque forcément un peu austère, peignant et écrivant proses et poésies pour le compte de tous les éditeurs qui ont peu ou prou compté au siècle dernier (Soc & Foc, le Chat qui tousse, Edmond Thomas et Plein Chant, L'Arbre de Jean Le Mauve, etc.)
Sa poésie, simple et chaleureuse n'était pas sans malices. Elle était également haïjin.


Beau temps :
Rien dans la boîte aux lettres
Les amis jardinent...

Clod'Aria

mercredi 20 mai 2015

Une élégance de suaire

nonnedOtrange.jpg



On se doutait à la lecture de Maurice Lévy qu'il nous restait à découvrir sur les terres embrumées et froides du roman gothique et du fantastique lointain. Confirmation apportée par Florian Balduc, libraire d'ancien de son état, qui fomente des volumes appétissants remplissant allègrement les lacunes de notre paysage papetier dans des tirages parfois assez limités, sous des vêtures à l'élégance de suaire : ont paru depuis un semestre une Fantasmagiorana de 1812, une anthologie de sa propre composition sur le thème de la main — si riche durant les deux siècles derniers — et le Zofloya, ou le Maure de l'Anglaise Charlotte Dacre (1771?-1825) dont le crépitant n'a échappé à personne depuis l'analyse de Lévy, sauf aux éditeurs qui n'avaient pas songé à remettre la bête en liberté de puis 1807.
On a l'occasion de dire le particulier de cette Charlotte Dacre qui fournit un modèle, si l'on peut dire, en matière de mauvaises manières, en faisant preuve d'une certaine pureté renforcée d'une âme perdue et sauvage. Ou, pour être précis, d'une certaine pureté due au simple vide d'une âme sans réelle conformation morale. Le personnage affublé de cette caractéristique bien jouissive mais bien embêtante tout de même se nomme Sophie, elle est vénitienne, et fut (naturellement) d'abord confrontée à de mauvais exemples. Et se révéla d'une fermeté de caractère bien nette et bien redoutable.
Autour du thème du pacte faustien, Charlotte Dacre, qui usait du pseudonyme de Rosa Matilda, fit des étincelles en manifestant pour la chair des appétits marqués dans son roman librement dérivé du Moine de Lewis. Elle retint d'ailleurs l'attention pour son allant et son jusqu'auboutisme. On a beau être anglaise, on n'en est pas moins femme. Ou plutôt, ça n'est pas parce qu'elle fut femme que Charlotte Dacre usa d'une héroïne niaise qui aurait par principe respecté les codes et usages incombant aux personnes du beau sexe.
Zofloya est en la matière une notable exception du roman de ce temps, et c'est Maurice Lévy qui le dit. On vous laisse imaginer. Et vous jeter sur la bête qui ne sera pas disponible éternellement...


Charlotte Dacre Zofloya, ou le Maure. — La Frenaye-Fayel, Otrante, 2015, XII-225 pages, 24 € Tirage limité à 150 exemplaires.

Nous reviendrons sur les deux autres volumes, passablement nourrissants eux aussi :

Fantasmagoriana, ou Recueil d'histoires d'apparitions de spectres, revenants, fantômes, etc. Traduit de l'allemand, par un Amateur. — La Frenaye-Fayel, Otrante, 2015, 221 pages, 24 €

Mains enchantées, et autres mains du diable. Anthologie. De Hauff à Conan Doyle, 1824-1899. — La Frenaye-Fayel, Otrante, 2015, 205 pages, 24 €


Les trois ouvrages sont en vente sur le site de la Librairie Otrante



samedi 16 mai 2015

Quoique trois

Quoique3.jpg


Un numéro de Quoique, ça n'est pas un numéro de la Revue des Deux Mondes ou de la NRf.
Un numéro de Quoique, ça vibre.
C'est une publication pleine de "couleurs, de monotypes une et deux couleurs, de mots choisis, gribouillis, feutre, photos très noires, paragraphes enchaînés, aquatintes sur zinc, graphite et mine de plomb, phrases interminables, photos floues, cyanotypes" conçus par une flopée d'artistes et d'auteurs sur des sujets variés. A commencé par l'hyperinflation d'avant-guerre en Allemagne, ou bien encore Gabrielle Wittkop et la nécrophilie.
Ian Geay, collaborateur de Quoique et meneur d'Amer, nous écrit qu'il s'agit cette fois d'"un fou égoïste et souriant, un fou morne et renfrogné, un coup de tuba sur la tête, des tchèques spartakiades, une berlinoise hyperinflation sensorielle, un cabaret culotté, une plaie béante, david bowie himself, quelques chants de maldoror, un malodorant bombyx du papier branlé et Gabrielle Wittkop herself, des eaux très fortes, des pendus pendouillant, un décor mal rangé, là, BO6, tiresias itself, une démonstration de somnambulisme, un certain cyan avec un certain jaune".
Excusez du peu.
Et le tout est monté par Karine, Sarah d’Haeyer, David Perrache & Ulrich peut-être, lnor, Ivan de Monbrison, Arthurine Vincent, Elizabeth Prouvost, Ian Geay, Eddy Legrand, lmg-névroplasticienne, Ivy Lusquin, Jean Constance, Joris Pitaud & Elena Gray, ainsi que Pln.
Alors ?
N'allez pas nous dire que vous allez lire un mook quand vous pourriez attrapez Quoique. Ca serait maladroit.


Quoique (n° 3)
156 pages, 12 €
quoiquequoique(a)gmail.com
Dans les meilleures librairies prochainement

vendredi 15 mai 2015

L'abruti, homme du monde

Hector_de_Callias.jpg




L'abruti, homme du monde



C'est un petit garçon joyeux et laid. Il croit avoir des créanciers et n'a que des débiteurs. Il croit être élégant et sert au boulevard de caricature ambulante. Il croit vive et bâille.
Entre le potage et le poisson il offre sa soeur à tous ses camarades. Mais il ne faut pas dire du mal de Maria !
Ce jeune drôle ne peut donner à sa princesse que deux mille francs par mois : aussi la princesse est-elle obligée - pour vivre décemment - de supporter un odieux baron westphalien. Lui - pour ne pas compromettre la position de sa bien aimée - la voit une fois par trimestre - lorsqu'elle n'est pas indisposée.
Dans la vie de tout individu il faut un épisode marquant : Le voici tel qu'il se passe pour lui.
Vers le mois de janvier, le théâtre où Maria paye un engagement donne une Revue. Dans cette exhibition de femmes, Maria doit jouer le rôle de la Queue Traînante. A force de larmes et de prières elle parvient à se faire rogner la queue traînante jusqu'à hauteur des genoux.
Enhardie par cette concession elle pense - non sans raison - que le bout de queue, pareil à celui qu'on laisse au bull-dogs pourrait être supprimé tout à fait et remplacé avec avantage par un simple maillot rose. Alarmée de cette idée financière, elle se présente chez le directeur, chez les auteurs, chez le régisseur, chez le garçon d'accessoires, menaçant, si on refuse, d'accepter un titre de sociétaire à la Comédie-Française.
On refuse sans même avoir la délicatesse de convoquer en assemblée extraordinaire les actionnaires du théâtre.
Plus rapide et surtout plus salissant qu'un char de fées, le coupé de Binder vole jusqu'à la porte du baron, lequel répond avec l'accent d'un cacatoës qui ferait l'imitation du baron de Nucingen :
- Pauvre petite ! Elle ne pourra donc pas se déshabiller tout à fait ? C'est dommage, ça lui va bien.
Alors Maria remonte dans le coupé qui s'arrête devant le café Riche.
Notre jeune homme accourt à la portière, non sans avoir préalablement fait remarquer à différents joueurs de dominos à quel point l'équipage est pourri de chic.
Le coupé roule pour la troisième fois, avec ce bruit si bien imité par les machinistes au moyen d'une bûche, et dépose le jeune homme à la porte du farouche directeur - très absorbé pour le moment, car la pièce étant terminée il se demande à qui il pourra bien la faire écrire.
Le jeune homme, en qualité de protecteur des arts et d'ami de Mlle Maria, expose le désir qu'a cette artistes de voir retrancher quelques lignes à sa jupe - consentant en échange à ajouter plusieurs lignes à son rôle.
Le directeur fronce son sourcil olympien et s'écrire sans bienveillance :
- Toutes ces grues-là sont de vrais coulissiers. Elle ont la rage de jouer à découvert !
- Pardon, monsieur, Maria n'est pas une grue, c'est une femme très comme il faut. Pourquoi ne supprimez-vous pas sa jupe ?
- Voyons... j'ai assez fait pour elle... la jupe ne descend plus qu'au genou.
- Mais, monsieur, le haut de la jambe... Elle a le haut de la jambe très bien.
- Pas si bien que ça.
- Mais, monsieur...
- Je ne la connais peut-être pas aussi bien que vous ! Je vous prie, finissons-en... je suis très occupé... la pièce n'est pas écrite.
Le jeune homme désirant arranger les choses tire son chapeau et répond avec un sourire gracieux :
- Monsieur, je vous rendrais volontiers ce service...
Ici le directeur ne peut réprimer l'exclamation de crétin !
Cartes échangées. Sur le terrain le jeune homme serre la main de son adversaire en disant :
- Je n'ai pas besoin de réparation. Vous m'avez appelé crétin, c'est vrai, mais vous n'avez pas insulté Maria !


Hector de Callias Les Mirages parisiens. - (Paris), (s.n.), 1867, p.26-31.

Voir aussi : "l'abruti, homme de lettres"

jeudi 14 mai 2015

L'affaire Koltès

AffaireKoltes.jpg


En 2007, en désaccord avec le choix d'un comédien, François Koltès manifesta le fait qu'une mise en scène ne respectait pas la volonté de Bernard-Marie Koltès à propos de l'origine ethnique d'un comédien et s'y opposa, obligeant la Comédie-française à interrompre les représentations du Retour au désert mis en scène par Muriel Mayette. Un procès eut lieu que perdit l'ayant-droit tandis que la presse s'accordait à dire que la réalisation était ratée et la pièce vidée de son contenu, contenu réduit à celui d’une pièce ce boulevard.
Scandaleuse de nature, la volonté d'interdiction fit naturellement les choux gras de la chronique et permit aux moralistes d'entracte d'enfiler des âneries. L'on donna évidemment tort à l'ayant-droit (l'ayant-droit étant réputé abusif il est là pour se faire battre), comme toujours, et le sémillant Denys Podalydés publia un bel article à effets dans Le Nouvel Observateur où il s'indignait d'un frappant « C’est le théâtre qu’on insulte ! ».
Bigre...
Et puis le 3 juin 2007, Georges Lavaudant, metteur en scène, fit une mise au point dans les pages du Monde qui a le mérite de la clarté, rappelant à tous ceux qui l'avait oubliée qu'une règle assez simple persistait lorsqu'il s'agissait de s'emparer de la parole d'un auteur. Ainsi, la discrimination positive que Koltès avait établi devait être respectée. Mieux, il insistait encore en usant d'un argument contondant : "Que les faiblesses de l’amitié l’aient conduit parfois à renier ses propres principes ne doit pas nous encourager à passer outre avec une certaine légèreté." Et de conclure : "Priver Koltès, post mortem, de cette volonté politique et amoureuse d’imposer ses règles à un monde du théâtre qu’il connaissait trop bien peut se comprendre, mais, dans les temps où nous vivons et où nous aurons à vivre, il n’est pas certain qu’altérer ou détourner au nom de la liberté artistique son message courageux représente une solution d’avenir - ni politique ni artistique."

Un livre de Cyril Desclés vient faire le point sur cette affaire, sur ces tenants et ces aboutissants. Le préfacier Michel Corvin synthétise les questions en jeu pour le monde dramatique :

Une des leçons à tirer de cet épisode pénible de la vie théâtrale est que le plus souvent, on se précipite, passionnellement, pour trancher du bon et du mauvais, du juste et de l’abusif dans l’ignorance totale (ou presque) des données du problème. Cette affaire qui donnait l’apparence de la simplicité – comment ne pas défendre la liberté de création contre l’intervention intolérable d’un ayant droit ? – était en fait d’une grande complexité, voire difficilement soluble : est-ce qu’il suffit de brandir un mot (liberté, création…) comme un totem pour, immédiatement, anesthésier ses adversaires et les rejeter dans les ténèbres de la mauvaise foi ? La position de neutralité, l’attitude d’attente, le refus de juger sans savoir sont des qualités de plus en plus rares en un temps où tout le monde est sollicité pour donner son avis sur tout, même sur des sujets dont on ne possède pas la moindre idée. Flatterie démagogique du « gros animal » aurait dit Platon ; menace de la « massification » disait Ionesco écrivant Rhinocéros ; enrégimentement obligatoire dans le politiquement ou l’esthétiquement correct. La vraie question que pose l’affaire et que Cyril Desclés développe tout au long est celle de l‘exacte juridiction du metteur en scène et de son droit à une entière et illimitée interprétation/création du sens des œuvres qu’il monte.


Nul doute qu'un retour sur cette affaire contribue à éclairer non seulement le cas spécifique de cette pièce mais aussi toute l'oeuvre de Koltès qu'il n'est jamais inutile de retourner voir.
Ce livre éclaire aussi d'autres aspects moins brillants de la société des prétendues élites "culturelles", décidément pas plus brillantes que les autres. Mais avec un peu de nez et l'esprit clair, on doit cependant s'y retrouver néanmoins, comme Diogène.


Cyril Desclés L'Affaire Koltès. Retour sur les enjeux d'une controverse. Préface de Michel Corvin. — Paris, L'Œil d'or, 13 €


NB il importe aussi de constater que les éditions de L'Œil d'or publie parallèlement, coup d'audace, un recueil de nouvelles inattendu de François Koltès lui-même. Comme un élément du dossier, cette publication vient nous dire quelque chose, au-delà de la qualité intrinsèque des textes eux-mêmes qui ont de quoi surprendre... François Koltès Les Croix des champs. — Paris, L'Œil d'or, 14 €

à travers ces sept nouvelles, François Koltès nous conte des histoires de persévérance, d’entêtement, de lutte au plus intime de l’être. Au milieu de paysages immenses se dévoilent le tâtonnement des âmes et des corps, ballet étrange, séculaire, d’une humanité en quête de paix.



mercredi 13 mai 2015

Louis a dit

camoensBuste.jpg


A propos des Nouvelles dissociations de Remy de Goumont, ces chroniques des années 1910-1915 reprises en volume par les éditions du Siècle en 1926, Louis Chéronnet donne un avis sans compromis :

« A commenter les faits de la semaine la pensée pourtant profonde et souple de Remy de Gourmont se limite, parcourant un monotone cycle sans issue, revenant au sens commun abhorré par le jeu compliqué des paradoxes et contre paradoxes. Stériles résultats pour de maigres sujets. Mesurage d'une langue admirablement riche et pure pour seulement préparer quelques thèmes de conversation à des perruches de salon. Heureusement la personnalité de l'auteur de Sixtine ne se perd point si facilement. Au hasard des pages on rencontre quelques idées originales ou quelques prophétiques pensées, qu'on regrette de voir aussi brièvement traitées mais qui démasquent le génie refoulé par le nombre de lignes à remplir. »




Louis Chéronnet Le Divan, n° 2, 1926, p. 85.



Sur l'inauguration du buste de Camoens, un reportage d'époque sur Gallica. Avec Richepin, du diplomate, de l'officiel, et Wilma Knaap, Javanaise.

mardi 12 mai 2015

Dans le bureau de Francis de Miomandre

miomjourna.jpg



Voici un papier sur lequel j'ai griffonné quelques sujets de contes. Si beaux quand je les conçus, que je ne voyais point nécessaire d'entrer dans de grand frais de détails. Aujourd'hui, qu'ils m'apparaissent dépouillés, ternes et bêtes ! Paresse ! Il eût fallut se ruer sur l'occasion, saisir par ses beaux cheveux l'inspiration qui passait. Elle eut peut-être vivifié ces loques inertes... Je pourrais maintenant m'évertuer, il est trop tard. Renonçons même à imaginer ce qu'eussent été ces mirifiques nouvelles.
Et ceci, vieille page jaunie par le temps, où défilent les noms de tous les journaux et de toutes les revues susceptibles d'accepter la copie d’un pauvre polygraphe comme moi. Je sais ainsi ce que fait de lignes ma page dans chaque périodique, et à quelle heure s'ouvre la caisse. Mais j'ignore toujours ce que donne le caissier, parce que ce capricieux personnage varie ses prix selon que vous lui plaisez ou on, et selon le temps qu'il fait.
Pourquoi ces feuilles sont-elles presque toutes mortes ou agonisantes ? Pourquoi de celle qui tiennent bon les directeurs sont-ils toujours inaccessibles ? Pourquoi ?
Mais pourquoi la littérature elle-même existe-t-elle ? Pourquoi, quand le papier blanc est si beau, le salir de tous ces signes noirs, qui ne signifient rien la plupart du temps ? Est-ce qu'un monde bien paisible, bine tranquille, bien innocent, où l'on écrirait jamais, pas même de lettre anonymes, où l'on aurait le droit, et pas plus, de travers les initiales de son nom entrelacées à celles du nom de sa bonne amie sur les écorces des arbres, est-ce que ce monde-là ne vaudrait pas mieux que le nôtre ? Il paraît qu'il y a vingt-cinq mille littérateurs en France. Défalquons ceux qui ont du talent : cela nous fait le formidable chiffre de vingt-quatre mille neuf cent quatre-vingt-dix-huit qui ne servent ) en, et dont les bras désolés par l'agriculture, seraient infiniment plus utiles au service de cette entité bienfaisante.
De la suppression des littérature découlerait, logiquement et immédiatement, celle des journaux, qui nous apportent chaque matin tant de trouble. "Pas de nouvelles, bonnes nouvelles", dit le plus sage des proverbes. Cette vérité est si profonde que les journaux en effet n'annoncent jamais que des désastres. Sans doute s'imaginent-ils que cela seul peut ébranler nos nerfs blasés, ou bien peut-être prennent-ils ce parti pessimiste parce qu'on ne leur communique pas autre chose de tous les faits qui se passent dans l'immense univers. (...)
Si jamais je fonde un journal, vous verrez, ça ne se passera pas comme ça. Mais exactement à l'inverse... Je tiendrai pour nul et non avenue tout ce qui jusqu'alors composa la matière des faits-divers. Par contre, j'enverrai dans toutes les grandes villes du monde, et dans les petites localités pittoresques, des reporters d'une finesse d'observation supérieure à la moyenne, chargés de me renseigner sur ce qui se passe d'harmonieux dans l'univers et d'heureux pour ses habitants. (...)
Pour être heureux, il nous suffit de croire que nous le sommes, et pour le croire il ne nous manque guère que quelques raisons. Chaque matin j'en fournirais un stock persuasif...




Francis de Miomandre Le Voyage d'un sédentaire. — P., Emile-Paul Frères, 1918.

lundi 11 mai 2015

Les couvertures du siècle dernier (XLXV)

Asavatte.jpg


Adrienne Savatte Seize Petits Poèmes. — Cahiers du Val Saint Père, n° 3.


dimanche 10 mai 2015

Bibliographie lacunaire des éditions Louis Michaud (en cours de travaux)

MichaudCourtisane.jpg


Il y a fort longtemps que l'on repousse le moment de passer à la bibliographie lacunaire des éditions Louis Michaud. Non que le sujet ne soit beau, aussi beau que leurs couvertures montées par F. Robida ou Dorival, mais il est vaste. Et vaste presque autant que le catalogue de la maison André Martel, qui roupille dans les carnets de notes de l'Alamblog. Le Préfet maritime ne baisse pas les bras, mais il redoute la lourdeur de ces tâches. Pour autant, l'importance des éditions Louis Michaud, vous le constaterez, est telle qu'il faut bien y passer un jour ou l'autre.
L'heure de gloire de la maison Louis Michaud date des années 1880-1910. Elle a alors pignon sur rue et se tient au 168 du boulevard Saint-Germain.
On est bien sûr tenté de la raccorder à l'historique maison du libraire Louis-Gabriel Michaud (1773-1858), libraire et imprimeur. rue des bons enfans, n° 34) en activité entre 1797 et 1853, mais le rapprochement serait peut-être scabreux. Ce Michaud jeune, imprimeur du Roi (1814-1816) et directeur de l'Imprimerie royale (1823) était originaire de la région de Bourg-en-Bresse et fonda en 1797 avec son frère Joseph-François Michaud et N. Giguet, une imprimerie spécialisée dans l'impression d'ouvrages religieux ou monarchistes. Célèbre pour avoir rédigé plusieurs journaux royalistes et pour sa fameuse Biographie universelle Il donna même dans le "poème didactique en trois chants" avec ‎La Crépitonomie ou L'Art des pets de Ducastel (1815)... ‎Mais rien ne permet de lier ce Michaud-ci avec ce Michaud-là qui donne à partir de 1879 des monologues en vers pour le théâtre, des chansons, etc.
Des livres apparaissent à partir de 1885, mais, là encore, sont-ils de la même enseigne ? Un coin de l'Eden-Théâtre par un pompier (1885, 98 p.)
L'Avocat des propriétaires et des locataires, fermiers, usiniers, hôteliers, aubergistes, logeurs. Guide pratique, par E. Coqueugniot, (1886), ou une
Économie politique. La Liquidation sociale, nécessité de réformer l'impôt, par É. Mansuy '(1886) Se mêlent essais de géopolitique et chansons jusqu'en 1900, date de parution de l'étrange Ere Petitpaon ou La paix universelle d'Henry Austruy... Nous ne tenons pas compte de la production de vaudevilles, chansons, opérettes et autres formes spectaculaires dont nous ignorons si elles émanent bien de la même boutique - Et ce malgré l'existence de la "Bibliothèque théâtrale illustrée" dirigée par Ginisty qui pourrait inciter à y voir une conjonction favorable. De même que nous avons rejeté la marque "L. Michaud" produisant à Reims des produits d'histoire locale.
En fait, une date nous paraît remarquable, c'est en 1906 : paraît alors un "roman moderne" de Raoul Gineste (La poupée de cire) et, deux ans plus tard prennent leur essor les "Bibliothèques des poètes français et étrangers" et la "Collection historique illustrée" qui passeront peu ou prou dans l'escarcelle de la maison de Vald Rasmussen aux alentours de 1924/1926.
Entre temps, les directeurs littéraires de la Société des Editions Louis-Michaud abattent un sacré travail. Il se nomment Charles Simond, Paul-Adolphe Van Cleemputte (1837-1916) ou Adolphe Van Bever, les polyvalents Albert Savine, ex-éditeur déchu voué aux travaux alimentaires, et Alphonse Séché qui bénéficiait de la documentation paternelle (Léon Séché) afin de produire du florilège à la chaîne. Albert Savine et Alphonse Séché. D'autres auteurs ont défrayés la chronique de leur temps et sont fort réputés. On ne présente plus Georges Normandy et Mafféo-Charles Poinsot par exemple.
L'un des principaux intérêts de la maison Louis Michaud, spécialisée dans l'anthologie, pour tout dire, réside dans ses couvertures. Cela n'échappera à personne, vous verrez. Il faudra d'ailleur boucler un jour cette monographie consacrée aux interventions éditoriales de l'artiste Géo Dorival qui reste, au-delà de son activité d'affichiste génial, un concepteur de couvertures de livres hors norme, tout à la fois de "son temps" et d'une grande modernité - il avait à sa disposition l'Atelier Geo Dorival Bordry et fut un nouveau Hugo d'Alési pour les gares françaises. NB D'autres illustrateurs intervinrent également avec bonheur (cf. Fil-de-Fer).
BoissMichaud.jpg
Nous l'avons dit, la maison fit de l'anthologie poétique sa spécialité et compta plusieurs collections :
La "Bibliothèque théâtrale illustrée", publiée sous la direction de Paul Ginisty
La "Bibliothèque des poètes français et étrangers" (1908- ; suite chez Vald Rasmussen)
la "Collection historique illustrée" (1908-191?)
"Les Grands philosophes français et étrangers"
les "Écrits et la vie anecdotique et pittoresque des grands artistes : peintres, sculpteurs, musiciens, comédiens" (suite chez Rasmussen) (doublée d'une série intitulée "La Vie anecdotique et pittoresque").
"Les Prosateurs illustres français et étrangers", dirigée par Charles Simond (1908-) : J.-J. Rousseau. (1908) ; II. Stendhal (1908) ; III. Sterne (1908) ; Saint-Simon (1909) ; V. Marat. (1909) ; VI. Suétone (1909) ; VII. Diderot. (1910) (...)
Le tout s'enrichissant encore d'une "Encyclopédie littéraire illustrée. Anthologie des chefs-d’œuvre classiques de toutes les époques et de tous les pays, prosateurs et poètes", publiée sous la direction de Charles Simond (il en existe une édition en espagnol). Guillaume Apollinaire y donna un Théâtre italien en 1910.
D'autres ensembles virent probablement encore le jour comme cette série des "Muses françaises", anthologie des femmes-poètes. Morceaux choisis accompagnés de notices biographiques et bibliographiques, par Alphonse Séché (384 p. et 400 p.) ou encore

LouisMichaudLogo3.jpg

Voici déjà un détail des anthologies poétiques (coll. "Bibliothèque des poètes français et étrangers")
Les Chansonniers gaillards. Anthologie de chansons légères du XVe siècle à nos jours. Choix, préface et notes par Georges Normandy (1910), X-144 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers, n° 1).
George Gordon Byron L'adieu ; Stances à Augusta ; Childe-Harold ; Sur la mort de Sheridan, etc. trad. de Benjamin Laroche ; choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (1908), XI-142 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 2).
Pierre de Ronsard Amours de Cassandre ; Amours de Marie ; Amours d'Astrée ; Poésies pour Hélène (1908), XVI-143 p Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 3).
Hégésippe Moreau Poésies et contes ; choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (1908), XIV-139 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 4).
1909 : les plus jolis vers de l'année. Choix par Alphonse Séché (1909), VII-146 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 5).
Johann Wolfgang von Goethe Lieds, ballades, odes, poésies diverses, sonnets, épigrammes, élégies, Prométhée, Divan oriental-occidental ; choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché (1909), XVII-134 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 6).
Paul Scarron Poésies diverses ; La Mazarinade ; Virgile travesti ; Roman comique ; choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché (1908). - XV-135 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 7).
Edgar Allan Poe Poèmes complets ; Scènes de Politian ; Le Principe poétique ; Marginalia ; trad. inédite de Victor Orban ; notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché (1908) XIV-137 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 8).
1912 : les plus jolis vers de l'année, choix par Alphonse Séché, (1912), 160 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 9).
Charles Millevoye Élégies, chants élégiaques, poèmes, poésies légères, chansons, dialogues, dizains et huitains, ballades, épigrammes ; choix, notice biographique par Alphonse Séché, 1909, XI-140 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 10).
Lope de Vega Morceaux choisis. Oeuvres lyriques. Poèmes narratifs. Théâtre. Épîtres, art poétique, fables. Genre pastoral ; trad. inédite de M. H. Barthe, notices biographique et bibliographique, avec trois portraits de Lope de Vega, (1910), XII-138 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 11).
François Villon Oeuvres : Petit Testament, Grand Testament, Poésies diverses, le Jargon ou Jobelin ; notices biographique et bibliographique, (1910), XX-136 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 12).
Pierre Corneille Corneille galant, Corneille courtisan, Corneille chrétien, Corneille satirique, Corneille héroïque, poésies diverses, choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (1909), XV-136 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 13).
Heinrich Heine Lieder, poésies diverses ; Romancero ; Intermezzo ; le Retour ; la Mer du Nord ; Voyage dans le Harz ; Germania ; Lazare ; Atta Troll ; Mots et boutades, (1908), XIII-137 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 14).
Charles Baudelaire Les fleurs du mal ; Petits poèmes en prose ; choix, notice biographique et bibliographie, par Alphonse Séché, - Paris (168, boulevard Saint-Germain), Vald. Rasmussen, collections Louis-Michaud, 1925 (Paris : impr. Labor), XVIII-142 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers. Nouvelle série ; 15).
MichaudLIbertinsOK.jpgLes poètes libertins. Anthologie de poésies légères du XVe siècle à nos jour. Morceaux choisis avec préface et notes par Georges Normandy (1909), XVI-138 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers, n° 16).
MichaudPatrioqiuesOK.jpgLes Poètes patriotiques. Anthologie de poésies patriotiques. Morceaux choisis accompagnés d'une préface et de notes par M.-C. Poinsot et Georges Normandy (1909), XXIV-128 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers, n° 17).
poetesmort.jpg Les poètes de la mort. Anthologie des poésies de la mort du XVe siècle à nos jours. Morceaux choisis, avec préface et notes par Léon Larmand (1910), VIII-145 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers, n° 18).
Alphonse de Lamartine Méditations poétiques ; Nouvelles méditations ; Pèlerinage d'Harold ; Harmonies poétiques et religieuses ; Jocelyn ; La chute d'un ange ; Recueillements poétiques, choix, notices biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (1926), XXI-154 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers. Nouvelle série ; 19).
André Chénier Bucoliques ; Elégies ; Poèmes ; Hymnes ; Odes ; Iambes, choix, notices biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (1908), XII-141 p.; (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 20).
MichaudHumoistes.jpgLes Poètes humoristes. Anthologie de poèmes humoristiques du XIIIe siècle à nos jours. Choix, préface et notes par Georges Normandy (1910), IX-145 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers, n° 21).
Pierre-Jean de Béranger Chansons choisies de P.-J. de Béranger. Lettres, choix, notice biographique et bibliographique, par Alphonse Séché, (1908), XVIII-134 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 22).
MichaudripaillesOK.jpgLes Poètes de la ripaille. Anthologie des poésies de la table du XVe siècle à nos jours. Morceaux choisis, avec préface et notes par Léon Larmandie (1910), VI-148 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers, n° 23).
Marceline Desbordes-Valmore L'amour, l'amitié, les enfants, mélanges ; choix, notices biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (1910), X-142 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 24).
__ Alfred de Musset Ballade à la lune ; Mardoche ; Namouna ; Lucie... ; choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (1908), XI-142 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 25).
MichaudPSociaux.jpgLes Poètes sociaux. Anthologie de poésies sociales. Morceaux choisis accompagnés d'une préf. et de notes par Georges Normandy et M.-C. Poinsot. (1909), XXXII-120 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers (n° 26).
Les poètes de la courtisane, anthologie du XVe siècle à nos jours, choix, préface et notice, par A.-L. Laquerrière, (1913), 160 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers, n° 27).
Poésies fugitives : madrigaux, épigrammes, inscriptions, épitaphes, etc, choix, étude et notes par M. Frédéric Cousot, (1910), IX-145 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 28).
Alfred de Vigny Livre mystique ; Antiquité biblique ; Livre moderne ; Les Destinées ; choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché, 1926, XX-140 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers. Nouvelle série ; 29).
lemercierdermBalladesdamour.jpgCamille Lemercier d'Erm Les ballades d'amour : du XIIe siècle à nos jours ; choix, préface et notes, par C. Lemercier d'Erm, (1913), (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 30).
__ Auguste Brizeux__ Marie ; Les Bretons ; La Fleur d'or ; Primel et Nola ; Histoires poétiques / Auguste Brizeux ; choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (s. d.), XX-132 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 31).
Gérard de Nerval Choix de poésies ; choix, notice biographique et bibliogr. par Alphonse Séché, (1908), XVII-132 p., (Bibliothèque des poètes français et étrangers ; 32).
La série se poursuivit sans numérotation :
Les Poètes des gueux. Anthologie du XIIIe siècle à nos jours. Choix, préface et notices par Maurice Gauchez. (s. d.), XXV-128 p.
michaudParis.jpgLes Poètes de Paris. Anthologie du XVe siècle à nos jours. Choix et préface par Camille Lemercier d'Erm (1912), XVIII-137 p.

MichaudxomediensOK.jpgLes Poètes comédiens. Anthologie de poésies de comédiens contemporains. Préface, notices biographiques et choix, par Robert Oudot et A.-L. Laquerrière (1911), XI-140 p.
MichaudPOetesMisere.jpgLes "Poètes-misère" : Malfilâtre, Gilbert, Imbert, Gallois, Auguste Le Bras... Choix de poésies... par Alphonse seché (s. d.), 159 p.
MichaudLuneOk.jpgLes Poètes de la lune. Anthologie du XVIe siècle à nos jours. Choix, préface et notes par Paul Madières (s. d.), VII-151 p.
MichaudfemmeOK.jpgLes Poètes de la femme. Anthologie de poésies sur la femme du XIVe à nos jours. Préface, choix et notes par Léon Larmand, 149 p.
Les Poètes du baiser. Anthologie des poésies relatives au baiser du XVe siècle à nos jours. Préface, choix et notes par Marius Boisson, 139 p.
MichaudnatureOK.jpgLes Poètes de la nature. Anthologie de poésies sur la nature du XVe siècle à nos jours. Choix, préface et notes par Frédéric Cousot, illustré de 9 gravures; 140 pages.
MichaudParodistes.jpgLes poètes parodistes. Anthologie de parodies du XVIIe siècle à nos jours. Choix, préface et notes par Paul Madières (circa 1912) IX-146
Les poètes du rire. Anthologie du XIVe siècle à nos jours. Choix, préface et notes par M. C. Poinsot, 141 p.
poetesreligieux.jpgLes poètes religieux. Anthologie du XIIIe siècle a nos jours. Choix, préface et notes par Léon Larmand, (1910), 152 p.
Les Satires contre les femmes.Anthologie de poésies satiriques contre les femmes du XVème à nos jours, s. d., 148 pages.





LogoLouisMichaud.jpg




Catalogue lacunaire des éditions Louis Michaud

LouisMichaudAjalbertINdo.jpgJean Ajalbert Les Destinées de l'Indo-Chine, voyages, histoire, colonisation., (1909), 350 p. Couverture illustrée par Robida.

Jean Ajalbert Les chansons de Sao Van Di, s.d. (circa 1910). Tirage limité à 912 exemplaires.

LouisMichaudAjalbSAOVAN.jpgJean Ajalbert Les Nuages sur l'Indochine, s. d. (circa 1912), 320 p. Recueil d'articles extraits de divers journaux.

Maurice Allem Alfred de Musset (s. d.), coll. "La vie anecdotique et pittoresque des Grands écrivains".

Général André Cinq ans de ministère.

Guillaume Apollinaire Le Théâtre italien. Préface d'Ugo Capponi. 44 gravures et portraits, 1910, 220 p.

Bachaumont Mémoires secrets de Bachaumont (1762-1771), publiés avec une préface et des notes par Ad. Van Bever, avec 34 illustrations d'après les dessins de Carmontelle et les gravures du temps, 1912, 2 vol., coll. "Les Moeurs légères au XVIIIe siècle".

André Barre La Bosnie-Herzgovien (Administration autrichienne de 1878 à 1903).

André Barre La Menace allemande.

André Barre La Tragédie serbe, 277 p.

André Barre Le monocle de Maxime Opsis‎, 1895, 277 p.

esclavage_blanc.jpgAndré Barre L'Esclavage blanc (Arménie, Macédoine), (19008 ou 1909)

Maurice Barrès El Jardín de Berenice, novela. Traducción de Guillermo Abello Salcedo ; illustraciones de Geo Dupuis (1910) 285 p. Coll. "Autores modernos".

Maurice Barrès Sangre, voluptuosidad y muerte, traducción de M. Ciges Aparicio, illustraciones de A. Cézard, 1911, 286 p., Coll. "Autores modernos"

Charles Baudelaire Les fleurs du mal. Petits poèmes en prose Choix, notice biographique et bibliographie, par Alphonse Séché, 1925, Vald. Rasmussen-Louis Michaud, XVIII-142 p., coll. "Bibliothèque des poètes français et étrangers. Nouvelle série" (n° 15).

LOuisMichaudFromentin.jpgGeorges Beaume Fromentin, 1911, 190 p.

Georges Beaume Michel-Ange, 1912, 192 p.

Georges Beaume Léonard de Vinci 47 gravures et portraits, circa 1914, 189 p. "Les écrits et la vie anecdotique et pittoresque des grands artistes".

Georges Beaume La Femme et le larron, ill. de Lobel-Riche, s. d., 286 p.

Henri Bergson Choix de texte (sic), avec étude du système philosophique par René Gillouin (s. d.) 222 p. Coll. "Les Grands philosophes français et étrangers" (n° 20).

michaudRoumiaOK.jpgRaoul Béric La Roumia, roman de moeurs arabes., ill. de M. Mahut.

Berkeley ''Choix de textes avec étude du système philosophique, par Maxime David. Gravures et portraits, 1930 223 p. Les Grands Philosophes français et étrangers (n° 8).

BernotChamp.jpgPaul Bernot Un champ d'or : la République Argentine, (1912 ?), 286 p.

Jules Bertaut Voltaire, (s. d.), 192 p. Coll. « La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains »

Jules Bertaut La Jeune Fille dans la littérature, 1910, 318 p. ‎Au XVIIe siècle - Au XVIIIe - Romantisme - Dans Balzac - Sous le Second Empire - Aujourd’hui : Dans la société moderne - À Paris - En province - Claudine - Les anges déchus - La révoltée - L’intellectuel - La jeune fille honnête - La jeune fille du peuple - La féministe.‎

Pierre Nicolas Berryer La Vie au barreau, souvenirs de Pierre-Nicolas Berryer, annotés d'après les documents d'archives et les mémoires par Albert Savine Publication (1910) 188 p. Coll. "Collection historique illustrée"

Jean Bertheroy Geneviève de Paris, roman historique inédit, (s. d.), 307 p.

BIllyLMDor.jpg André Billy La Dérive, 1909, 389 p.

michaudBoccace.jpgBoccace Fiammetta ; Le Labyrinthe d'amour; Le Décaméron, biographie, bibliographie, pages choisies par Charles Simond, 1910, 136 p., (Les Prosateurs illustrés françàais et étrangers).

MichaudBoissiereIndo.jpg Jules Boissière L'Indo-chine avec les Français,avis au lecteur par Jean Ajalbert, s. d., 302 p.



Jules Boissière Propos d’un intoxiqué. Le Bonze Khou-Su. Terre de fièvre. Cahier de route. Préface de Jean Ajalbert, s. d., 320 p.

Jules Boissière Fumeurs d'opium. Comédiens ambulants, 1910, 318 p. Publié par Térèse Boissière.

Jean de Bonnefon Lourdes et ses tenanciers, XXIII-279 p.

Jean de Bonnefon Lettres indiscrètes. Lettes posthumes d'un docteur en théologie., 320 p.

Jean de Bonnefon ‎Le Baron de Richemont, fils de Louis XVI (puis Duc de Normandie), 288 p.

Émile Boutroux ''Choix de textes avec une étude sur l'oeuvre / par Paul Archambault. - Paris : Vald. Rasmussen, 1928 (92-Fontenay-aux-Roses : impr. Louis Bellenand et fils). - 1 vol. (221 p.) : ill., 10 portraits, gravures, couv. ill. ; 19 cm. - (Les Grands philosophes français et étrangers (n° 6)

Auguste Brizeux Marie. Les Bretons. La Fleur d'or. Primel et Nola. Histoires poétiques. Choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séche (s. d.), XX-132 p. Coll. "Bibliothèque des poètes français et étrangers" (n° 31).

Pierre-Jean-Georges Cabanis. Choix de textes et introduction par Georges Poyer, 10 gravures et portraits, Paris, L. MIchaud, 1930, 224 p. Coll. "Les grands philosophes français et étrangers" (n° 3).

Louis de Camoens Morceaux choisis. Traduction inédite de M. H. Barthe. (La Lusiade, Odes, Cançoes. Elégies. Stances. Sonnets. Compositions lyriques diverses. Théâtre. Epîtres. Eglogues). Notices biographique et bibliographique, 1912, XIX-134 p. Coll. "Bibliothèque des poètes français et étrangers".

(Casanova) Lettres de femmes à Casanova, 1912, 318 p. Collection de correspondances inédites.

Henri Chateau La Cité des Idoles. Ill. de Lobel Riche.

Gabiel Clouzet Le Roman français par Gabriel Clouzet. Avec une préface de J.-H. Rosny aîné et un Essai sur l'histoire du roman par Charles Simond, (1911 ou 1912), 24 p., "Encyclopédie littéraire illustrée. Anthologie des chefs-d’œuvre classiques de toutes les époques et de tous les pays, prosateurs et poètes"

Gabriel Clouzet et Charles Fegdal Lamartine, (S. d.), 189 p., "La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains".

grandanthoLM.jpgCollectif La Grande Anthologie, la seule qui ne publie que de l'inédit... Contenant un plan du Métro, une feuille de réclamation.‎ ‎(vers 1914), 267 pages. Nombreuses illustrations en noir et blanc, dans le texte et en hors-texte. Recueils de pastiches littéraires écrits notamment par Pierre Benoit et Charles Perrot. Au sommaire : Sébastien-Charles-Georges Leconte de Lisle-Adam, Henri-Mathurin de Régnier, Léon Largier, Jehan Richepaing, René Cauchois, Charles de Poumarolles, Francis James, Sidoine Appollinaire, Pol et Sema Fort, Lorang-Taillade. Couverture de Carlègle.

Collectif Contes et facéties galantes du XVIIIe siècle. Introduction et notices par Ad. Van Bever (1910), 286 p., coll. "Les moeurs légères au XVIIIe siècle".

Collectif Machado de Assis et son oeuvre littéraire. Discours prononcés à la Sorbonne, à Paris, le 3 avril 1909. Le Génie latin. Avant-propos d'Anatole France. Illustrations d'A. Graverol (1909), 159 p.

A. de Compigny Des Bordes de Villiers de l'Isle-Adam Recherches. Collaboration de MM. René Housset (Provins), Fleury Vindry (Lyon)... etc. Autour d'un grenier à sel (Provins), gentilshommes, bourgeois, moines et paysans de l'ancienne France. Préface de Georges Claretie. La Brie-Champenoise sous Charles VIII et Louis XII, possesseurs de fiefs. Les Coeur et les Bureau. Quelques chansons de Thibault VI. Provins à la fin du XVe siècle. Un bourgeois-gentilhomme de 1493 ; Claude Lefebvre. Les Monastères du Sénonais et de la Brie. Héloïse à la Pommeraie. Révoltes et ventes de serfs. Le Régicide Jacques Clément, natif de Serbonnes. Quelques épisodes de la Ligue : Henri VI à Bray-sur-Seine ; le Siège de Sens en 1590. Un village de Champagne : Compigny. Les Seigneurs de Sergines, Michery, Serbonnes, Montigny-le-Gueslier, etc. Le Procès du capitaine Michery en 1584. L'Exploit légendaire de Blaise Rigault, à Sergines, en 1640..., Louis-Michaud, éditeur-Vald. Basmussen, successeur, 168, boulevard Saint-Germain, 1924, 144 p.-6 f. pl.

Auguste Comte ''Choix de textes et Étude du système philosophique, par René Hubert. 9 gravures et portraits Texte imprimé. - Fontenay-aux-Roses, impr. Louis Bellenand et fils ; Paris, collections Louis Micaud ; Vald. Rasmussen, éditeur, 1927. (19 juillet 1930.) In-16, 224 p. 8508. Les Grands Philosophes français et étrangers (n° 5).

Condorcet ''Choix de textes et introduction, par J.-B. Séverac, 1930, 224 p.-9 grav. (Les Grands Philosophes français et étrangers (n° 10).

LouisMichaudCorot.jpg Paul Cornu Corot. 54 illustrations etc. - 1911.

Gabriel Cortezo Collantes (éd.) El Cantar de mío Cid y el Romancero del Cid. (Introducción y glosario por Gabriel Cortezo Collantes, Paris-Buenos Aires, s. d., 285 p., « Biblioteca económica de clásicos castellanos », 1912.

‎Paul-Louis Courier pamphlets politiques : Pétition aux deux chambres - Discours sur l'acquisition de Chambord - Gazette du village - Pamphlet des pamphlets - Lettres. Biographie, bibliographie, pages choisies par Charles Simond. Avec portraits et autographe, s. d.

Frédéric Cousot Poésies fugitives: madrigaux, épigrammes, inscriptions, épitaphes, etc... / choix, étude et notes par M. Frédéric Cousot, s. d., 144 p. "Bibliothèque des poètes français et étrangers" (n° 28)

Jacques Coussange et Charles Simond‎ ''‎La Norvège littéraire‎. Encyclopédie Littéraire Illustrée. Etudes sur la Norvège et la France., s. d., 221 p.

Claude-Prosper Jolyot de Crébillon Les Egarements du coeur et de l'esprit. Tanzaï et Néadarmé ou l'Ecumoire. Le Sopha. Les Amours de Zeokinisul. La Nuit et le moment. Biographie, bibliographie, pages choisies par Charles Simond, (s. d.), XIX-134 p. "Les Prosateurs illustres français et étrangers".

Savinien de Cyrano de Bergerac Lettres. Théâtre : le Pédant joué, la Mort d'Agrippine. Voyage dans la lune. Histoire des états du soleil. Biographie, bibliographie, choix de textes par Charles Simond , 1909, XVII-135 p., coll. "Les prosateurs illustres français et étrangers".

Casimir Delavigne Messéniennes, Poèmes et Ballades sur l'Italie. La Ballerine, Nemmo. Le Prêtre. Louis XI Choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (s. d.), XI-139 p.

Charles Derennes La Guenille.

Charles Derennes Les Enfants sages, roman, L. Michaud-la Renaissance du livre, (1932), 301 p.

Charles Derennes Le Miroir des pécheresses.

derenneniq.jpgCharles Derennes Nique et ses cousines, Couverture de Fabiano, 288 p. 5 exemplaires sur vergé de Hollande.

derysdameOK.jpgGaston Derys La Dame d'amour (s. d.), 284 p.

Gaston Derys Cruelle Tendresse.

Gaston Derys Les Grands amoureux. Marmontel. La Rochefoucauld, Pierre de Ronsard, Louis XII (s. d.), 284 p.

Gaston Derys Les Grands amoureuses, 4 volumes (s. d.). 256 - 256 - 254 - 264 pp. 24 portraits d’époque hors-texte par volumeTome I : Mademoiselle de Lespinasse ; Marie Mancini ; La Clairon ; Madame de Tencin. - T. II : La Comtesse Walewska ; La Duchesse de Berry ; Louise Labbé ; La Marquise de Boufflers. - T. III : Madame du Deffand ; La Duchesse de Longueville ; Madame Tallien ; La Marquise de Coislin. - T. IV : Rachel ; Louise Collet ; Aimée de Coigny ; La Duchesse de Fallary.‎

Marcelline Desbordes-Valmore Lettres inédites, 1812-1857, recueillies et annotés par son fils Hippolyte Valmore. Préface de Boyer d'Agen. Notes d'Arthur Pougin, 1911, 348 p.

René Descartes Choix de textes avec étude du système philosophique et notices biographique et bibliographique par L. Debricon. Préface de Labescat (1909) 222 p. Coll. "Les Grands philosophes français et étrangers" (n° 16)

Abbé Dolonne Le Clergé contemporain et le Célibat.

Joachim Du Bellay L'Olive. Recueil de poésies. Divers poèmes. Les Amours. Antiquités. Regrets. Les Jeux rustiques. La Défense et illustration de la langue française. Choix, notice biographique et bibliographique par Alphonse Séché, (1910), XII-140 p. "Bibliothèque des poètes français et étrangersA; van Bever Les Conteurs Galants du XVIIIe".

Maurice Dumoulin Favart et Madame Favart, un ménage d'artistes au XVIIIe siècle (1902), 192 p. Coll. « Les Écrits et la vie anecdotique et pittoresque des grands artistes ».

Émile Durkheim Choix de textes. Avec étude du système sociologique, par Georges Davy, Vald Rasmussen, 1927, 222 p. Coll. Louis-Michaud. Les Grands Philosophes français et étrangers (n° 7).

Raymond Escholier Daumier, (s. d.), 192 p., coll. "Les Ecrits et la vie anecdotique et pittoresque des grands artistes".

Georges d'Esparbès Le Briseur de fers, invasion du général Humbert en Irlande, chant bardique, (1908), 319 p..

amnuaaprfesx.jpg Charles Fleurigand Manuel du... parfait escroc, s. d., 252 p. Au sommaire : Avis au candidat - Modestes débuts - Le pain de chaque jour - Amour ! Amour ! - Tuyaux et Panacées - Les mirages de l'annonce - La rue et le boulevard... Maitres chanteurs...

michaudCarpeaux.jpg Florian-Parmentier Carpeaux. 49 gravures et portraits Lettres et nombreux documents inédits, s.d. (circa 1910), 191 p.

Raymond Fougeray La Bonne humeur, s.d. 16 p. "Comme avoir la bonne humeur et la garder".

Anatole France (préf.) Machado de Assis et son oeuvre littéraire (Discours prononcés à la Sorbonne, à Paris, le 3 avril 1909. Le Génie latin). Avant-propos d'Anatole France,... Illustrations d'A. Graverol, 1909, 159 p.

Edmond de Fréjac Sous le soleil d'Athènes, s. d., 275 p.

Edmond de Fréjac La Fin de Tadmor

Edmond de Fréjac Voyage à l'axe de la terre

Edmond de Fréjac Alviane et César (Au temps des Borgia)

michaudInde_1.jpgGeorges FrilleyL'Inde. La Littérature sanscrite‎. Préface de E. Ledrain. Avec un essai sur l'Inde et l'Occident par Charles Simonds. d., 220 p. "Encyclopédie Littéraire Illustrée. Anthologie des Chefs-d'oeuvre classiques de toutes les Epoques et de tous les Pays (Prosateurs et Poètes)".

bergsondor.jpg René Gilloui‎nHenri Bergson‎‎, s. d., 220 p.

Raoul Gineste La Poupée de cire, roman moderne (1906), 313 p.

Raoul Gineste Les Grandes victimes de l'hystérie.

LouisMichaudRaoulGinesto.jpgRaoul Gineste sous son nom félibre : Ravous Ginesto La Coulougno enribanado (La Quenouille enrubannée) Poésies provençales avec la trad. française en regard, Avignoun-Paris, Roumanille-L. Michaud, 1909, 213 p. Imprimé à Niort (imp. A. Chiron).

Paul Ginisty Le mélodrame (1910) 224 p. Coll "Bibliothèque théâtrale illustrée" (n° 1)

Paul Ginisty Le Théâtre des rois (s. d.) 220 p. Coll "Bibliothèque théâtrale illustrée"

Paul Ginisty La Féerie. 59 gravures et portrai (circa 1908), 238 p. Coll "Bibliothèque théâtrale illustrée"

Paul Ginisty ''Mémoires et souvenirs de comédiennes (XVIIIe siècle). Marianne Duclos, Mme Riccoboni, Mary Robinson, (s. d.), 256 p., 24 pl. (Bibliothèque théâtrale illustré).

Dr Gottschalk Les Régimes alimentaires.

John Grand-Carteret Nicolas, ange de la paix, empereur du Knout devant l'objectif caricatural (1906), XIX-266 p. Coll. "Les célébrités vues par l'image".

John Grand-Carteret ''Popold II, roi des Belges et des belles devant l'objectif caricatural, (s.d.), XIX-266 p.), (Les célébrités vues par l'image).

michaudCarteret.jpgJohn Grand-Carteret ''Les Evénements vus par l' image. John Grand-Carteret. Contre Rome, la bataille anticléricale en Europe... '(s. d.), 319 p.

michaudCarteretjeunepremier.jpgJohn Grand-Carteret Le Jeune premier de l'Europe devant l'objectif caricatural, 1910.

Raymond Gros et François Bournand ''L'Oncle Sam chez lui, mœurs américaines (1910), 277 p.

Hegel ''Choix de textes et étude du système philosophique, par Paul Archambault. Gravures et portraits, 1910 (réd. 1930), 224 p. "Les Grands Philosophes français et étrangers" (n° 4).

Claude-Adrien Helvétius Choix de textes et introduction par J.-B. Séverac, 1911, 222 p., Les Grands philosophes français et étrangers (n° 17)

HansenTouman.jpgNorman Hansen. Toumān, ou le Coeur de la Russie, récits d'après la guerre. Traduit sur le manuscrit de l'auteur par Léon Bazalgette, (s. d.), 276 p.

Abel Hermant Mémoires pour servir à l'histoire de la société. Souvenirs du Vicomte de Courpière par un témoin (et monsieur de Courpière marié), éd. définitive. Préface de Léon Blum... (s. d.) 511 p.

Abel Hermant Mémoires pour servir à l'histoire de la société. Coutras voyage, (s. d.). , 317 p.

Abel Hermant Histoire d'un fils de roi, 1910.

Abel Hermant Mémoires pour servir à l'histoire de la société. Les Renards, (s. d.) In-16, 318 p.

Paul-Louis Hervier Charles Dickens, (s. d.), 192 p. Collection "La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains".

Helvétius ''Choix de textes et introduction par J.-B. Séverac, 1911, 222 p, (Les Grands philosophes français et étrangers) (n° 17).

Pierre Hittemans Souvenirs et aventures d'un cabot (1909), XII-411 p.

JossotViande.jpgJossot Viande de Borgeois.

Immanuel Kant Choix de textes avec étude du système philosophique et notices biographique et bibliographique par René Gillouin. (1909), 220 p. Coll. "Les Grands philosophes français et étrangers" (n° 15).

Jean-Baptiste de Monet de Lamarck Choix de textes et introduction par G. Revault d'Allonnes (1910) 222 p. Coll. "Les Grands philosophes français et étrangers" (n° 19)

Alphonse de Lamartine Méditations poétiques ; Nouvelles méditations ; Pèlerinage d'Harold ; Harmonies poétiques et religieuses ; Jocelyn ; La chute d'un ange ; Recueillements poétiques ; choix, notices biographique et bibliographique par Alphonse Séché, 1926, XXI-154 p. (Bibliothèque des poètes français et étrangers. Nouvelle série ; 19).

Étienne-Léon de Lamothe-Langon Souvenirs de Mlle Duthé, de l'Opéra (1748-1830). Introduction et notes de Paul Ginisty (1909) 320 p. Coll. "Les moeurs légères au XVIIIe siècle".

MarcelLamiTerres_Aventures_Louis_Michaud.jpg Marcel Lami Terres d'aventures, 1909, 304 p.

lamiDorival.jpg Marcel Lami Terres d'héroïsme et de volupté, (s. d.), 285 p.

Marcel Lami Vers les cimes. Préface de Édouard Conte, 1911, 318 p.

Marcel Lami Grand Paul, roman. Préface de Paul Margueritte, 1910, 282 p.

Jeanne Landre La Gargouille, 1908, 288 p. Il existe également une édition espagnole La Gárgola, nǒvela moderna. Traducción de Máximo Manso.

ajeanneLandreepreuves.jpg
Jeanne Landre Échalote et ses amants, roman de mœurs montmartroises (1909) 286 p.

Jeanne Landre Échalote continue..., roman de mœurs montmartroises (1910) 282 p.

aJLan.jpgJeanne Landre et Ctesse Xavier d'Abzac Camelots du roi (1911) 303 p.

LouisMichaudGabvarni2.jpgJeanne Landre Gavarni (1912) 192 p. Coll. "Les Écrits et la vie anecdotique et pittoresque des grands artistes".

AJlanfdoigt.jpg Jeanne Landre Le Doigt dans l’œil (1908) 302 p.

Jeanne Landre Plaisirs d'amour.

Clément Lanquine La Malibran (1912). - 192 p. : portr., fig., couv. avec portr. ; in-16. - (Les Écrits et la vie anecdotique et pittoresque des grands artistes : peintres, sculpteurs, musiciens, comédiens).

Léo Larguier Théophile Gautier, (s. d.), 192 p. C(oll. La vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains).

Leibniz ''Choix de textes, avec étude du système philosophique et notices biographique et bibliographique par Paul Archambault, 1911, 220 p., (Les Grands philosophes français et étrangers (n° 12).

lemercierdermBretagne.jpg Camille Le Mercier d'Erm La Bretagne vue par les écrivains et les artistes. Recueil de textes publié avec une préface et des notes et accompagné d'un guide pratique des curiosités artistiques et naturelles par Camille Le Mercier d'Erm. 109 illustrations et une carte. - Paris, Vald. Rasmussen, éditeur, 1929, 447 p. Collections Louis Michaud - La France pittoresque et artistique.

michaudlemonnierOK.jpgCamille Lemonnier L'hallali, roman inédit (1906), 317 p.

LemonnierHomme.jpgCamille Lemonnier Quand j'étais homme (cahiers d'une femme), (1907), 308 p.

Camille Lemonnier Happe-Chair

marocMichaud.jpgW. Lemprière Le Maroc. Souvenirs du chirurgien W. Lemprière. Annoté par Albert Savine d'après les documents d'archives et les mémoires, 1911, 190 p.

Lope de Vega Morceaux choisis. Oeuvres lyriques. Poèmes narratifs. Théâtre. Épîtres, art poétique, fables. Genre pastoral. Traduction inédite de M. H. Barthe, notices biographique et bibliographique, avec trois portraits (1910) XII-138 p. "Bibliothèque des poètes français et étrangers" (n° 11)

Emile Magne Gaultier-Garguille, comédien de l'Hôtel de Bourgogne, notice d'après des documents inédits par M. Émile Magne. Suivie des chansons de Gaultier-Garguille et de La farce de Perrine : avec la musique retrouvée de 6 chansons, (1911), 192 p. (Les Écrits et la vie anecdotique et pittoresque des grands artistes : peintres, sculpteurs, musiciens, comédiens).

Pierre de Marivaux ''Théâtre : le legs, le jeu de l'amour et du hasard, la mère confidente. Roman : Vie de Marianne, le paysan parvenu, etc... etc... Biographie, bibliographie, pages choisies par Charles Simond, XVI-138 p. (Les prosateurs illustres français et étrangers).

Jean Marteilhe La Vie aux galères. Souvenirs d'un prisonnier, d'après les documents d'archives et les mémoires. Albert Savine (éd.) (1909), 192 p. "Collection historique illustrée".

Camille Mauclair Etude de filles, illustrations de Lobel Riche, 1910, 4-122-2 pages, 40 eaux-fortes hors-texte. Tiré à 250 exemplaires, dont 150 sur vélin d'Arches filigrané.

michaudMercierTableau.jpg Louis-Sébastien Mercier Tableau de Paris, édition abrégée. Préface et notes par Lucien Roy, s. d., 286 p.

Louis-Sébastien Mercier Le Nouveau Paris, édition abrégée. Préface et notes par Lucien Roy, s. d., 286 p.

John Stuart Mill ''Choix de textes et étude du système philosophique par Paul Archambault, 1930, 224 p. (Les Grands philosophes français et étrangers, n° 9).

Jean Monnet Les moeurs légères au XVIIIè siècle. Mémoires de Jean Monnet directeur du théâtre de la Foire. Introduction et notes par Henri d'Alméras, (s. d.) 286 p.

J. de Montemayor La Diana, s. d., 371 p., “Biblioteca economica de classicos castellanos”.

Charles-Louis de Secondat baron de la Brède et de Montesquieu Choix de textes et introduction par Paul Archambault ; préface de H. Berthélemy (1910) 224 p. Coll. "Les Grands philosophes français et étrangers". (n° 18).

Gérard de Nerval Choix de poésies. Choix, notice biographique et bibliogr. par Alphonse Séché (1908) XVII-132 p.-(1) "Bibliothèque des poètes français et étrangers" (n° 32).

Françoise de NionLes Tragiques travestis. Histoire d'Aurore de Moncontour. Ill. de Ch. Atamian, s. d., 279 p.

Charles Nodier ''Contes.., nouvelles.., romans / Charles Nodier ; Biographie, bibliographie, pages choisies par Charles Simond, présentation par Paul Adolphe Van Cleemputte, (s. d.), XIV-138 p. (Les prosateurs illustres français et étrangers).

Georges Normandy Les chansonniers gaillards, anthologie de chansons légères du XVe siècle à nos jours (1910) X-144 p. Coll. "Bibliothèque des poètes français et étrangers" (n° 1)

Georges Normandy Les poètes humoristes : anthologie de poèmes humoristiques du XIIIe siècle à nos jours (1910) IX-145 p. Coll. "Bibliothèque des poètes français et étrangers" (n° 21)

Georges Normandy ''Jean Lorrain. Vingt portraits et documents hors texte, Vald. Rasmussen (1927), 191 p. Collection Louis-Michaud, (La Vie anecdotique et pittoresque des Grands écrivains).

Georges Normandy ''Guy de Maupassant. 20 portraits et documents hors texte, Vald Rasmussen, 1926, 192 p., La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains.

Robert Oudot (éd.) Les Poètes comédiens ; Anthologie de comédiens contemporains (Mounet-Sully, Silvain, Jules Truffier, etc.) Préf., notices biographiques et choix par Robert Oudot, et A. L. Laquerrière, s. d., XII-140 p.

Charles Oulmont Le Tapis de cendres, contes pour elle, 1921, 237 p.

Blaise Pascal ''Choix de textes et introduction par Paul Archambault, 1930 224 p. Collection : Les Grands philosophes français et étrangers (n° 1).

Platon Choix de textes avec étude du système philosophique et notices biographique et bibliographique par André Barre. Préface de François Picavet (1909) 220 p. Coll. "Les Grands philosophes français et étrangers" (n° 13).

LouisMichaudpradelsGaule.jpgOctave Pradels Fleurs de Gaule, poésies gaillardes (1910) 316 p.

Ill_Louis_MIchaud_Eternel_cotillon.jpg Octave Pradels L'éternel cotillon. ill. de Léon Lebègue s. d. 285 p. : ill., couv. ill. en coul.

‎Octaves Pradels Moines, Nonnes et Curés. Illustrations de Léon Lebègue, 282 p.

René Auguste Constantin de Renéville La Vie à la Bastille. Souvenirs d'un prisonnier, d'après les documents d'archives et les Mémoires édités par Albert Savine (1908) 191 p. "Collection historique illustrée"

maurRenarperBleu.jpgMaurice Renard Le Péril bleu (1912).

Maurice Renard Monsieur d'Outremort et autres histoires singulières (1913), 277 p.

Nicolas-Edmé Rétif de La Bretonne Les Contemporaines mêlées, ou Aventures des plus jolies femmes de l'âge présent. Introduction et notes de P.-L. Rousseau (1911), 288 p. Coll. Les Moeurs légères au XVIIIe siècle.

Nicolas-Edmé Rétif de La Bretonne La Dernière Aventure d'un homme de quarante-cinq ans, nouvelle utile à plus d'un lecteur. Coll. Les Moeurs légères au XVIIIe siècle.

Nicolas-Edmé Rétif de la Bretonne Monsieur Nicolas.

_Th. Ribot__ Choix de textes et étude de l'oeuvre par G. Lamarque ; préface de Pierre Janet, V. Rasmussen, 1928, (Les Grands philosophes français et étrangers (n° 2).

RicLouisMichaud.jpg Jehan Rictus (1867-1933) Fil-de-fer, 1906, 319 p.

Jacob Riis Comment je suis devenu Américain.

toisondor.jpgJ. H. Rosny Vers la toison d'or, roman inédit, 1908, 314 pages.

rosnySort.jpgJ. H. Rosny Contre le sort, roman féministe, 1903, 388 pages.

E. Rouzier-Dorcières ''Sur le pré, souvenirs de duels. (Histoires contemporaines.) Préface de Georges Courteline... Portrait de l'auteur, d'après le médaillon d'Aug. Maillard, (1910), 318 p.

LMcachotsSavine.jpg Albert Savine (éd.) Les Cachots de Paris sous la terreur, souvenirs de pirsonniers. Annotés d'aprés les documents d'Archives et les Mémoires, 1905, 192 p., "Collection Historique Illustrée Paris".

Albert Savine (éd.) ''La Chasse aux luthériens aux Pays-Bas. Souvenirs de francisco de Enzinas, 1908. In-8 (196x134 mm), 191 p.

Albert Savine (éd.) ''L'Abdication de Bayonne Paris, Editeur Louis Michaud (Collection historique illustrée), 1908. In-8 (196x134 mm), 191 p.

savfruc.jpg Albert Savine (éd.) Les Déportés de Fructidor, 1909, 189 p.

Albert Savine (éd.) ''Le Maroc il y a cent ans. (Souvenirs du chirurgien W. Lemprière) annoté d'après les documents d'archives et les mémoires. Paris, Louis Michaud 1911. In 12 relié, pleine toile bleue, 190 p.

gdcate.jpg Albert Savine (éd.) Jeunesse de la Grande Catherine Souvenirs autobiographiques de l'Impératrice annotés d'après les Documents d'Archives et les Mémoires Paris, Louis Michaud,1910.

Albert Savine (éd.) ''Les premières amours de Catherine II, mémoires autobiographiques de l'Impératrice, annotés d'après les documents d'archives et les mémoires, 1912, 190 p. "Collection historique illustrée".

dorbotabay1.jpgAlbert Savine (éd.) ''Les débuts de Botany Bay. Souvenirs de Georges Barrington, ancien Convict, Annotés d'après les documents d'archives et les Mémoires, 1911, 190 p., "Collection historique illustrée".

Albert Savine (éd.) La Cour de Prusse sous Frédéric-Guillaume 1er. Souvenirs de la Margrave. D'après les documents d'Archives et les mémoires, 1909, collection historique illustrée.

Albert Savine (éd.) Tripoli au XVIIIe siècle. Annoté d'après les documents d'archives et les mémoires de Miss Tully par Albert Savine. Traduction de : Narrative of a ten years' residence at Tripoli in Africa 1912 191 p. Collection historique illustrée

Albert Savine (éd.) ‎La vraie Reine Margot d'après les documents d'archives et les Mémoires‎, s. d., 190 p. Collection historique illustrée.

Albert Savine (éd.) ‎Le Portugal il y a cent ans. Souvenirs dune Ambassadrice‎, s. d., 190 p. Collection historique illustrée.

Albert Savine (éd.) Amours et coups de sabre d'un chasseur à cheval, souvenirs de Charles Parquin (1803-1809)‎‎, s. d., 189 p. Collection historique illustrée.

Albert Savine (éd.) ‎‎Le Beau Lauzun, d'après les documents d'archives et les Mémoires‎, s. d., 190 p. Collection historique illustrée.

Albert Savine (éd.) ‎‎A la cour du Roi Joseph, souvenirs du Comte de Girardin‎, 192 p.

Albert Savine (éd.) ''‎‎Les jours de la Malmaison d'après les documents d'archives et les Mémoires‎'‎‎'‎‎, 188 p., collection historique Illustrée.

louisMichaudSaintDomingue.jpg Albert Savine (éd.) Saint-Domingue à la veille de la Révolution (souvenirs du baron de Wimpffen) annotés d'après les documents d'archives et les mémoires par Albert Savine, 1911, 190 p. (Collection historique illustrée).

Alphonse Séché et Jules Bertaut La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains. Diderot (1909), 192 p. Coll. "La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains".

Alphonse Séché et Jules Bertaut La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains. Balzac (1910), 192 p. Coll. "La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains".

Alphonse Séché La Vie anecdotique et pittoresque des grands écrivains. Stendhal, (s. d.), 192 p.

Alphonse Séché ‎Louis Uhland‎, s. d., 142 ).

michaudSeche19071907.jpgAlphonse Séché (éd.) 1907 : les plus jolis vers de l'année
Alphonse Séché (éd.) 1908 : les plus jolis vers de l'année
Alphonse Séché (éd.) 1909 : les plus jolis vers de l'année
michaudSECHE1910.jpgAlphonse Séché (éd.) 1910 : les plus jolis vers de l'année
Alphonse Séché (éd.) 1911 : les plus jolis vers de l'année
dorbotabay2.jpg Alphonse Séché (éd.) Les plus jolis vers de l'année 1912. Poésies de 45 auteurs, 1913.

Severin-Mars ‎Le Marchand de désespoirs, s. d., 317 p.

Walter Scott Poèmes... Romans... Biographie, bibliographie, pages choisies par Charles Simond. Edition de Paul Adolphe Van Cleemputte, (s. d.) XXII-131 p. Coll. Les Prosateurs illustres français et étrangers.

Vladimir Soloviev Choix de textes traduits pour la première fois par J.-B. Séverac, 1910, 218 p. (Les Grands philosophes français et étrangers). (n° 14).

Stendhal La Cartuja de Parma, novela. Traducción de Antonio Muñoz Pérez (1910) 349 p.

Eugène Sue Plick et Plock ; Atar-Gull ; la Salamandre ; Latréaumont ; Mathilde ; les Mystères de Paris ; le Juif errant ; les Misères des enfants trouvés Biographie, bibliographie, pages choisies par Charles Simond, s. d., XVI-137 p. Coll. Les prosateurs illustres français et étrangers.

Jonathan Swift Instructions aux domestiques (extr.); Abolition du christianisme ; Proposition pour les enfants pauvres d'Irlande ; Méditation sur un balai ; Conte du Tonneau ; Voyages de Gulliver (extr.), biographie, bibliographie, pages choisies par Charles Simond, Edition de Paul Adolphe Van Cleemputte, 191?, XVI-134 p. (Les prosateurs illustres français et étrangers).

LouisMichaudGabrieltarde.jpgGabriel Tarde Pages choisies, suivies de poésies inédites (1909), 224 p. Coll. "Les Grands philosophes français et étrangers" (n° 11).

Émile Thomas La Littérature chrétienne, avec un essai sur les études religieuses en France, par Charles Simond. (1911) 222 p. Coll. "Encyclopédie littéraire illustrée. Anthologie des chefs-d'oeuvre classiques de toutes les époques et de tous les pays. Prosateurs et poètes".

dorivaltudesc.jpg André TudescLe Harem assassiné. La hacienda en feu.‎ (1913), 270 pages. 6 exemplaires numérotés sur vergé de Hollande.

Louis Turgan La Aviación, reseña histórica documentada y elementos de aviación. Traducción y prólogo de José Muñoz Escámez... (1909), 272 p.

Pierre Valdagne ‎Les Leçons de Lisbeth Lottin, s. d., 301 p.

Adolphe Van Bever La Bourgogne vue par les écrivains et les artistes, recueil de textes, 1912, 416-32 p. La France pittoresque et artistique. Réimpressions 1913 et 1925.

Adolphe Van Bever La Lorraine vue par les écrivains et les artistes. Recueil de textes publié avec une préface et des notes et accompagné d'un guide pratique des curiosités artistiques et naturelles par Ad. Van Bever. 90 illustrations et une carte. Vald. Rasmussen, 1925, 403 p. (Collections Louis Michaud).

Adolphe Van Bever L'Alsace vue par les écrivains et les artistes, recueil de textes, publié avec une préface et des notes et accompagné d'un guide pratique des curiosités artistiques et naturelles, 1920; 410-XIV p., fig., La France pittoresque et artistique.

Ill_Louis_MIchaud_Normandie.jpg Adolphe Van Bever La Normandie vue par les écrivains et les artistes : recueil de textes et de documents, s. d., 384-56 p. (La France pittoresque et artistique, 3).

Arnold Van Gennep La Savoie vue par les écrivains et les artistes, recueil de textes... accompagné de : Ce qu'il faut voir, guide pratique des curiosités artistiques et naturelles de la Savoie et de la Haute-Savoie, par Arnold Van Gennep, 1913, 392, (La France pittoresque et artistique, publié sous la direction de Ad. Van Bever).

Z'lica (pseud. d'Alice Everaerts) Apprenez-nous la musique s.v.p., préliminaires de la musique en 5 leçons, (1912), In-4° oblong, 50 p., fig. en coul., musique.


LouisMichaudENCARDPUB.jpg



lllmicgaud.jpg



- page 1 de 244